Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Série estivale: un musée - un objet: Un héros pas ordinaire
Kultur 14 6 Min. 31.07.2017 Aus unserem online-Archiv
Exklusiv für Abonnenten

Série estivale: un musée - un objet: Un héros pas ordinaire

L'écrivain Victor Hugo est toujours honoré à Vianden.

Série estivale: un musée - un objet: Un héros pas ordinaire

L'écrivain Victor Hugo est toujours honoré à Vianden.
Photo:Gerry Huberty
Kultur 14 6 Min. 31.07.2017 Aus unserem online-Archiv
Exklusiv für Abonnenten

Série estivale: un musée - un objet: Un héros pas ordinaire

Marie-Laure ROLLAND
Marie-Laure ROLLAND
Depuis plusieurs semaines, l'Europe brûle sous le feu des incendies. Un phénomène qui n'est pas nouveau, y compris au Luxembourg. Le 14 juillet 1871, c'est le grand Victor Hugo en personne qui avait dû jouer les pompiers à Vianden. Voici pourquoi.


Par Marie-Laure Rolland

«Les enfants dormaient. On poussait dans la rue des cris d'épouvante: ,Feuer! Feuer! Au feu! Au feu!‘». Cette phrase, extraite de l'un des Carnets de Victor Hugo, est datée du 14 juillet 1871. L'auteur de «Notre-Dame de Paris» (1831) et des «Misérables» (1862), se trouve alors à Vianden. Près d'un siècle et demi plus tard, son cri n'a pas fini de résonner dans l'ancienne demeure de la famille Ensch.

La «maison au coin du pont», comme Victor Hugo la désigne dans ses notes, enjambe toujours l'Our dans la désormais «rue Victor Hugo» ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema