Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Scène culturelle: Front uni pour la Luxembourg Art Week
Kultur 3 Min. 05.07.2017 Aus unserem online-Archiv

Scène culturelle: Front uni pour la Luxembourg Art Week

Conférence de presse de la Luxembourg Art Week 2017.

Scène culturelle: Front uni pour la Luxembourg Art Week

Conférence de presse de la Luxembourg Art Week 2017.
Photo: Steve Eastwood
Kultur 3 Min. 05.07.2017 Aus unserem online-Archiv

Scène culturelle: Front uni pour la Luxembourg Art Week

Marie-Laure ROLLAND
Marie-Laure ROLLAND
L'organisation de la troisième édition de la Luxembourg Art Week est quasiment bouclée. Son maître d'œuvre, Alex Reding, a livré les détails de la manifestation.

 Par Marie-Laure Rolland

Un nouveau logo, une nouvelle organisation et de nouveaux partenaires: la Luxembourg Art Week se veut conquérante. Après les deux premières éditions qui ont vu l'audience progresser de 7.000 à 12.000 visiteurs, l'organisateur entend poursuivre sur sa lancée et consolider les acquis. La troisième édition se déroulera du 2 au 5 novembre 2017 au hall Victor Hugo.

Un pari qui n'a rien d'évident compte tenu de la concurrence de la Luxembourg Art Fair qui se déroule quatre semaines plus tard à Luxexpo. Pour l'heure, aucun rapprochement n'est en vue. Alex Reding a néanmoins indiqué qu'il avait eu un contact avec Luxexpo. «Nous fonctionnons selon des logiques différentes mais il faut voir si, à terme, un rapprochement est envisageable», a-t-il dit.

La Luxembourg Art Week 2016 a attiré 12.000 visiteurs.
La Luxembourg Art Week 2016 a attiré 12.000 visiteurs.
Photo: Eric Chenal

Développer la scène artistique

L'organisateur a choisi le cadre du Casino Luxembourg – Forum d'art contemporain pour présenter à la presse le programme à venir. Une manière de souligner que sa manifestation s'inscrit dans un projet de développement de la scène artistique luxembourgeoise, et non dans une logique purement commerciale.

A ses côtés, le secrétaire d'Etat à la Culture, Guy Arendt, n'a pas manqué de souligner la pertinence de l'initiative. L'année passée, le ministère avait soutenu financièrement le volet Take Off dédié aux jeunes artistes. L'engagement va se poursuivre. «Nous sommes en train d'étudier les modalités d'un soutien», a commenté le secrétaire d'Etat.

Pour assurer la pérennité financière de l'événement dont le budget se chiffrait en 2016 à 300.000 euros et qui n'a pas effacé les pertes de 2015, l'organisateur a réorganisé les espaces.

Le Salon au «Tramsschapp»

Cette année, le Salon du Cercle artistique de Luxembourg ne sera plus installé dans le hall Victor Hugo mais au Tramsschapp, à 150 mètres de distance. Le Salon ne sera plus au «cœur» de l'événement proprement dit mais il bénéficiera d'autres avantages, comme l'a souligné le président du Cercle artistique, Marc Hostert.

1.000 mètres carrés de cimaises sont disponibles. Surtout, le Salon peut exposer du 3 au 12 novembre, soit dix jours contre quatre au hall Victor Hugo. A cela s'ajoute la proximité directe du parking qui pourrait inciter les visiteurs à commencer leur visite par le Salon du CAL.

Appel à candidatures

L'appel à candidatures pour exposer au Salon a été lancé. Les artistes résidant dans le pays ou les Luxembourgeois résidant à l'étranger ont jusqu'au 4 septembre pour soumettre leur dossier à un jury international. Les membres du CAL peuvent en outre proposer chacun la candidature d'un artiste de leur choix travaillant dans la Grande Région. A noter que cette année sera remis le Prix Grand-Duc Adolphe (attribué tous les deux ans).

Du côté du hall Victor Hugo, on retrouvera «Positions», une foire pour laquelle Alex Reding a retenu 24 galeries. On y verra les principales galeries luxembourgeoises (à l'exception de Krome) mais également des galeries belges, françaises, allemandes, italiennes et autrichienne. On notera le retour de la prestigieuse galerie Lelong de Paris, qui n'avait pas pu venir en 2016. En revanche, le Belge Guy Pieters n'est plus là.

La foire "Take off" réunit la scène émergente.
La foire "Take off" réunit la scène émergente.
Photo: Eric Chenal

Fini la coûteuse tente du programme Take off installé hors les murs. La plate-forme alternative est rapatriée dans le hall et réunit 19 galeries émergentes ou collectifs d'artistes. Le Faux Mouvement, centre d'art contemporain de Metz ou encore du Centre d'art contemporain du Luxembourg belge y figurent.

Les institutions jouent le jeu

Pour le directeur du Casino Luxembourg, Kevin Muhlen, la première participation en 2016 a été «une expérience intéressante et bénéfique pour nous». Le partenariat va donc se poursuivre avec un «teaser» de l'exposition de Martine Feipel et Jean Bechameil, mais aussi des «Artist Talk» qui permettront au public de rencontrer des artistes luxembourgeois sur l'heure de midi. Des animations pédagogiques sont prévues pour le jeune public.

On notera que ce premier week- end de novembre, en marge de la Luxembourg Art Week, le Centre Pompidou-Metz proposera en partenariat avec le Mudam un programme «Est Express», une «expérience festive des musées» qui débutera le vendredi soir à Metz et se poursuivra le samedi soir et dimanche au Mudam.

Plus d'infos en cliquant ici


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

«TalentLab»: La jeunesse en mouvement
L'année passée, seul le théâtre était d'actualité. Pour sa deuxième édition, le «TalentLab» s'ouvre à la danse et à l'opéra. Sept candidats ont été retenus pour participer à l'aventure créative. Après plusieurs jours de mise en place et de répétitions, ils présenteront leurs projets.
Journee Preparatoire Talent LAB, Luxembourg, le 12 Mai 2017. Photo: Chris Karaba
Luxembourg Art Week: Messe sucht Masse
Mit einem erweiterten Konzept geht die Luxembourg Art Week in ihre zweite Auflage. Wir haben uns auf der Messe umgeschaut, die ein breiteres Publikum anziehen will.
Laureat du prix pierre werner 2016 kingsley Ogwara à luxembourg le 09.11.2016 Photo christophe Olinger
Réouverture du MNHA: Changement de cadre
Cela fait cinq ans que le Musée national d'histoire et d'art 
était partiellement fermé suite à une grosse secousse dans le quartier qui avait endommagé 
les maisons Wiltheim. Pour sa réouverture ce week-end, il nous réserve quelques surprises. 

MNHA
Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.