Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Philharmonie: «Net ouni meng Musek»
Kultur 5 Min. 04.06.2021

Philharmonie: «Net ouni meng Musek»

Gustavo Gimeno dirigera l'OPL à 18 reprises, dont dix fois au Luxembourg.

Philharmonie: «Net ouni meng Musek»

Gustavo Gimeno dirigera l'OPL à 18 reprises, dont dix fois au Luxembourg.
Photo: Philharmonie/Alfono Salgueiro
Kultur 5 Min. 04.06.2021

Philharmonie: «Net ouni meng Musek»

Thierry HICK
Thierry HICK
La salle de concerts du Kirchberg présente sa saison 2021-22 avec une irrésistible envie d’aller de l’avant.

Trop longtemps la musique s’est tue au Kirchberg. Trop de concerts, de rencontres ont dû être annulées ou reportées. Après avoir osé une timide reprise de son programme, la Philharmonie Luxembourg entend bien dès la rentrée mettre les bouchées doubles. Comme pour rattraper le temps perdu. 

«Net ouni meng Musik», «Pas sans ma musique», le slogan de la saison 2021-22 présentée vendredi par le directeur Stephan Gehmacher et toute son équipe, est évocateur de l’état d’esprit d’une salle qui s’impatiente de retrouver tous ceux qui sont sa raison d’être: les spectateurs. 

Présentation de la nouvelle saison vendredi à la Philharmonie.
Présentation de la nouvelle saison vendredi à la Philharmonie.
Photo: Philharmonie/Alfonso Salgueiro

 Pierre Ahlborn, le président de l’établissement public Salle de concerts Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte, d’habitude discret dans ses interventions, est revenu sur cette période difficile et a souligné la résilience tant du ministère de la Culture que de la Philharmonie elle-même de trouver des chemins de sortie de cette crise sanitaire et s’est aussi félicité que l’orchestre maison, l’Orchestre philharmonique du Luxembourg, ait pu continuer de répéter et donner quelques rares concerts.

100 heureux élus

«La salle presque vide, où seuls cent heureux élus ont pu se retrouver, était à chaque fois remplie d’émotions. J’ai hâte de retrouver une salle bien remplie à nouveau», a espéré Sam Tanson, la ministre de la Culture. 

Stephan Gehmacher se dit «pour l’instant optimiste, puisque les signes sont aujourd’hui encourageants». Le directeur compte, une fois la nouvelle loi anti-Covid votée la semaine prochaine, faire passer la jauge limite de 150 à 300 spectateurs. «Nous travaillons aussi sur un nouveau concept sanitaire pour encore augmenter ce nombre.» 

Anthony Braxton.
Anthony Braxton.
Photo: Philharmonie

Le chef d’orchestre Gustavo Gimeno va entamer sa septième saison à la tête de l’OPL, qu’il dirigera à 18 reprises, dont dix fois au Luxembourg. Lui aussi s’impatiente de remonter sur scène. «Il y a tellement d’œuvres qui m’intéressent et que j’ai envie de partager avec les musiciens et le public», insiste le directeur musical en poste au Luxembourg au moins jusqu’en 2025.

Les signes sont encourageants, je suis optimiste. Du moins pour l'instant.

Stephan Gehmacher, directeur de la Philharmonie

L'OPL extra muros

Au sujet de l’OPL, une bonne nouvelle a pu être annoncée hier: la phalange se présentera extra muros à plusieurs reprises: après des sorties à Donaueschingen (octobre), Utrecht (décembre) et Cologne (janvier), l’OPL s’envolera en janvier 2022 pour l’Espagne avec des étapes à Zaragoza, Madrid, La Palmas, Santa. Suivront Châlons-en-Champagne, Barcelone et Paris. Ce sera le signe d’un retour d’une certaine normalité. 

Joyce Didonato.
Joyce Didonato.
Photo: Philharmonie

La panoplie de compositeurs joués sera une fois encore large et variée. «De Mozart aux contemporains», promettent les responsables de l’orchestre. Avec cette année une écoute plus particulière portée aux compositeurs français, tels Henri Dutilleux, César Franck, Olivier Messiaen... «L’orchestre a une sonorité française toute naturelle», se réjouit Gustavo Gimeno. 


La pianiste Beatrice Rana accompagnera l'OP en Espagne
La pianiste Beatrice Rana accompagnera l'OP en Espagne
Photo: Philharmonie

Plusieurs chefs connus ou ceux qui feront leurs débuts avec l’OPL, tout comme une pléiade de solistes, toutes catégories confondues, alimenteront l’agenda de la phalange. Place aux jeunes, une nouveauté, et non des moindres, verra le jour à la rentrée: la Luxemburg Philharmonic Orchestra Academy. Un lieu de découvertes et d’apprentissage pour jeunes musiciens. «Un pont idéal entre les études au conservatoire et l’entrée dans la vie professionnelle», remarque Gustavo Gimeno. Quelque 300 demandes ont déjà été enregistrées, les intéressés sont originaires de nombreux pays de la planète «mais 80 pour cent étudient en Allemagne», glisse Stephan Gehmacher. 

La salle presque vide, où seuls cent heureux élus ont pu se retrouver, était à chaque fois remplie d’émotions. J’ai hâte de retrouver une salle bien remplie à nouveau».

Sam Tanson, ministre de la Culture

Plus de 250 pages de programmes

La brochure de la saison 2021-22 comporte 320 pages, dont plus de 250 sont consacrées aux seuls programmes musicaux à l’affiche de la Philharmonie jusqu’à l’été 2022. Face à une offre tellement fournie, la présentation d’hier matin s’est offert le luxe de faire l’impasse sur les grands chefs, solistes ou orchestres qui seront invités dans la salle du Kirchberg. 

Anoushka Shankar.
Anoushka Shankar.
Photo: Philharmonie

Il semble heureusement révolu le temps, où la seule évocation de ces «grosses pointures» suffisait à attirer le mélomane. Désormais, la Philharmonie joue à fond la diversité des genres, des styles et des époques. «Il s’agit là d’une évolution tout à fait normale» indique le maître des lieux. 

Ainsi donc, plusieurs focus ou accents méritent tout de même d’être soulignés. Les deux artistes en résidence seront d’une part la violoniste Isabelle Faust et la mezzo soprano Joyce Didonato. «Pour nos résidences nous cherchons toujours des artistes polyvalents», souligne Stephan Gehmacher. 

La nouvelle académie de l’OPL est le pont idéal entre le conservatoire et la vie professionnelle.

Gustavo Gimeno, directeur musical de l’OPL

Un clin d'oeil au récent Brexit

 Peut-être comme un clin d'oeil au récent Brexit, «God Save the Music» mettra un accent  sur la musique britannique avec une fois encore la venue d’illustres interprètes. En plus des habitués des lieux, Sir Simon Rattle et son London Symphony Orchestra et William Christie et ses Arts florissants, les soirées british verront la venue de la soprano Sabine Devieilhe, le Choir of St John’s College de Cambridge, de l’organiste Thomas Trotter, mais aussi du Scottish Chamber Orchestra et du Chamber Orchestra of Europe. 

Isabelle Faust.
Isabelle Faust.
Photo: Philharmonie

Le festival de musique contemporaine Rainy Days continuera d’apporter son lot d’événements inédits, tandis que le cycle Atlântico mettra en lumières les multiples facettes de la culture lusophone d’ici et d’ailleurs avec une première cette année: un concert de musique baroque.  Sans oublier les rendez-vous «Fräiraim» destinés à la scène musicale luxembourgeoise, les projets pour enfants et jeunes de 3 mois à 14 ans et les nombreuses escapades dans le domaine du jazz et des musiques du monde... Demander le programme pour faire ses choix, semble judicieux. 

Croiser les doigts

 Prudente, la Philharmonie précise que le programme peut être sujet à des modifications de dernière minute.  D’ordinaire cette formule n’est guère significative. En cette période de crise, ces quelques mots peuvent être lourds de sens. Stephan Gehmacher et toute son équipe croisent les doigts pour pouvoir dès le 4 septembre refaire vivre de musique le grand auditorium. Parions que Herbert Blomstedt et ses Wiener Philharmoniker seront fin prêts pour ces retrouvailles tant attendues. 

Informations complètes sur le programme et  réservations sur: www.philharmonie.lu. 

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Was haben die Harmonie Bech-Berbourg, die Universität der Künste in Berlin und die Echternacher „Sprangprozessioun“ gemeinsam? Nik Bohnenberger hat die Antwort.
itv Nick Bohnenberger luxembourg le 23.05.2018 ©Christophe Olinger
Karina Canellakis
So einen Aufwand sieht man selbst in der Philharmonie selten: 262 Menschen stehen da auf der Bühne. Und sie alle gehorchen einer Frau auf den kleinsten Wink: Karina Canellakis. Doch wie macht die Frau das?
Karina Canellakis steht am Dirigentenpult bei der Luxemburger Premiere von "The Hogboon".
Das Orchestre philharmonique du Luxembourg startet an diesem Mittwoch im Auditorio Nacional de Música von Madrid seine Spanien-Tournee. Weitere Konzerte sind in Valencia, Zaragoza und Alicante geplant. Ein Heimspiel für den OPL-Dirigenten Gustavo Gimeno.
Isabelle Faust im Gespräch
Am vorigen Sonntag wurde sie in Berlin mit einem „Klassik-Echo“ für eine Schumann-Aufnahme mit dem Freiburger Barockorchester ausgezeichnet. Am Donnerstag steht Isabelle Faust erneut mit dem OPL auf der Bühne.
Mariss Jansons im LW-Gespräch
Am Donnerstag war Mariss Jansons mit  dem Symphonieorchester des Bayrischen Rundfunks in der Philharmonie zu Gast. Im Vorfeld des Konzerts  sprach der lettische Dirigent  im „Luxemburger Wort“-Interview über seinen Beruf, seine beiden Musikerfamilien, seine Konzertprogramme und seinen ehemaligen Assistenten Gustavo Gimeno.
Mariss  Jansons mit dem Symphonieorchester des Bayrischen  Rundfunks am Donnerstag in der Philharmonie.