Wählen Sie Ihre Nachrichten​

LuxFilmFest: "C'est la qualité qui prime"
Kultur 5 Min. 06.03.2019 Aus unserem online-Archiv
Exklusiv für Abonnenten

LuxFilmFest: "C'est la qualité qui prime"

Alexis Juncosa: «Les petits films
qui parfois passent sous le radar font notre bonheur.»

LuxFilmFest: "C'est la qualité qui prime"

Alexis Juncosa: «Les petits films
qui parfois passent sous le radar font notre bonheur.»
Photo: Lex Kleren
Kultur 5 Min. 06.03.2019 Aus unserem online-Archiv
Exklusiv für Abonnenten

LuxFilmFest: "C'est la qualité qui prime"

Marc THILL
Marc THILL
Il est le «monsieur cinéma» du Luxembourg City Film Festival, Alexis Juncosa, 46 ans, depuis 2011 directeur artistique et responsable de la programmation du festival.

Dans une interview, Alexis Juncosa, directeur artistique du LuxFilmFest, fait le point sur l'édition 2019 et explique pourquoi il ne voudrait pas qu'on dise un jour que le festival a atteint sa vitesse de croisière. La grande fête du cinéma débute ce soir avec comme film d'ouverture «Gloria Bell» du cinéaste chilien Sebastián Lelio.

  • Alexis Juncosa, s’il n'existait qu'un seul mot pour décrire le «Luxembourg City Film Festival», ce serait lequel?

Ce serait le mot «panorama» ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Une aide à l'image
Il est regrettable que le reconnaissance qui revient au cinéma luxembourgeois à l'étranger lui échappe dans son propre pays.
Visite tournage “Les blagues de Toto“ - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
La vache à hublot
Réaction à l’éditorial intitulé «De la politique à l’éthique» de M. Gaston Carré du 24 juin 2019.
Et si on se parlait?
Depuis juin 2015 et le référendum organisé par le gouvernement en vue de moderniser les institutions du pays, les résidents étrangers du Grand-Duché savent que leurs voisins, collègues et amis luxembourgeois D.O.C. semblent réticents à les voir s’impliquer dans la vie politique nationale...
Editorial: A chacun ses armes
"Face au succès des films américains comme "Star Wars", il est difficile pour le cinéma européen de faire de la résistance et de convaincre les distributeurs", estime Marie-Laure Rolland dans son éditorial.