Wählen Sie Ihre Nachrichten​

LuxFilmFest: Bouillons de culture
Kultur 1 09.03.2019

LuxFilmFest: Bouillons de culture

Amel (Sofia Lesaffre) et Mashir (Zeerak Christopher) filent un amour parfait, mais interdit.

LuxFilmFest: Bouillons de culture

Amel (Sofia Lesaffre) et Mashir (Zeerak Christopher) filent un amour parfait, mais interdit.
Photo: Tarantula
Kultur 1 09.03.2019

LuxFilmFest: Bouillons de culture

Thierry HICK
Thierry HICK
«Pour vivre heureux» ou comment désarmorcer le conflit entre générations.

Mashir est censé épouser sa cousine Noor. Or, il aime Amel, avec qui il veut passer des vacances à Londres. Les deux jeunes, entre tradition et soif de liberté, vont braver les interdits pour vivre leur amour. Le couple de jeunes, qui longtemps cachent à leurs familles et leurs amis leurs amours interdites, Mashir et Amel, doivent non seulement vivre avec leur double culture issue de l'immigration, mais aussi et surtout composer avec des parents, ancrés à des niveaux divers dans les traditions de leurs pays d'origine.

«Pour vivre heureux», l'une des coproductions luxembourgeoises (Tarantula) du LuxFilmFest, a été tourné à Bruxelles pour les scènes extérieures et au Luxembourg pour les épisodes d'intérieur. Sont réunies sur un même plateau d'une part l'immigration et la culture pakistanaises – du côté de Mashir – et d'autre part algérienne – pour Amel. 

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

Pakistanais et Algériens

«La venue des Pakistanais en Belgique est plus récente que celle des Algériens. Les parents de Mashir sont nés au Pakistan, tandis que ceux d'Amel sont nés ici et sont donc sans doute plus ouverts sur le monde et moins en prise avec leurs origines et les traditions», explique Salima Sarah Glamine, qui se partage avec Dimitri Linder la réalisation.

«Ce manque de communication entre les parents et leurs enfants peut conduire à une forme de violence aux conséquences douloureuses.» Dimitri Lindner précise: «Notre regard se porte aussi sur les parents avec leurs difficultés à transmettre leurs cultures.» Témoigner sans juger «Nous ne sommes pas là pour juger, nous apportons notre témoignage», estime Salima Sarah Glamine, porteuse elle aussi d'une double culture, son père est français, sa mère algérienne.

Des  acteurs amateurs

Le manque de communication entre les générations peut avoir de graves conséquences, préviennent les deux réalisateurs.
Le manque de communication entre les générations peut avoir de graves conséquences, préviennent les deux réalisateurs.
Photo: Tarantula

«Pour vivre heureux», dimanche à 16.30 heures, à l'Utopia. Le film sort en salle le 20 mars.

www.luxfilmfest

Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.