Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«Le non-dit tue»
Kultur 1 4 Min. 27.11.2019

«Le non-dit tue»

Quatre actrices en répétition sous l'œil avisé de Catherine Schaub.

«Le non-dit tue»

Quatre actrices en répétition sous l'œil avisé de Catherine Schaub.
Photo: Lex Kleren
Kultur 1 4 Min. 27.11.2019

«Le non-dit tue»

Thierry HICK
Thierry HICK
Création au Théâtre d'Esch: «Le courage» met à nu le destin de quatre femmes.

Quatre femmes, quatre histoires, quatre auteures, quatre actrices et une idée centrale: le courage. «Cette pièce est un kaléidoscope de moments d'interrogations du courage féminin», précise Catherine Schaub, metteure en scène française qui ce vendredi présentera sa nouvelle création «Le courage» au Théâtre d'Esch. 

Ces quatre histoires au féminin ont un point commun. Les auteures Céline Delbecq, Penda Diouf, Julie Gilbert et Camille Laurens racontent dans leurs textes respectifs le sort, souvent tragique, de femmes malmenées par la vie ou par leurs conjoints.

«Périple en Namibie sur les traces d'un passé à l'horreur refoulée; violence conjugale dans un phare en pleine tempête; logique implacable d'une société lucrative qui brise la moindre voix dissonante; lâcheté devant une scène d'agression sur un quai de gare»: le texte de présentation de la pièce est plus qu'explicite sur les buts et retentissements de cette production.

La metteure en scène s'est adjoint l'aide du chorégraphe Jean-Guillaume Weis.
La metteure en scène s'est adjoint l'aide du chorégraphe Jean-Guillaume Weis.
Photo: Lex Kleren

Un constat troublant

«Ces quatre histoires font peut-être toutes partie d'une seule et unique femme», note Catherine Schaub. «Ce qui est plus troublant, c'est de constater que toutes ces violences ordinaires sont banalisées et font partie du quotidien.»

Catherine Schaub est invitée par le Théâtre d'Esch pour cette nouvelle création qui s'inscrit parfaitement dans une programmation qui cette année a précisément choisi le thème du «courage» comme leitmotiv.

Catherine Schaub explique: «Le courage, c'est parler, prendre la parole pour dire des choses. Le silence fait du bien, le non-dit par contre crée de la frustration, de la colère, de la violence et tue. Donc finalement il faut agir pour faire bouger les choses.»

En tant qu'artiste, face au viol, face à la violence, il faut agir, réagir.

Catherine Schaub, metteure en scène

Catherine Schaub, qui ne veut pas d'opposition manichéenne entre les sexes, veut avant tout «observer, et faire réfléchir pour arriver à une prise de conscience commune. Monter sur scène est donc en soi un acte politique.» «Militante dans l'âme», la metteure en scène se félicite d'un changement de mentalité en cours: «Je crois que nous vivons un moment historique. Quelque chose est en train d'arriver, même si on est encore très loin d'une situation que je qualifierais de normale.»

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

«Interroger certains mécanismes de notre société»

«En tant qu'artiste, face au viol, face à la violence, il faut agir, réagir. Pourquoi acceptons-nous certaines choses? Comment comprendre où on en est arrivé? C'est à ces questions que je veux répondre. Ce qui m'intéresse avant tout, c'est de pouvoir interroger certains mécanismes de notre société», clame Catherine. Avant de poursuivre: «Artistes, pouvons-nous changer la face du monde avec notre travail? Je veux semer une petite graine même si je ne sais ce qui va en devenir par la suite.»

C'est grâce au rendez-vous «Les intrépides» organisé en France par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques que Catherine Schaub découvre en 2017 les écrits des quatre auteures qui sont donc finalement utilisées pour la création eschoise. Une création pour laquelle la metteure en scène a fait appel aux techniciens du Théâtre municipal d'Esch-sur-Alzette, aux actrices Valérie Bodson, Céline Camara, Valérie Geoffrion et Charlotte Marquart, à Trixi Weis pour la scénographie et les costumes, au chorégraphe Jean-Guillaume Weis pour la partie danse et à Aldo Gilbert pour le volet musical.

Proche de l'esprit cabaret

Après quelques réunions préparatoires il y a quelques mois, toute l'équipe s'est donné rendez-vous ces dernières semaines dans l'une des salles de répétitions du théâtre eschois pour mettre au point un spectacle que Catherine Schaub veut proche de l'esprit cabaret: des chansons, des chorégraphies, mais aussi certains témoignages viendront se greffer aux quatre monologues de femmes. «Théâtre, chant et danse cohabitent dans ce programme sans début, ni milieu, ni fin.»

Pour «Le courage», Catherine Schaub s'est comme à son habitude documentée et a accumulé les informations sur le sujet. Pour elle la violence, les coups, grâce au concours ici du chorégraphe Jean-Guillaume Weis, doivent pouvoir s'exprimer au travers de métaphores ou d'images esthétiques. Mais aussi au travers de paroles. «Pour s'exprimer, pour communiquer, le choix des mots est fondamental. Les mots sont une arme puissante, massive», conclut Catherine Schaub avant de filer retrouver ses actrices en répétition.

Création de «Le courage» le vendredi 29 novembre à 20 heures au Théâtre d'Esch-sur-Alzette. Autre représentation le dimanche 1er décembre à 17 heures, séance scolaire le lundi 2 décembre à 10 heures. Tarifs: 20, 16 euros (9 et 8 euros pour les – de 26 ans; 4,5 et 4 euros pour les – de 12 ans). Réservations au téléphone 27 54 50 10 ou -50 20, e-mail: reservation.theatre@villeesch.lu

www.theatre.esch.lu


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

L'OGBL rompt le silence, l'Aleba réplique
Le syndicat dévoile les détails des négociations menées entre partenaires sociaux autour de la nouvelle convention collective bancaire. L'Aleba dénonce une attitude "électoraliste."
Selon l'OGBL, le patronat voudrait introduire un système d'évolution de carrière lié à 100 % à la performance individuelle.
Cabarenert à neimënster : Rire à l’âge de la terreur
Le contexte politique actuel ne prête guère à rire. Pourtant, le public a besoin, de cette soupape libératrice qu’est l’humour. La nouvelle édition du Cabarenert «Réckbléck an d’Zukunft», s’en prennent à ce qui ne va pas dans le petit microcosme luxembourgeois.
Editorial: Quelle brutalité!
Le feuilleton procédurier qui ébranle depuis un certain temps le Front national en France montre jusqu’à quel degré la politique peut conduire les hommes à un comportement brutal et impitoyable.
Editorial : Frémissement
A en croire la ministre de l'Egalité des chances, Lydia Mutsch, et son collègue de l'Economie, Etienne Schneider, les femmes ont le vent en poupe. Lors d'une récente conférence de presse, tous deux ont souligné que le sexe féminin est de mieux en mieux représenté dans les postes à responsabilité au Luxembourg.
Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.