Wählen Sie Ihre Nachrichten​

La saison 2014-2015 du Théâtre du Centaure: L'amour sous toutes ses formes
Kultur 4 Min. 13.09.2014

La saison 2014-2015 du Théâtre du Centaure: L'amour sous toutes ses formes

"Ce soir j'ovule" de Carlotta Clerici

La saison 2014-2015 du Théâtre du Centaure: L'amour sous toutes ses formes

"Ce soir j'ovule" de Carlotta Clerici
Théâtre du Centaure
Kultur 4 Min. 13.09.2014

La saison 2014-2015 du Théâtre du Centaure: L'amour sous toutes ses formes

Le fil rouge de la saison qui guidera les spectateurs du côté des créations est l'amour et la sexualité, un thème qui peut paraître banal mais que l'on promet au Centaure d'explorer de manière surprenante et positive.

PAR MARIE-LAURE ROLLAND

Après la torpeur estivale, la température monte sur la scène culturelle. Les unes après les autres, les institutions montent au créneau pour présenter les programmes qu'elles ont concoctés pour la saison à venir. Le Théâtre du Centaure s'est prêté à l'exercice avec une équipe soudée autour de sa directrice 
artistique Marja-Leena Junker, de son directeur administratif Jules Werner et de sa secrétaire générale Myriam Muller. Trois piliers de la scène théâtrale francophone dont la présidente de l'association, l'ancienne ministre de la Culture Erna Hennicot-Schoepges, n'a pas manqué de saluer le travail.

"Orphelins": Le texte est porteur pour les comédiens, Jules Werner, Myriam Muller et Mathieu Moro, mais il est d’une incroyable exigence.
"Orphelins": Le texte est porteur pour les comédiens, Jules Werner, Myriam Muller et Mathieu Moro, mais il est d’une incroyable exigence.
Photo: BOHUMIL KOSTOHRYZ

Une année de transition

A observer le programme, il est clair que la saison 2014-2015 sera une année de transition marquée par un gros point d'interrogation concernant l'évolution de la dotation budgétaire allouée par le ministère de la Culture. Le Théâtre du Centaure fait partie des associations conventionnées qui 
bénéficient d'une subvention de l'Etat (113.000 euros en 2013). Il n'échappera pas à l'annulation de la convention décrétée par le ministère et n'a à ce jour aucun horizon financier pour l'année prochaine. Le trésorier Jules Werner se veut optimiste – «je ne crois pas à une baisse de la dotation; elle est déjà très basse». Néanmoins, la prudence est de mise.

Sur les dix spectacles à l'affiche, quatre sont des reprises de pièces à succès qui avaient dû refuser du monde l'année passée: «Mille francs de récompense» de Victor Hugo, avec Jules Werner mais sans Jean-François Wolff, en tournée en France (du 15 au 24/09); «La Parure» de Maupassant dans une mise en scène de Stéphane Ghislain Roussel (du 14 au 18/10); «Orphelins» de Dennis Kelly mis en scène par Marja-Leena Junker (du 6 au 13/02/15); «La nuit juste avant les forêts» de Bernard-Marie Koltès avec Denis Jousselin (les 20 et 21/11).

"Ce soir j'ovule" de Carlotta Clerici
"Ce soir j'ovule" de Carlotta Clerici
Théâtre du Centaure

Parce que cela fait du bien

Le fil rouge qui guidera les spectateurs du côté des créations est l'amour et la sexualité, un thème qui peut paraître banal mais que l'on promet au Centaure d'explorer de manière surprenante et positive. Le premier rendez-vous entraîne le public dans l'intimité de sept écrivaines luxembourgeoises pour une soirée «Mat Leif a Séil» (du 4 au 9/11). Marion Poppenborg, Monique Reuter et Marie-Paule von Roesgen seront sur scène pour nous faire découvrir les textes spécialement commandés par le Centaure, avec le soutien de la ville de Luxembourg.

Katia Scarton-Kim pour sa part a réuni des grands textes de la littérature mondiale, de Sainte Thérèse d'Avila à Brassens en passant par Georges Bataille ou Louise 
Labé – dont elle a emprunté un vers pour titrer son spectacle: «Baise m'emcor, rebaise-moi et baise...» (du 2 au 14/12). Elle y raconte la sexualité dans tous ses états, une sexualité qui se veut joyeuse, y compris au grand âge.

La production de l'oeuvre «Mille francs de récompense» de Victor Hugo.
La production de l'oeuvre «Mille francs de récompense» de Victor Hugo.
Photo: J-F Wolff

Marja-Leena Junker revient une nouvelle fois à l'un de ses auteurs favoris, Paul Claudel, en mettant en scène «Partage de midi» (du 8 au 25/01/15). Un texte inspiré par la liaison passionnée de l'auteur avec une femme mariée et qui offrira à Myriam Muller «l'un des plus beaux rôles féminins au théâtre».

Cap sur Avignon

La metteuse en scène belge 
Aïcha Rapsaet pour sa part propose une pièce qui traite de manière humoristique du problème de la stérilité et du parcours de combattante que représentent les méthodes de procréation artificielle. Elle interroge ainsi les motivations profondes du désir d'enfant (du 14 au 29/03/15).

L'amour homosexuel est évoqué dans la pièce du Canadien Michel Tremblay, «Hosanna», mise en scène par Jérôme Konen (du 12 mai au 4 juin) tandis que Marja-Leena Junker revient à la version théâtrale du film «Une liaison pornographique», pièce programmée pour Avignon en 2015. Enfin, à noter que l'initiative transfrontalière «Textes sans frontière» fera escale au Centaure les 12 et 13 novembre avec les textes de quatre auteurs de la Grande Région, parmi lesquels Nathalie Ronvaux.

www.theatrecentaure.lu


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...