Wählen Sie Ihre Nachrichten​

La critique ciné de la semaine: "Le Tout Nouveau Testament": pour voir la vie en rose
Ea (Pili Groyne) veut se sauver du paradis où elle vit un enfer.

La critique ciné de la semaine: "Le Tout Nouveau Testament": pour voir la vie en rose

Photo: Riacardo Vaz Palma
Ea (Pili Groyne) veut se sauver du paradis où elle vit un enfer.
Kultur 1 4 Min. 27.09.2015

La critique ciné de la semaine: "Le Tout Nouveau Testament": pour voir la vie en rose

"Le Tout Nouveau Testament" de Jaco van Dormael fait déjà un carton en France et arrive sur nos écrans au Luxembourg. Une coproduction luxembourgeoise à ne pas manquer. Voici pourquoi.

Par Marie-Laure Rolland

C'est le genre de film qui devrait être imposé comme thérapie à tous ceux qui sont frappés de sinistrose. Ce qui n'empêche pas de le recommander également à ceux qui, tout simplement, ont envie de rire un bon coup – et intelligemment! Rien d'étonnant à ce que «Le Tout Nouveau Testament», du réalisateur Jaco van Dormael, ne soit pas passé inaperçu lors de sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes. Et que ses débuts en France soient tout aussi prometteurs: le film devrait atteindre les 800.000 spectateurs en trois semaines d'exploitation. De quoi réjouir notre ministre des Communications, Xavier Bettel, qui a assisté cette semaine à l'avant-première de cette coproduction luxembourgeoise tournée en grande partie dans le pays.

Pléaide de stars et jeunes premiers

«Le Tout Nouveau Testament» met en scène une pléiade de stars et d'acteurs moins connus. On y retrouve Benoît Poelvoorde dans le rôle principal d'un Dieu aussi maléfique que dictatorial, mais aussi Catherine Deneuve, François Damiens, Yolande Moreau sans oublier la jeune Pili Groyne et deux acteurs luxembourgeois, Marco Lorenzini et le jeune Romain Gelin.

Ea (Pili Groyne) vit au paradis un véritable enfer. Elle est cloîtrée, Dieu, son père (Benoît Poelvoorde)  est infernal et sa mère (Yolande Moreau), complètement soumise.
Ea (Pili Groyne) vit au paradis un véritable enfer. Elle est cloîtrée, Dieu, son père (Benoît Poelvoorde) est infernal et sa mère (Yolande Moreau), complètement soumise.
Photo: Climax Films

Le film suit le périple d'Ea (Pili Groyne), une gamine qui n'est rien moins que la fille de Dieu. Elle vit au paradis un véritable enfer. Elle est cloîtrée, son père est infernal et sa mère (Yolande Moreau), complètement soumise, ne fait rien pour tenter de s'interposer. Même son frère, JC, s'est fait la malle. Elle décide de s'enfuir et d'aller sur terre écrire son propre Testament en recrutant six nouveaux disciples. Avant de partir, elle parvient à prendre le contrôle de l'ordinateur de son père et à envoyer à tous les humains un SMS leur indiquant le jour et l'heure de leur mort. Ce qui va semer sur terre une pagaille monstre.

On retouve dans «Le Tout Nouveau Testament» la patte de l'auteur de «Toto le héros» (Caméra d'or à Cannes en 1991) et de «Mr Nobody». Le maître, qui cosigne le scénario avec Thomas Gunzig, n'a rien perdu de sa créativité ni de son style inimitable. Bourré d'humour, de poésie, d'intelligence, il déclenche chez le spectateur des hurlements de rire avec cette manière tellement belge de traiter par l'absurde les sujets les plus complexes.

Donner du sens à l'absurde

Ce petit conte philosophico-satirique soulève une question simple dont la réponse est loin d'être évidente: que voudrait-on faire si l'on connaissait le moment où l'on va mourir? Chaque rencontre avec les «évangélistes» que la jeune Ea va recruter est prétexte à toutes sortes de situations rocambolesques, émouvantes, surprenantes, qui dessinent en creux la condition de l'Homme moderne. Puisque Dieu déraille, la petite Ea a décidé de prendre le destin en main. Sur son passage, elle va semer des graines d'amour qui vont germer en prenant des chemins pour le moins incongrus. Un message au fond très évangélique.

Le réalisateur saisit ses personnages sur le vif, dans une succession de plans extrêmement construits qui s'enchaînent avec grâce. Les effets spéciaux et la voix off soulignent le côté magique du récit dont la trame linéaire est pimentée de coups de théâtres.

Dieu (Benoît Poelvoorde) en prend plein la figure, au propre comme au figuré.
Dieu (Benoît Poelvoorde) en prend plein la figure, au propre comme au figuré.
Photo: Climax Films.

Le casting est impeccable. Benoît Poelvoorde incarne son rôle de Dieu parfaitement odieux avec maestria. Il a l'habitude de jouer les salauds mais là, on serait tenté de dire qu'il se surpasse. Après avoir mené les hommes à la baguette, c'est lui qui va en prendre plein la figure, au propre comme au figuré. La jeune Pili Groyne est une révélation dans le rôle principal de Ea. Une boule d'énergie dont la force principale est l'empathie avec les gens qu'elle croise.

La belle et la bête

Catherine Deneuve est complètement investie dans son rôle de vieille rombière délaissée par son mari et qui tombe amoureuse d'un gorille. Ses mamours au lit avec la bête feront sûrement partie de son best-of. Et puis bien sûr, il y a Marco Lorenzini à qui Jaco van Dormael a offert le rôle en or d'un clochard reconverti en évangéliste qui va veiller sur Ea durant son périple sur terre; il a la tête de l'emploi et la bienveillance de circonstance.

Retouvez tous les horaires des films en cliquant ici.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial: Vers la fin des dinosaures
C'est avec un Premier ministre «à l'image de mes engagements pris» – en l'occurrence le juppéiste Edouard Philippe – que le nouveau Président de la France compte emprunter une voie d'autant plus attrayante qu'inexplorée.
Leitartikel: Le camp des vainqueurs
La banque d'investissement n'est pas morte: elle séduit encore les jeunes. La plus célèbre d'entre elles, Goldman Sachs, a reçu cette année plus de 250.000 candidatures pour des stages aux Etats-Unis.
Festival de Cannes: Marco Lorenzini découvre la Croisette
L'acteur luxembourgeois est venu à Cannes pour assister à la sortie du "Tout Nouveau Testament", une coproduction luxembourgeoise sélectionnée à la Quinzaine des réalisateurs et ovationnée dimanche midi lors de sa première. Il nous confie ses impressions dans une interview vidéo.
Editorial: Le principe de fraternité
Noël approche, temps des émotions fortes, qui appelle quelque histoire de nature à édifier les âmes. Celle-ci va faire sourire, pleurer ou hurler, selon la sensibilité et les convictions de chacun.
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...