Wählen Sie Ihre Nachrichten​

L'artiste Déborah de Robertis relaxée
Kultur 01.02.2017 Aus unserem online-Archiv
Exhibition sexuelle

L'artiste Déborah de Robertis relaxée

Déborah de Robertis était apparue en partie dénudée lors de deux expositions: au Musée des arts décoratifs de Paris lors d'une exposition consacrée à la poupée Barbie et à la Maison européenne de la photographie.
Exhibition sexuelle

L'artiste Déborah de Robertis relaxée

Déborah de Robertis était apparue en partie dénudée lors de deux expositions: au Musée des arts décoratifs de Paris lors d'une exposition consacrée à la poupée Barbie et à la Maison européenne de la photographie.
Deborah De Robertis
Kultur 01.02.2017 Aus unserem online-Archiv
Exhibition sexuelle

L'artiste Déborah de Robertis relaxée

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
L'artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis, poursuivie pour exhibition sexuelle après des «performances» dans deux musées où elle apparaissait en partie dénudée, a été relaxée mercredi, le tribunal estimant qu'il n'y avait «pas d'éléments suffisants pour caractériser l'exhibition».

(AFP) - L'artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis, poursuivie pour exhibition sexuelle après des «performances» dans deux musées où elle apparaissait en partie dénudée, a été relaxée mercredi, le tribunal estimant qu'il n'y avait «pas d'éléments suffisants pour caractériser l'exhibition».

La présidente du tribunal correctionnel de Paris a jugé, «qu'en l'état actuel des moeurs en France (...), le geste de l'artiste n'était pas constitutif d'une exhibition» et qu'il n'y avait «simplement pas d'éléments suffisants pour caractériser l'exhibition».

L'artiste, qui s'est déclarée «satisfaite » de la décision, a accueilli le jugement avec un certain détachement, mâchouillant son chewing-gum.

Son avocat, Me Tewfik Bouzenoune, s'est réjoui de la relaxe de sa cliente. «C'est une super décision qui fait honneur à la justice sur la manière de juger les artistes». Il a par ailleurs estimé que le texte sanctionnant l'exhibition sexuelle était «imprécis».

«Comment peut-on définir un état de nudité ? C'est beaucoup trop vague», a-t-il dit.

Déborah de Robertis était apparue en partie dénudée lors de deux expositions: au Musée des arts décoratifs de Paris lors d'une exposition consacrée à la poupée Barbie et à la Maison européenne de la photographie.

L'artiste s'y était rendue le 18 septembre, perruque blonde sur la tête, dans une combinaison couleur chair qui laissait apparaître ses seins. En haut de ses cuisses, elle arborait une abondante toison pubienne factice.

Si la magistrate du parquet avait admis la différence de contexte entre le geste de l'artiste et une exhibition sexuelle classique, elle avait également souligné le caractère «imposé» de la performance, vis-à-vis d'un public non averti. Une amende de 2.000 euros avait été requise.

A la sortie du Palais de Justice, l'artiste de 32 ans a expliqué vouloir poursuivre ses «performances». «Pour moi c'est très bien puisque je prépare une série de performances dans d'autres musées». Selon elle, la décision du tribunal «replace (son) travail là où il doit être, dans l'art».

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Salon Printemps beim CAL
Künstler auf Augenhöhe: Der Cercle Artistique zeigt „Art Brut“ aus verschiedenen „Ateliers protégés“. Das Motto lautet „Faux pas“.
Kultur, CAL  Exposition Faux Pas, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Das neue Ausstellungsjahr in Luxemburg kündigt so manches in Sachen Kunst an: Die Museen holen aufregende Werke von William Kentridge, Robert Brandy und auch einiges aus der Pariser Belle Époque hervor.
Kultur,  Nationalmuseum für Geschichte und Kunst, Claude Viallat und Patrick Saytour, Ausstellung, Expo Supports/Surfaces Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Urteil des Pariser Strafgerichts
Die Künstlerin Deborah de Robertis musste sich in Paris wegen Exhibitionimus im Rahmen ihrer Museums-Performances verantworten. Jetzt wurde sie freigesprochen - das Gericht fand nicht genügend Anhaltspunkte.
Deborah de Robertis bei der Arbeit, verdeckt von einer Museumswärterin.
Vor dem Pariser Strafgericht
Wie weit darf Nacktheit in der Kunst gehen, bevor sie ein Gesetz bricht? Deborah de Robertis hat diese Frage mit ihren Performances, ob gewollt oder nicht, mehrfach gestellt. Zurzeit wird über die Antwort verhandelt.
Die Performance von De Robertis schockte offensichtlich die Kunstwelt.
Erbgroßherzog Guillaume und Prinzessin Stéphanie
Das erbgroßherzogliche Paar reiste am Samstagmorgen in den Norden des Landes und besuchte die "The Family of Man"-Ausstellung im Clerfer Schloss.
Das Erbgroß herzogliche Paar besucht die Ausstellung "The Family of Man" in Clerf