Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Indémodable «Spuerbéchs»
Kultur 3 Min. 26.08.2019

Indémodable «Spuerbéchs»

En 58 ans d'existence, la petite tirelire d'épargne fait quelque peu partie du patrimoine du pays

Indémodable «Spuerbéchs»

En 58 ans d'existence, la petite tirelire d'épargne fait quelque peu partie du patrimoine du pays
Photo: Guy Jallay
Kultur 3 Min. 26.08.2019

Indémodable «Spuerbéchs»

Thierry HICK
Thierry HICK
Un musée, un objet: la tirelire de la «Spuerkeess» accompagne les écoliers depuis 1961 et résiste au temps

Elle a fait le bonheur de générations d'écoliers: la «Spuerbéchs» distribuée année après année aux enfants de la première année d'école primaire. Une tradition que la «Spuerkeess» entend bien poursuivre et défendre – même en période de digitalisation et de rationalisation.

La Banque et Caisse d'Épargne de l'État (BCEE) y avait déjà pensé au XIXe siècle, mais il a fallu attendre l'année 1961 pour que le directeur Gustav Stoltz lance le projet. «Le but à l'époque déjà était de sensibiliser les plus jeunes à l'idée d'épargner de l'argent», explique Gaby Huberty-Fautsch, membre de la division «Business Coordination» et du service «Institutional Relationship Management» de la BCEE.

En 58 ans d'existence, la petite tirelire d'épargne fait quelque peu partie du patrimoine du pays. Certains anciens élèves la conservent pieusement, tandis que d'autres s'en sont séparés un jour ou un autre.

Une forme immuable

La forme carrée, de taille modeste – un côté mesure sept centimètres – est immuable. Les bords sont arrondis, comme pour renforcer l'aspect ludique de l'objet. La décoration a changé annuellement jusqu'en 2017 – à partir de cette date, les motifs choisis ont une durée de vie de trois saisons et ne sont de fait plus estampillés par année.

Les motifs de décorations de la «Spuerbéchs» varient au fil du
temps – la forme, quant à elle, est restée inchangée.
Les motifs de décorations de la «Spuerbéchs» varient au fil du
temps – la forme, quant à elle, est restée inchangée.
Photo: Guy Jallay

Les châteaux du Luxembourg, les oiseaux ou encore d'autres personnages de contes et légendes sont retenus pour la décoration. Sur le côté verso des tirelires sont représentés des jeunes épargnants rapportant leurs économies à la banque – jadis en francs, aujourd'hui en euros.

Les dessins sont simples, les couleurs aussi. Aujourd'hui, la réalisation des motifs de décoration est confiée à une agence de publicité externe. Chaque année, quelque 5.000 exemplaires sont distribués aux écoliers – après l'accord de principe des autorités communales. Les tirelires sont comme à leur début toujours réalisées par la manufacture Villeroy & Boch.

Une tradition à poursuivre

Aujourd'hui encore, la «Spuerbéchs» continue d'exister. Même en ces temps de technologies modernes où la monnaie est de plus en plus dématérialisée, l'idée de conserver ces économies dans un «bas de laine» n'a semble-t-il pas complètement disparu. Du moins pour les écoliers, affirme-t-on du côté de la «Spuerkeess» qui entend bien «poursuivre cette belle tradition», selon Gaby Huberty-Fautsch. L'employée s'occupe également du Musée de la Banque qui abrite une riche collection historique de «Spuerbéchsen».

L'indissociable «Spuerbuch» est quant à lui resté d'usage jusqu'au 1er juillet 
2000.
L'indissociable «Spuerbuch» est quant à lui resté d'usage jusqu'au 1er juillet 
2000.
Photo: Marc Wilwert

Dans la même salle du «Bankenmusée» consacrée à l'épargne, l'on découvre par ailleurs une collection de livrets d'épargne. Le premier «Spuerbuch» a été délivré à Paul Ulveling le 25 septembre 1859. Le 1er juillet 2000, le livret a été remplacé par un compte d'épargne, plus dans l'air du temps.

100 francs hier, 50 euros aujourd'hui

Dès son lancement, la remise d'une tirelire d'épargne aux écoliers s'est accompagnée d'une ouverture d'un livret, ensuite d'un compte d'épargne. Les 100 francs luxembourgeois des débuts se sont transformés en 50 euros d'aujourd'hui. De là à dire que tout augmente, il n'y a qu'un pas...

Des billets de banque d'une époque pas si lointaine, une ancienne agence bancaire et une salle des coffres reconstituée, le «Bankenmusée» de la BCEE, logé dans l'enceinte du siège de l'institut financier et ouvert au grand public, ne se limite pas à faire la lumière sur les produits et services maison mais suit de près l'historique et l'évolution de la place financière du Luxembourg.

Musée de la Banque au siège de la BCEE, 1, place de Metz, Luxembourg. Ouvert du lundi au vendredi, de 9 à 17.30 heures. Entrée libre. Visites guidées sur demande au tél. 40 15 24 71.

www.bcee.lu