Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«Humour pour la Paix» : «La colère pour s'énerver et s'indigner»
Diogène Ntarindwa: «Je refuse le statut de rescapé.»

«Humour pour la Paix» : «La colère pour s'énerver et s'indigner»

Photo: Gerry Huberty
Diogène Ntarindwa: «Je refuse le statut de rescapé.»
Kultur 1 7 Min. 02.02.2017

«Humour pour la Paix» : «La colère pour s'énerver et s'indigner»

Thierry HICK
Thierry HICK
Il a vécu les horreurs du génocide du Rwanda de l'intérieur, enfant-soldat il a défendu un pays qui lui était interdit. Aujourd'hui, dans sa pièce «Carte d'identité» Diogène Ntarindwa raconte sa vie, sans ombrages et sans vengeance.

Interview: Thierry Hick

Il a vécu les horreurs du génocide du Rwanda de l'intérieur, enfant-soldat il a défendu un pays qui lui était interdit. Aujourd'hui, dans sa pièce «Carte d'identité» Diogène Ntarindwa raconte sa vie, sans ombrages et sans vengeance.

Vous nous présentez votre pièce «Carte d'identité»?

Elle travaille sur le rapport entre la grande Histoire et les petites histoires, plus intimes et personnelles qui sont souvent le résultat de ce qui s'est passé à un niveau supérieur ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Analyse: La vérité dans l'affaire Joséphine et Claudine Bal
Simone Mousset est passée aux aveux. Mardi 25 avril, elle avait présenté à Mersch un ballet documentaire s'inspirant de «la vie des deux plus grandes figures de l’histoire de la danse folklorique luxembourgeoise, les sœurs Josephine et Claudine Bal». Or celles-ci n'ont jamais existé.
Simone Mousset, Régisseur de théatre, Foto Lex Kleren
Si tacuisses ... et non twitterisses
Madame Cahen et Monsieur Meisch ont révélé une bonne fois pour toutes que nos responsables politiques, loin de s’élever au-dessus du niveau des brèves de comptoir, tendent de plus en plus à s’y rabaisser – et les moyens de communication modernes leur en donnent l’occasion.
16.10. Min Famille / PK Claude Meisch u. Corinne Cahen / Familienpolitik u. Sparmassnahmen Foto: Guy Jallay
Un an après le Bataclan: Quatre Luxembourgeois de Paris témoignent
«Rien que de vivre à Paris, ça vous met dans le lot de ceux qui sont touchés», sait bien Françoise Mathay à Paris depuis plus de dix ans. Même si aucun d'entre eux n'a été victime des attentats du 13 novembre 2015, beaucoup de Luxembourgeois vivant à Paris connaissaient de près ou de loin une victime des attentats.