Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Finale du «Prix Anne & Françoise Groben» 2017: Benjamin Kruithof haut la main
Les quatre finalistes (d.g. à d.): Sven Hoscheit, Benjamin Kruithof, Lea Sobbe, Frin Wolter.

Finale du «Prix Anne & Françoise Groben» 2017: Benjamin Kruithof haut la main

Photo: Guy Jallay
Les quatre finalistes (d.g. à d.): Sven Hoscheit, Benjamin Kruithof, Lea Sobbe, Frin Wolter.
Kultur 1 4 Min. 19.06.2017

Finale du «Prix Anne & Françoise Groben» 2017: Benjamin Kruithof haut la main

Pol SCHOCK
Pol SCHOCK
L’atmosphère était électrique dans le Grand Auditorium de la Philharmonie du Luxembourg, dimanche après-midi, à l’occasion de la finale du premier Concours pour jeunes instrumentistes et chanteurs, le «Prix Anne & Françoise Groben».

Par Isabelle Trüb

Cet événement très attendu faisait suite à la demi-finale publique du 14 janvier, qui avait déjà stimulé la curiosité et des passions parmi les mélomanes du pays. La sélection des quatre jeunes finalistes avait été confiée à un jury d’experts, présidé par le pianiste et directeur artistique de l’OCL, Jean Muller.

Dimanche, chacun de ces finalistes a enfin eu la possibilité d’interpréter un concerto en compagnie de l’Orchestre de Chambre du Luxembourg, sous la direction du nouveau chef titulaire de l’orchestre, Florian Krumpöck ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

«TalentLab»: La jeunesse en mouvement
L'année passée, seul le théâtre était d'actualité. Pour sa deuxième édition, le «TalentLab» s'ouvre à la danse et à l'opéra. Sept candidats ont été retenus pour participer à l'aventure créative. Après plusieurs jours de mise en place et de répétitions, ils présenteront leurs projets.
Journee Preparatoire Talent LAB, Luxembourg, le 12 Mai 2017. Photo: Chris Karaba
Editorial: Parcours du combattant
Combien de temps durera l’onde de choc de l’attentat du marché de Noël à Berlin? Il peut paraître cynique de poser la question. Pourtant, il faut bien reconnaître que l’heure n’est plus aux manifestations de masse contre la barbarie.
Editorial: 20 ans après...
La grisaille de la météo tout autant que les perspectives politiques, économiques et sociales du pays n'incitent guère à l'euphorie en ce début d'année. Mais puisque nous sommes à l'époque des bonnes résolutions, tentons de partir d'un bon pied en positivant.