Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«Un test grandeur nature»
Kultur 1 5 Min. 20.08.2021
Festival du Film francophone d'Angoulême

«Un test grandeur nature»

Des allusions à peine voilées aux grandes heures du cinéma ..
Festival du Film francophone d'Angoulême

«Un test grandeur nature»

Des allusions à peine voilées aux grandes heures du cinéma ..
Photo: Iris Productions
Kultur 1 5 Min. 20.08.2021
Festival du Film francophone d'Angoulême

«Un test grandeur nature»

Thierry HICK
Thierry HICK
«Le chemin du bonheur» de Nicolas Steil est en compétition officielle.

Lorsque son film «Le chemin du bonheur» sera présenté en avant-première le mercredi 25 août à 13.30 heures au cinéma CGR l’Eperon dans le cadre du Festival du Film francophone d’Angoulême – en tout cinq projections sont prévues jusqu’au samedi 28 août – le réalisateur Nicolas Steil aura sans doute un peu oublié les soubresauts du tournage.

«La première partie s’est déroulée au Filmland de Kehlen à l’été 2021. Plusieurs cas de Covid ont été détectés. Le tournage a dû être stoppé pendant trois ou quatre jours. L’équipe de quelque 200 personnes s’est retrouvée du jour au lendemain à l’arrêt. Le planning a dû être décalé. En fait, les diagnostics furent une erreur de laboratoire.»

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

La seconde partie du tournage avait pour cadre Bruxelles. «La situation devenait de plus en plus difficile et incertaine. Pour les scènes de foule, nous devions respecter des bulles de dix personnes. Ce fut un vrai casse-tête. Après 16 ou 17 jours de prises de vues, nous avons finalement terminé le tournage la veille du reconfinement», précise Nicolas Steil, qui lors du montage de son film a à son tour été frappé par le virus. «Et ce très sévèrement, c’est loin d’être une simple grippe».

Et finalement, le film «Le chemin du bonheur» est donc fin prêt pour la fête du film francophone d’Angoulême. «Dix films ont été retenus pour la compétition, dont le mien», s’enorgueillit le réalisateur.

L’histoire de mon film se joue à plusieurs niveaux: la Shoah, le monde du cinéma et une histoire d’amour.

Nicolas Steil, réalisateur et producteur.

Au-delà de la simple compétition, être à Angoulême pour Nicolas Steil «c’est l’occasion d’un test grandeur nature auprès d’un public de cinéphiles.» Mais aussi de faire découvrir son long-métrage aux potentiels distributeurs de cinéma de Belgique, Suisse, France, Québec et Luxembourg. «Angoulême est le plus important festival de films francophones», note le réalisateur qui en 2009 y présentait dans la même ville son film «Réfractaire», qui a ensuite fait partie de la sélection de productions luxembourgeoises mises en lumière en 2019. Avant cela, en 2010, Nicolas Steil était membre du jury du festival placé sous la présidence de Nathalie Baye.

Eviter les embouteillages

Faire sortir en salle son film le plus tôt possible répondait aussi à une certaine urgence. «Une fois la pandémie terminée, les grosses sorties, entre autres américaines, seront sans doute nombreuses. Mieux vaut éviter les embouteillages pour éviter que mon film ne tombe aux oubliettes».

Nicolas Steil, de la production à la réalisation il n’y a qu’un pas.
Nicolas Steil, de la production à la réalisation il n’y a qu’un pas.
Photo: Iris Productions

«Le chemin du bonheur» raconte la vie de Saül. Enfant, pour échapper à la Shoah, il est envoyé à Bruxelles dans une famille d’accueil. Ils étaient quelque 700 enfants à faire ce voyage avec ce que l’on appelait à l’époque un «Kindertransport». En 1986, Saül devenu adulte, ouvre le restaurant «Delikatessen» dans la capitale belge. Un lieu entièrement dédié aux heures de gloire du cinéma. Avec son protégé, Joakin, un réalisateur chilien, Saül, désormais restaurateur, décide de tourner un film sur sa vie. Un imprévu s’invitera sans crier gare: Saül, en rencontrant le grand amour, se retrouvera confronté à sa jeunesse.

Le scénario de «Le chemin du bonheur» a été écrit par Michel Fessler et Henri Roanne-Rosenblatt, qui dans son livre «Le cinéma de Saül Birnbaum» relate sa propre expérience d’enfant déporté et caché. «Henri est un ami de longue date. On s’est rencontré en 1990 autour d’un programme européen consacré au cinéma. Une fois le livre achevé, je me suis immédiatement dit qu’il fallait l’adapter au cinéma».

Comédie dramatique et populaire

Le sujet d’une enfance volée en temps de guerre est sérieux et grave et lourd, le réalisateur a choisi l’option d’«une comédie certes dramatique, mais aussi populaire. L’histoire, en fait se joue à plusieurs niveaux. D’abord il est donc question de la Shoah, bien évidemment. Vient s’y greffer l’univers du septième art et une histoire d’amour», explique le réalisateur et producteur de ce film, dont le budget s’élève à 6,5 millions d’euros, financés par le Luxembourg (50%) la Belgique (40%) et la France (10%). «Ce n’est pas énorme pour un film d’époque», note le cinéaste qui une fois encore porte une double casquette. «Etre réalisateur et producteur me permet de combiner tout ce que j’aime faire.»

Le tournage des scènes de foule à Bruxelles en période de pandémie ne s'est pas fait sans difficultés.
Le tournage des scènes de foule à Bruxelles en période de pandémie ne s'est pas fait sans difficultés.
Photo: Iris Productions

En lice au festival du Film francophone d’Angoulême, Nicolas Steil est déjà heureux d’avoir atteint ce stade de la compétition. Vise-t-il une distinction à tout prix? «Bien sûr, je l’espère. Mais je sais aussi, quand dans les dix films en compétition, il y en a trois, très bons qui peuvent être dangereux pour moi. L'expérience nous a aussi montré qu’un jury, dans ses choix, reste imprévisible.» Ne reste plus qu’à attendre les décisions de la présidente du jury Nicole Garcia et de ses jurés qui distribueront leurs Valois.

«Le chemin du bonheur» se frottera entre autres à «Bête noire» de Yann Gozlan, «Une histoire d’amour et de désir» de Leyla Bouzid, «Rose», d’Aurélie Saada.

Fin de la trêve estivale

Le Festival du Film francophone d’Angoulême a lieu du 24 au 29 août. Comme le soulignent les organisateurs, «le festival défend un cinéma populaire et subtil qui enthousiasme les professionnels comme les amateurs, les néophytes comme les cinéphiles.» Depuis 14 ans déjà, le festival signe aussi la fin de la trêve estivale. C’est dans cette ville que certains gros succès français ont décroché une médaille avant de remplir les salles: «Intouchables» en 2011 ou «Guillaume et les garçons, à table!» en 2013.

Annoncée à Angoulême, Sigourney Weaver ne fera finalement pas le déplacement, un tournage retenant la star actuellement en Australie. En outre le festival proposera un hommage au cinéma algérien et en plus de la compétition des courts-métrages, documentaires, avant-premières, ciné-concerts, premiers rendez-vous, nouveaux regards... tous auront à cœur de célébrer le cinéma francophone dans toute sa diversité.

www.filmfrancophone.fr 

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Über das Eigenleben einer abgetrennten Hand hat Jérémy Clapin das Kristall für den besten Animationsfilm beim Festival in Annecy gewonnen. Die Luxemburger Koproduktionen gingen leer aus. Rückblick auf das Festival.
Écran géant/Giant Screen (Pâquier): "Spider-Man : New Generation"/"Spider-Man: Into the Spider-Verse"
Jugendprogramm des Luxemburger Filmfestivals: Filme, die unterhalten, die aber auch zum Nachdenken anregen und die man einfach nur bewundern sollte.
Das Filmfestival fährt insgesamt auf der richtigen Spur – was fehlt, ist das Flair. Man sieht der Stadt Luxemburg wirklich nicht an, dass sie den Film feiert.
Elf Tage Filmfestival in Luxemburg, an denen es mehr als vierzig Mal heißen wird: Licht aus, Film ab. Am Donnerstagabend ist der Auftakt mit der Luxemburger Koproduktion "The Breadwinner".
Luxembourg City Film Festival: d’Virbereedungen fir d’Ouverture en Donneschdeg, le 20 Fevrier 2018. Photo: Chris Karaba