Wählen Sie Ihre Nachrichten​

«Faire société ensemble»
Kultur 2 Min. 01.03.2019

«Faire société ensemble»

Le groupe Génération Gospel mêle blues et soul.

«Faire société ensemble»

Le groupe Génération Gospel mêle blues et soul.
Photo: Paulo Lobo
Kultur 2 Min. 01.03.2019

«Faire société ensemble»

L’association CLAE organise depuis 36 ans le festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté. Festival désormais incontournable, plus de 400 associations, mais aussi des écrivains et des artistes seront présents du 1er au 3 mars pour témoigner de la diversité culturelle du Luxembourg.

PAR CAMILLE KAUFFMANN  - Du 1er au 3 mars, le festival des migrations ainsi que le 19e Salon du livre et des cultures et ArtsManif se tiendront à la Luxexpo the Box. L’association CLAE (Comité de liaison des associations d’étrangers) organise depuis 36 ans le festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté. Festival désormais incontournable, plus de 400 associations, mais aussi des écrivains et des artistes seront présents du 1er au 3 mars pour témoigner de la diversité culturelle du Luxembourg.

Plus que «le vivre-ensemble», CLAE poursuit l’objectif de «faire société ensemble», et ce en tenant compte des cultures d’origine de chacun. Par son aspect multiculturel, le Luxembourg accueille comme une évidence ce festival qui constitue aujourd’hui un moment fort de l’année.

Les moments forts du festival sont musicaux  

«Quoi de plus efficace que de présenter sa cuisine ou faire écouter sa musique pour montrer son identité?», tel est le discours de Jean Philippe Ruiz, le coordinateur du festival. Ainsi, 80 stands de cuisine et divers concerts permettront aux visiteurs de faire le tour du monde en un week-end.


Kultur- Bad Banks, season 2, filmset, Marc Limpach, Désirée Nosbuch, Larisa Faber, Mai Duong Kieu, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Böse Blicke bei „Bad Banks“
Es geht um Banken, Biester und Billionen. Die zweite Staffel der deutsch-luxemburgischen Serienproduktion „Bad Banks“ wird derzeit gedreht. Am Filmset in Luxemburg gewährten die Produzenten Blicke hinter die Kulissen.

Les moments forts du festival sont musicaux. L’aire lusophone sera à l’honneur le vendredi 1er mars au soir avec un concert de Forró brésilien, musique populaire et expression du métissage culturel par excellence, et un concert de musiciens capverdiens, communauté très présente au Luxembourg. 

Le lendemain soir, Génération Gospel ouvrira le bal en mêlant blues, soul et voix profondes et laissera place à 22.30 heures à Dren Abazi & Zig zag Orchestra, un groupe kosovar qui fera, sans aucun doute, danser le public.

D’autres disciplines artistiques représentées   

Les élections européennes approchant, diverses conférences et discussions autour de l’Europe, de la citoyenneté, de l’exil mais aussi des personnes LGBT demandeuses d’asile, rythmeront le festival. Dans le cadre du 19e Salon du livre et des cultures, les visiteurs pourront également rencontrer la centaine d’écrivains venus du monde entier au cours de rencontres signatures ou publiques.

Outre la littérature, d’autres disciplines artistiques seront représentées grâce au 7e ArtsManif. Plasticiens, photographes, peintres et sculpteurs seront présents.


Wenn die LED-Lämpchen mit Wasser in Kontakt kommen, entstehen Bilder, Schriftzüge und Figuren: Beim „Waterlight Graffiti“ dürfen Besucher selbst zum Pinsel greifen.
Rotondes feiern die digitale Kunst
Mit Installationen, Ateliers und Konzerten rücken die Rotondes die digitale Kunst in den Fokus. Von Freitag bis Sonntag gibt es bei der zweiten Auflage des Festivals „Multiplica“ viel zu entdecken.

Bien que les dons soient les bienvenus en raison des coûts engendrés (près de 40.000 euros, tout de même), le festival a pris le parti de la gratuité et de l’ouverture à tous... une évidence au vu des valeurs qu’il soutient.

______
Le festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté, vendredi 1er mars à partir de 18 heures, samedi 2 mars à partir de 12 heures et le dimanche de 12 heures à 20 heures. Entrée libre. Pour plus d'informations: www.clae.lu/festival

Les moments forts

Vendredi 1er mars à 21 heures: Caminhos Lusos - concerts de Leo Di Mola Forró, Rui Almoli et Duda Andrade & Band.

Samedi 2 mars à 15.30 heures: lecture et échange autour du livre «Rue des droits de l’Homme – La fronde des sans-abri» avec l’auteur belge Georges de Kerchove et Gilbert Pregno, président de la commission consultative des Droits de l’Homme.

Dimanche 3 mars à 15.30 heures: conférence sur la poésie dans tous ses états. Avec les poètes Miriam R. Krüger (Pérou-Luxembourg) et Florent Toniello (France-Luxemboug)

Dimanche 3 mars à 17 heures: spectacle de contes par la poétesse franco-béninoise Eurydice Reinert Cend, idéal en famille.  


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Die Serien-Kritik: "Strike a Pose"
Eine Serie, die nicht nur Mitglieder der LGBTQ-Gemeinschaft zum Lachen und Weinen bringt: Netflix lässt den Zuschauer mit „Pose“ in die schillernde Welt der New Yorker Ballroom-Szene eintauchen.
POSE -- Indya Moore as Angel competes in the 1987 ballroom category ROYALTY REALNESS in a scene from the pilot of POSE. Ballroom legends and survivors served as consultants for this and other scenes. CR: JoJo Whilden/FX
Böse Blicke bei „Bad Banks“
Es geht um Banken, Biester und Billionen. Die zweite Staffel der deutsch-luxemburgischen Serienproduktion „Bad Banks“ wird derzeit gedreht. Am Filmset in Luxemburg gewährten die Produzenten Blicke hinter die Kulissen.
Kultur- Bad Banks, season 2, filmset, Marc Limpach, Désirée Nosbuch, Larisa Faber, Mai Duong Kieu, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Die Banalität des Bösen
Wenn die Grenzen zwischen Gut und Böse, zwischen Wissen und Gewissen verschwimmen, dann hat auch die Bühnenkunst ein Wörtchen mitzureden. Auch Kultur hat Meinung.
Rotondes feiern die digitale Kunst
Mit Installationen, Ateliers und Konzerten rücken die Rotondes die digitale Kunst in den Fokus. Von Freitag bis Sonntag gibt es bei der zweiten Auflage des Festivals „Multiplica“ viel zu entdecken.
Wenn die LED-Lämpchen mit Wasser in Kontakt kommen, entstehen Bilder, Schriftzüge und Figuren: Beim „Waterlight Graffiti“ dürfen Besucher selbst zum Pinsel greifen.