Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Sacha Hanlet, le groove jusqu'au bout des doigts
Kultur 1 5 Min. 03.07.2021
En résidence à la Kulturfabrik

Sacha Hanlet, le groove jusqu'au bout des doigts

Kultur,  Interview Sacha Hanlet, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
En résidence à la Kulturfabrik

Sacha Hanlet, le groove jusqu'au bout des doigts

Kultur, Interview Sacha Hanlet, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Photo:Chris Karaba
Kultur 1 5 Min. 03.07.2021
En résidence à la Kulturfabrik

Sacha Hanlet, le groove jusqu'au bout des doigts

Thierry HICK
Thierry HICK
Le batteur de Mutiny on the Bounty peaufine un projet solo de longue haleine.

Quand il n’est pas sur scène avec son groupe Mutiny on the Bounty (MOTB), il s’enferme dans son studio, derrière ses claviers et des ordinateurs pour composer de nouvelles musiques. Ces derniers temps et pour quelques mois encore, il ne sera pourtant pas rare de croiser Sacha Hanlet à la Kulturfabrik. Le centre culturel eschois lui a offert depuis la mi-mars une résidence d’artiste qui va déboucher sur le nouveau projet «Them Lights». 

 Sacha Hanlet vit et travaille sur les hauteurs de Rumelange. Une fois passé le rez-de-chaussée réservé à la vie de famille – que l’on imagine nombreuse – l’on accède rapidement à la cave, que le bientôt quadragénaire Sacha Hanlet a en partie transformée en studio de travail. Plusieurs claviers, une batterie, des percussions, des micros et des ordinateurs sont à portée de main. La lumière est tamisée, les murs en partie recouverts de panneaux acoustiques. Des souvenirs de scène, quelques vinyles sont déposés ici et là. 

Michael Jackson à Rumelange

Un album de Michael Jackson sort du lot. Que vient faire le roi de la pop dans cet antre du fervent défenseur de math-rock? La réponse fuse: «Enfant, j’ai découvert la vidéo ’Thriller’. J’ai été fasciné par l’incroyable groove de Michael Jackson». Une fascination qui dure aujourd’hui encore et qui se retrouve, par exemple, sur le titre très dansant «Mkl Jksn» de... Mutiny on the Bounty. 

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

«Notre song reprend la ligne de basse du tube de Michael Jackson», glisse un Sacha Hanlet plus que jamais épris de liberté tant dans le contenu que dans la forme dans son travail. MOTB est souvent estampillé math-rock. «Je préfère parler de musique sauvage et planante. Les gens ont souvent besoin de catégories. Moi, je ne sais pas très bien ce que veut dire math-rock. 

Je m’intéresse davantage à tout ce qui touche l’inspiration, l’énergie, donc aussi le groove», fait valoir le musicien, qui joint le geste à la parole: le rythme au bout des doigts, il ne peut se préparer une tasse de café sans tapoter sur la première surface qui lui tombe sous la main. 

 Une première fois en solitaire 

Le groupe MTOB existe depuis 17 ans, rappelle le batteur. Ce qui ne l’a pas empêché de vouloir, une fois n’est pas coutume, voler en solitaire. «C’est la première fois que je travaille en solo sur une idée». Pour son projet «Them Lights», l’objet de sa résidence à la Kulturfabrik, Sacha Hanlet s’occupe de toutes les étapes: composition, interprétation, enregistrement et production.

Il chante, joue de tous les instruments et dirige ses ordinateurs. «Je n’ai jamais fait de solfège, ni appris à jouer d’un instrument, je suis autodidacte, je ne suis pas virtuose.» Seul, au final le mixage et le mastering seront outsourcés. 

Les «lucky mistakes» peuvent aboutir à des choses intéressantes. Certaines choses restent tout simplement incontrôlables.

Sacha Hanlet

Pour Sacha Hanlet, l’inspiration ne jaillit pas d'un tour de magie. «Il faut travailler, travailler et encore travailler. Et surtout aller de l’avant, foncer. Des fois, on a des résultats. Mais je fais aussi des erreurs, ce n’est pas grave, car ces ’lucky mistakes’ peuvent elles aussi aboutir à des choses intéressantes. Les surprises existent, même si cela ne sert à rien de provoquer des fautes. Certaines choses restent incontrôlables.»

Le musicien dans son studio de Rumelange.
Le musicien dans son studio de Rumelange.
Chris Karaba

Sombre, groovy et urbain    

Pour «Them Lights», Sacha Hanlet s’intéresse aux musiques électroniques. «C’est sombre, groovy, mais aussi très urbain, avec un mélange de r&b, hip hop et rap». Actuellement cinq singles sont prêts, un EP est en préparation. Et un show live. Et c’est sur cet aspect du projet que Sacha Hanlet peut compter sur l’aide de son hôte, la Kulturfabrik. «Un tel concert ne se prépare pas en un seul jour. Pouvoir travailler des journées entières dans la grande salle de la Kufa avec l’aide des techniciens, être encadré, conseillé et pouvoir prendre le temps d’expérimenter et rechercher est une chance énorme qui s’offre à moi», se réjouit le musicien. De la théorie à Rumelange à la pratique à Esch, il n’y a souvent qu’un petit pas, que Sacha Hanlet franchit allègrement.  La résidence d’artiste à la Kulturfabrik s’achèvera le 14 mars 2024. «C’est vrai que cela peut paraître long. En réalité, le temps passe finalement très vite.» 

Connaître les ficelles du métier  

 Avec «Them Lights» et sa résidence, Sacha Hanlet découvre un nouveau volet de son job de musicien. De l’étape du songwriting au concert ou encore de l’export du produit le chemin est souvent très long et semé d’embûches. «C’est une grande nouveauté, j’ai dû apprendre la partie technique, maîtriser les outils. Pour exister, il faut connaître tous les domaines, toutes les ficelles du métier», explique le musicien et producteur, qui dans son studio de Rumelange partage avec d’autres musiciens son expérience. 

Mutiny on the Bounty en juillet 2015 au festival Rock-A-Field,
Mutiny on the Bounty en juillet 2015 au festival Rock-A-Field,
Photo: Julie Gatto

Membre du collectif «Schallot», Sacha Hanlet, qui œuvre aussi en tant que stage et event manager, entend ainsi défendre et promouvoir les intérêts de la scène locale. De plus, le musicien fait partie de l’équipe pluridisciplinaire de l’association «Hip Hop Based Education Luxembourg», qui comme son nom l’indique initie les plus jeunes à la culture hip hop. Sacha Hanlet, alias Falcon, partage à cette occasion sa passion pour l’art urbain avec Nicool, Maz et une poignée d’artistes toutes disciplines confondues. 

 La camionnette noire de Sacha Hanlet garée dans la descente de garage du pavillon est prête à recharger le matériel de scène. La prochaine sortie est déjà programmée avec le CovidCheck-concert de Mutiny on the Bounty le vendredi 16 juillet à 20 heures à la... Kulturfabrik, là où le groupe a répété pendant des années (infos: www.kulturfabrik.lu). Pour Sacha Hanlet ce sera en quelque sorte un retour au bercail dans un lieu qui ne le quitte plus d’une semelle et qu’il affectionne tout particulièrement. 

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Them Lights beim Sonic Visions
Sacha Hanlet, Sänger und Schlagzeuger von Mutiny on the Bounty, stellt bei den Sonic Visions Festivals sein neues Projekt Them Lights vor. Dem „Luxemburger Wort“ hat er verraten, wieso ihn diese Projekt viel Überwindung gekostet hat und was Michael Jackson damit zu tun hat.
24.10.2017 Luxembourg, Esch, KUFA, Sasha Hanlet, neues Musikprojet, Mutiny of the Bounty  photo Anouk Antony