Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Déformations et distorsions
Kultur 4 Min. 05.09.2022
Exposition à Neimënster

Déformations et distorsions

Álvaro Marzán Diáz aime chercher des esthétiques nouvelles.
Exposition à Neimënster

Déformations et distorsions

Álvaro Marzán Diáz aime chercher des esthétiques nouvelles.
Photo: Anouk Antony
Kultur 4 Min. 05.09.2022
Exposition à Neimënster

Déformations et distorsions

Thierry HICK
Thierry HICK
Sortie de résidence: «Forme et couleur» d’Álvaro Marzán Diáz.

Comme bon nombre de peintres avant lui, Álvaro Marzán Diáz utilise de simples toiles et des couleurs à l’huile pour s’exprimer. Sa technique est peut-être classique, son esthétique est résolument moderne. «Je me connecte à la tradition pour exprimer une esthétique contemporaine dans un contexte d’aujourd'hui», explique le peintre espagnol, qui ces jours-ci clôture la seconde période de résidence d’artiste au centre culturel de Neimënster. 

Son séjour prolongé au Grund a été ponctué il y a quelque temps par une précédente exposition. L’occasion pour le public de découvrir le travail pictural de l'artiste venu s’installer au Grand-Duché en 2017. Son projet de sortie de résidence «Forme et couleur» que l’artiste dévoilera dès ce jeudi à Neimënster, porte bien son titre. 

Formes et couleurs dominent dans cette installation tant picturale que sculpturale.
Formes et couleurs dominent dans cette installation tant picturale que sculpturale.
Photo: Anouk Antony

Jeux avec les formes et les couleurs

Formes et couleurs dominent dans cette installation tant picturale que sculpturale. Car, alors que lors de son précédent rendez-vous avec le public, Álvaro Marzán Diáz présentait encore de traditionnelles peintures montées sur châssis, son travail a évolué, a pris du coffre. Le jeu avec les volumes et les couleurs est désormais prépondérant. «Je voulais essayer une nouvelle voie», note l’artiste qui est resté fidèle à son matériel de prédilection: la toile. Sauf que, cette fois-ci elle n’est plus tendue sur un cadre, mais froissée, pliée autour d’une structure réalisée en différents matériaux. 

Une première pour le peintre: en passant de la bidimensionalité à la tridimensionalité, Álvaro Marzán Diáz a aussi découvert de nouveaux moyens expressifs. Ses tableaux donc deviennent «volumineux» au travers de formes que l’artiste veut contrôler d’un bout à l’autre du processus de création. 

Je me connecte à la tradition pour exprimer une esthétique contemporaine dans un contexte d’aujourd’hui.

Álvaro Marzán Diáz

Des accidents de parcours

«Au départ, je n’ai pas d’idées précises en tête du résultat final. En cours de route des accidents peuvent se produire. De ses moments inattendus peuvent par la suite naître de nouvelles idées, de nouvelles voies à suivre». Ce n’est que lors de la toute dernière étape, que viendra se greffer un titre. 

Les sculptures, au premier regard, semblent simples, voire presque enfantines, tant les moyens utilisés sont réduits au strict minimum. Et pourtant, le résultat visuel obtenu est bien plus riche. Outre les formes et volumes, Álvaro Marzán Diáz s’amuse à jouer avec les couleurs et à leurs symboliques respectives. Les couleurs se faisant face se complètent, s’harmonisent ou bien encore s’opposent, s'entrechoquent. «Elles participent activement à la narration.» Au-delà d’un aspect que l’on pourrait croire monochrome, les surfaces laissent apparaître moult détails. Le peintre utilise les craquelures de ses toiles froissées et les réactions inhérentes de la peinture à l’huile à ce traitement pour obtenir des effets intéressants. 

Certaines pièces peuvent rester sans couleur.
Certaines pièces peuvent rester sans couleur.
Photo: Anouk Antony

Deux méthodes de travail

Deux options s’offrent à l’artiste pour réaliser ses toiles d’un genre nouveau: peindre avec ses pinceaux à même le sol ou appliquer les huiles sur la structure déjà formée. En fait, les deux méthodes se complètent sans règle préétablie, confirme le peintre, qui toujours aime prendre ses distances avec un narratif trop réaliste, trop réducteur. «Les distorsions formelles ont aussi une valeur symbolique.» 

 Ses sculptures dépassent aussi le simple statut d’objet, elles «deviennent des créatures, des références de personnages oniriques qui cherchent leur chemin dans une certaine forme de spiritualité», assure Álvaro Marzán Diáz. L’aspect métaphysique affiché dans le travail de l’Espagnol va de pair avec la quête d’une matérialité accompagnée d’émotivité et de sensualité. Et répond à un impératif simple: les œuvres du peintre doivent rester faciles d’accès, compréhensibles sans détours. Ce qui ouvre la voie à toutes les interprétations possibles du spectateur. L’artiste n’est pas là pour imposer ses vues.

Fidèle à la peinture à l'huile.
Fidèle à la peinture à l'huile.
Photo: Anouk Antony

Imprégné par un lieu chargé d'histoire

 Pour sa toute première résidence d’artiste, Álvaro Marzán Diáz a délaissé son domicile du Kirchberg et son atelier du Verluerekascht, pour s’installer à l’abbaye du Grund. «Le lieu avec son histoire, sa nature m’a largement influencé, c’est une réalité. Travailler dans de telles conditions, avec la vie du centre, a été une expérience nouvelle et enrichissante. Des fois, il est important de tourner le dos à ses habitudes.» 

Comme pour encore mieux s’imprégner de l’ambiance du site, l’artiste a fait appel au photographe Bohumil Kostohryz, à l’artiste sonore Rajivan Ayyapan et à la vidéaste Gabriella Moya; tous trois ont documenté à leur manière le travail d’Álvaro Marzán Diáz. 

 Le vernissage a lieu ce jeudi 8 septembre à 18.30 heures (sur invitation), l’exposition est ouverte jusqu’au 2 octobre, tous les jours de 10 à 18 heures. Infos: www.neimenster.lu

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Ausstellung Hans Hofmann
Farb- und Formexplosionen im MNHA: Das Museum zeigt eine große Ausstellung zu Hans Hofmann, der bislang weniger als Künstler und mehr als Lehrer bekannt war. Durch Zufall liefert die Schau auch neue Informationen über einen bekannten Luxemburger Maler.
4.10. Kultur / Expo Hans Hofmann , MNHA foto:Guy Jallay