Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Découvrir les sculptures d'Iva Mrázková
Kultur 5 Min. 25.09.2021
Ce dimanche au Kirchberg

Découvrir les sculptures d'Iva Mrázková

Un matériau et quatre œuvres: Iva Mrázková donne une nouvelle vie à l’acier Corten.
Ce dimanche au Kirchberg

Découvrir les sculptures d'Iva Mrázková

Un matériau et quatre œuvres: Iva Mrázková donne une nouvelle vie à l’acier Corten.
Photo: Guy Jallay
Kultur 5 Min. 25.09.2021
Ce dimanche au Kirchberg

Découvrir les sculptures d'Iva Mrázková

Thierry HICK
Thierry HICK
La sculptrice rencontrera son public autour de ses œuvres.

Elles mesurent jusqu’à trois mètres de haut et peuvent peser plus de deux tonnes: quatre sculptures d’Iva Mrazková trônent fièrement dans quelques espaces verts du parc central du Kirchberg. Et côtoient d’illustres voisins. La sculpture «Féminité» est en dialogue direct avec «L’Africaine» de Lucien Wercollier, et «Mouvement» se frotte à «Kopf» de Jeannot Bewing. 

Les deux autres œuvres «Racines» et «Arbre» symbolisent «ma double culture tchèque et luxembourgeoise», précise Iva Mrázková, «ces allées et venues ou échanges entre ces deux pays me tiennent à cœur», poursuit l’artiste qui s’est installée il y a une trentaine d’années au Luxembourg. Aujourd’hui elle vit et travaille à Waldbredimus. De plus, elle est depuis 2014 consul honoraire de la République tchèque au Luxembourg et se réjouit que prochainement une rue Václav Havel sera inaugurée au Kirchberg, non loin de là où elle expose ses sculptures monumentales. 

Jusqu'à la fin du mois de septembre

Cette exposition temporaire «L’envol» dans le parc jouxtant la Coque, qui se terminera à la fin du mois, est le résultat d’un appel à projets du Fonds Kirchberg dans le cadre de son 60e anniversaire. «Je me suis dit qu’en période de confinement, présenter des œuvres en plein air faisait sens. J’ai présenté mon travail et j’ai été retenue». 

Avec la sculpture l’artiste a découvert un nouveau métier, appris sur le tas loin de tout académisme.
Avec la sculpture l’artiste a découvert un nouveau métier, appris sur le tas loin de tout académisme.
Photo: Guy Jallay

Iva Mrátzková est davantage connue pour ses peintures. Et pourtant dans l’art de la sculpture, elle n’en est plus à ses débuts. «J’ai réalisé avec ’Victoire’ ma première œuvre monumentale en 2007, qui est aujourd’hui installée dans le parc d’Hesperange». Iva Mrázková a depuis réalisé une douzaine de sculptures pour l’extérieur ou l’espace urbain. Comme c’est le cas au Kirchberg. 

 «Les gens peuvent découvrir ici mon travail sans devoir aller au musée. En plein air, les cloisons n’existent plus. C’est le signe que l’art peut faire partie de notre quotidien», se réjouit la sculptrice, qui depuis ses débuts dans cette discipline collabore avec le forgeron d’art Jean Bichel, qui «à 86 ans travaille toujours, il m’a tout appris, je lui dois tout». 

Au départ, je n’ai pas une idée précise du résultat final en tête. Ce n’est pas nécessaire.

Iva Mrázková

Une nouvelle forme d’expression 

Dès 2007, l’artiste apprend avec la sculpture un nouveau métier. «Contrairement à la peinture, que j’ai apprise lors de mes études, la sculpture que j’ai découverte loin de toute forme d’académisme, me procure une totale liberté, une toute nouvelle forme d’expression aussi», explique Iva Mrázková, qui a pu profiter d’une bourse d’aide à la création du ministère de la Culture. 

Photo: Guy Jallay

 Une sculpture monumentale, comme celles exposées au Kirchberg, demande de longs mois de planification et de travail. L’artiste travaille dans un premier temps sur un modèle réduit qu’elle réalise en cire, suivi d’une version en bronze. 

«Au départ, je n’ai pas forcément une idée précise du résultat final en tête. Ce n’est pas nécessaire, je ne veux pas non plus freiner l’aspect créatif de mon travail. Ce n’est que par la suite, que des questions se posent quant à la réalisation en taille réelle de la sculpture», note la sculptrice. 

Kultur , Kirchberg , Iva Mrazkova , Skulpturen , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Kultur , Kirchberg , Iva Mrazkova , Skulpturen , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Photo: Guy Jallay

Perfection et imperfection

C’est aussi à ce moment qu’intervient tout le savoir-faire du forgeron Jean Bichel. «Pour lui, la perfection compte. Pour moi, cela n’est jamais une fin en soi. La perfection n’existe pas. La création est et reste un acte de liberté. Ainsi, de petites imperfections font qu’une œuvre d’art existe.» 

Même si elle laisse évoluer les choses en cours de route, l’artiste choisit toujours un titre pour l’œuvre qu’elle va créer. «Parce que dès le début j’ai une idée précise que je veux réaliser. Travailler sans un titre en tête ne me suffit pas.» Le titre de l’exposition «L’envol» lui est venu lorsqu’elle a aperçu ses œuvres arrimées à des câbles d’une grue et se balançant dans les airs avant d’être finalement déposées sur le sol.  

 Pour ses sculptures du Kirchberg Iva Mrázková a eu recours à l’acier Corten. «Une surface qui s’oxyde en surface et qui est d’une grande stabilité» Ce matériau est souvent utilisé par les architectes pour la construction d’immeubles, à l’image du siège de KPMG boulevard Kennedy au Kirchberg. «J’aime la couleur rouge de cet acier qui sous le soleil contraste avec les espaces verts». 

Souvenirs de jeunesse

De plus, cet acier lui rappelle sa jeunesse à Opava, une région sidérurgique en République tchèque où son père travaillait dans une usine qui par la suite allait appartenir au groupe ArcelorMittal. «Je suis certaine que c’est mon destin, puisque c’est la matière qui m’a choisie et non l’inverse.» 

Iva Mrázková espère que sa statue «Le Mouvement» puisse élire sa demeure définitive près de la Coque. Pour l’heure, le Fonds Kirchberg n’a pas encore pris sa décision. La sculptrice participera en novembre à une exposition au Grand Théâtre de Luxembourg organisée dans le cadre du rendez-vous «Mains de Maître». Et de plus, une de ses sculptures sera installée devant le bâtiment de la Spuerkeess, avenue de la Liberté. A quelques pas d’un autre illustre voisin: Bernar Venet.

Iva Mrázková sera présente demain dimanche 26 septembre de 11 à 17 heures sur le site du parc central du Kirchberg (parking Coque). Les quatre sculptures sont encore exposées jusqu’au 30 septembre. 

Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema