Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Critique de l'album «Le papyrus de César» : Astérix a retrouvé sa potion magique
Kultur 3 Min. 24.10.2015 Aus unserem online-Archiv

Critique de l'album «Le papyrus de César» : Astérix a retrouvé sa potion magique

"Le Papyrus de César" a été publié à cinq millions d'exemplaires et devrait inonder le marché.

Critique de l'album «Le papyrus de César» : Astérix a retrouvé sa potion magique

"Le Papyrus de César" a été publié à cinq millions d'exemplaires et devrait inonder le marché.
Photo: AFP
Kultur 3 Min. 24.10.2015 Aus unserem online-Archiv

Critique de l'album «Le papyrus de César» : Astérix a retrouvé sa potion magique

Ce trente-sixième album d’Astérix est un petit chef-d’œuvre. Goscinny, du haut de son nuage, doit être aux anges. Voici pourquoi.

Par Ann Zabus

Il y avait eu une vague d’espoir réelle lors de la sortie du précédent album, «Astérix chez les Pictes», le premier du duo Ferri-Conrad. Le nouvel opus intitulé «Le papyrus de César» vient confirmer que les deux auteurs ont trouvé la potion magique. Ce trente-sixième album d’Astérix est un petit chef-d’œuvre. Goscinny, du haut de son nuage, doit être aux anges.

Le moment est toujours émouvant quand on tient en main un nouvel album d’Astérix. Le papyrus de César est le trente-sixième de la série, le second du tandem composé de Jean-Yves Ferri au scénario et Didier Conrad au dessin. Il est tout simplement prodigieux. Il faudrait une très bonne loupe pour repérer une différence entre le trait de Conrad et celui d’Uderzo. Et le scénario par Toutatis ! Il est truffé de bons mots, de calembours et de référence à la société moderne.

Le grand Jules revient enfin

Bref, on retrouve la formule magique qui a fait le succès de ce monument du neuvième art qui a vu le jour voici cinquante-six ans. Sachant que le précédent album, «Astérix chez les Pictes», était excellent et avait été tiré à plus de deux millions d’exemplaires, on peut penser que celui-ci, qui est encore meilleur, va inonder le marché avec ses cinq millions d’unités ! Une machine de guerre que n’aurait pas reniée César.

Justement, parlant du grand Jules, il revient enfin au centre d’un album par le biais d’un papyrus un peu embêtant pour lui. L’album s’ouvre sur la ville de Rome. César y apparaît à son avantage. C’est que l’heure est solennelle parce qu’il s’apprête à publier ses exploits dans la Guerre des Gaules. Bien sûr, l’avisé Jules refait l’histoire à son avantage et censure le passage où il est question d’un certain village d’irréductibles Gaulois. Ce n’est pas très glorieux de décrire toutes les baffes et revers infligés par Astérix et Obélix.

Un des scribes appelé Bigdatha va subtiliser une version interdite et la transmettre à l’activiste Doublepolémix, (qui a les traits de Julian Assange) pour qu’il apporte la copie au village gaulois. César est furieux. Il sait que si la nouvelle se répand, le sénat risque de lui couper les vivres…

Les auteurs lâchent leurs coups

Commence alors une course contre la montre. On sent à chaque page que les deux auteurs se sont libérés de la pression bien compréhensible qui les avait quelque peu paralysés lors de l’élaboration d’ «Astérix chez les Pictes». Reprendre un tel monument, c’est intimidant.

Dans ce nouvel album, le tandem prend du plaisir, multipliant les références au numérix, pardon, au numérique. Ainsi, pour communiquer entre eux plus rapidement, les druides utilisent des flûtes qui font « twiiiiit ». Ferri et Conrad se sont encore amusés en caricaturant des visages connus comme Jacques Ségala (dans le rôle d’un méchant Romain), Alfred Hitchcock ou encore Franz-Olivier Giesbert (le journaliste du Point).

La publication d'un album d'Astérix tous les deux ans est prévue.
La publication d'un album d'Astérix tous les deux ans est prévue.
Photo: AFP

Désormais, les éditions Albert René annoncent la sortie d’un album tous les deux ans. Celui-ci est traduit dans une vingtaine de langues. Après les errements d’Uderzo, la magie refait son œuvre, même après trois cents cinquante millions d’albums vendus, soit le record mondial absolu. Et cela aussi, c’est un véritable miracle. Goscinny peut continuer à dormir en paix, par Toutatis !

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad: « Astérix, le papyrus de César», d’après l’œuvre de Goscinny et Uderzo, T.36 éditions Albert René, 48 pages quadri, ISBN :978-2-8649-7323-2.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

La revanche d'une blonde: Thorunn présente «The Breach», son dernier opus
Thorunn s'est affranchie. A travers son nouveau projet, «When airy met fairy», la chanteuse montre qui elle est vraiment. Elle ne se fie plus aux conseils de producteurs et livre un produit auto-produit duquel elle se dit fière, pour une fois. Un album authentique, réalisé avec peu de moyens, mais avec une confiance en elle retrouvée.
Editorial: En attendant la relève
Ouverture de la Frankfurter Buchmesse, remise hier du Prix Batty Weber 2014 à Lambert Schlechter au Centre national de littérature, proclamation du prix Nobel de littérature aujourd'hui: l'actualité culturelle se décline autour du livre depuis quelques jours.
Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.