Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Critique Ciné de la Semaine: «The Artist» de la nouvelle vague
Kultur 1 3 Min. 16.09.2017 Aus unserem online-Archiv

Critique Ciné de la Semaine: «The Artist» de la nouvelle vague

Louis Garrel interprète remarquablement un Jean-Luc Godard iconoclaste.

Critique Ciné de la Semaine: «The Artist» de la nouvelle vague

Louis Garrel interprète remarquablement un Jean-Luc Godard iconoclaste.
Photo: Philippe Aubry
Kultur 1 3 Min. 16.09.2017 Aus unserem online-Archiv

Critique Ciné de la Semaine: «The Artist» de la nouvelle vague

C'est l'un des films qui a le plus prêté à controverses lors du dernier festival de Cannes, où il était présenté en compétition officielle. Dans «Le Redoutable», le réalisateur de «OSS 117» et de «The Artist» s'arrête en toute irrévérence sur un épisode de la vie du réalisateur Jean-Luc Godard.

par Marie-Laure Rolland

Qui s'intéresse encore à Godard aujourd'hui? Le réalisateur culte de la nouvelle vague, l'auteur de «A bout de souffle» (1960), «Le Mépris» (1963), «Pierrot le fou» (1965) ou «Sauve qui peut (la vie)» (1980) est retiré depuis de longues années dans un petit village suisse. Il n'y reçoit même pas l'une de ses camarades de route, la cinéaste Agnès Varda, comme en témoigne le documentaire de celle-ci, «Visages, villages». Bref, Godard a un caractère de cochon, tout le monde le sait.

Le «Téméraire»

Autant dire qu'oser toucher à l'icône est pour le moins «Téméraire» (pour utiliser un qualificatif qui, comme le «Redoutable», est le nom d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins de la marine française). Qu'est-ce qui a donc bien pu pousser Michel Hazanavicius, réalisateur surtout connu pour ses détournements et pastiches, à s'intéresser à ce personnage – dont il ne faut pas sous-estimer l'humour? Eh bien la lecture du roman d'Anne Wiazemski, «Un an après».

L'ancienne épouse de Godard raconte la fin de son histoire d'amour avec le réalisateur, sur fond de mai 1968. Le film «La Chinoise» (1967) avait fait un flop. Le cinéaste était en pleine remise en question. «Le problème c'est que je ne sais plus quoi faire. Il faut inventer des films politiques», dit Godard (interprété par Louis Garrel) à sa compagne (Stacy Martin) en pleine manifestation à Paris.

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

La bande de la nouvelle vague

Cette année-là, avec François Truffaut et la bande de la nouvelle vague, il fait interrompre le festival de Cannes. Lorsqu'il reprend la caméra, c'est avec le groupe maoïste Dziga Vertov pour tenter d'appliquer la démocratie directe au cinéma. Le réalisateur ne doit plus avoir de rôle directif. Hazanavicius partage avec Godard d'avoir eu des états d'âme artistiques. Le réalisateur popularisé par OSS 117 (2006 et 2008) et oscarisé pour «The Artist» (2011) a connu le creux de la vague avec «Les Infidèles» (2012), sur l'identité masculine, puis «The Search» (2014), une histoire dramatique sur fond de guerre en Tchétchénie, pas franchement bien reçue par la critique. Avec le «Redoutable», il renoue avec l'art du pastiche, utilisant certaines techniques de l'écriture cinématographique de Godard – collage, surlignage des artifices cinématographiques, interruptions du son ou de l'image, incrustations de texte... – pour parler de celui-ci.

Le film divise tout autant la critique que Godard en son temps. Les uns crient au sacrilège ou à l'imposture. Les autres applaudissent l'exercice de style et la magnifique performance de Louis Garrel qui parvient à incarner avec le plus grand sérieux un personnage qui s'auto-flagelle. Comme dans cette réplique culte du film où Godard/Garrel dit: «Les vrais acteurs moi je trouve cela con. Je les méprise. C'est vrai, vous leur dites de pleurer ils pleurent. De rire, ils rient. Vous leur dites de marcher à quatre pattes, ils le font. Je trouve cela grotesque. Ce ne sont pas des gens libres. Je suis sûr que tu dis à un acteur de dire que les acteurs sont cons, il le fait», une chute durant laquelle l'acteur regarde très sérieusement le spectateur face caméra.»

A côté du grand homme, Anne Wiazemski tient un peu le rôle d'une charmante – mais inébranlable – potiche dont l'amour finit par se fracasser aux pieds de son maître, lequel poursuivra seul son irréductible quête d'un autre cinéma.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Les prix de la pierre sont-ils trop élevés au Luxembourg? Pourquoi et comment investir dans l'immobilier résidentiel au Grand-Duché? Quel rendement espérer? Jean-Nicolas Montrieux, partner et chief operating officer d'INOWAI Residential, apporte quelques éléments de réponse.
L'immobilier est un des placements les moins risqués pour autant que l'on travaille sur du long terme.
Laboratoires réunis 2 – Etat 0
La ministre de la Santé, Lydia Mutsch, a encore perdu dans le contentieux qui l'oppose aux Laboratoires réunis: le Laboratoire national de santé ne peut – pour l'instant – avoir le monopole de l'anatomie pathologique. Un enjeu d'avenir sur lequel l'Etat avance.
Lydia Mutsch -  loi sur la psychothérapie  -  Photo : Pierre Matgé
La fin: la lutte contre le terrorisme. Les moyens: la réforme de la police. La réforme de la police figure dans un projet de loi récemment avisé par le Conseil d’Etat. Ce dernier, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas tendre envers les auteurs du projet...
4.04.2014 luxembourg, ville, Polizei, Police  Foto: Anouk Antony
Retour à Gaza, la ville meurtrie de Palestine
Le 8 juillet 2014 débutait la «guerre de Gaza»: cinquante jours de combats, plus de 2.000 morts, des quartiers entiers anéantis. Gaza aujourd'hui panse ses plaies, mais reste selon les termes du ministre Jean Asselborn une «prison avec vue sur mer».
Des tapis, des couvertures et quelques toiles pour remplacer l'habitat détruit. Gaza se reconstruit lentement, avec des bouts de ficelle.
Il est aujourd'hui le Luxembourgeois le plus présent dans les travées du stade Mestalla pour y supporter le FC Valence en compagnie de son épouse. Mais Jean-Paul Defrang était aussi le portier de la sélection nationale qui a défié la Roja en 1984. Rencontre avec un homme affable.
Le maillot de Carlos Santillana trône à l'entrée de son domicile à Els Poblets.