Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage
Kultur 11.11.2015 Aus unserem online-Archiv

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage

Kultur 11.11.2015 Aus unserem online-Archiv

Assises du film luxembourgeois : L'heure du recadrage

Les professionnels du cinéma luxembourgeois vont devoir se serrer la ceinture. C'est ce qui ressort des «Assises du cinéma luxembourgeois», où le Premier ministre et ministre des Communications a lui-même lancé les débats.

(mlr) - Les professionnels du cinéma luxembourgeois vont devoir se serrer la ceinture et être davantage créatifs dans les années à venir. C'est ce qui ressort des «Assises du cinéma luxembourgeois» dont les conclusions ont été présentées ce mercredi à la presse.

Il s'agissait de résoudre la quadrature du cercle, autrement dit comment faire travailler un nombre toujours croissant de personnes alors que les financements publics sont plafonnés.

La situation est suffisamment sérieuse pour qu'une centaine de professionnels (producteurs, réalisateurs, scénaristes, acteurs, techniciens) mais aussi des représentants du Centre National de l'Audiovisuel, du ministère de la Culture, de RTL, des exploitants de cinéma, passent une journée et demi à débattre au Tramschapp de Limpertsberg.

C'est le Premier ministre et ministre des Communications, Xavier Bettel, qui a lui-même lancé les débats. Ces Assises interviennent alors que le Lëtzebuerger Film Fong fête cette année ses 25 ans, période durant laquelle 409 millions d'euros ont été investis, permettant à 600 oeuvres de voir le jour.

Conclusions et propositions adoptées par les Assises du film luxembourgeois:




Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial: Chantier culturel
La reprise économique dans le pays est-elle le signe que les affaires vont aussi se relancer sur la scène culturelle? Telle est l'impression que peut donner la récente déclaration de Xavier Bettel, qui a créé la surprise en indiquant son intention de créer une galerie nationale d'art.
«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux
Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»
6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick
Picture  Credit Brian Gavin Press 22