Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Après l'annulation de son exposition: Deborah de Robertis contre-attaque
Deborah de Robertis lors de sa conférence de presse à Luxembourg le 23 septembre 2015.

Après l'annulation de son exposition: Deborah de Robertis contre-attaque

Photo: Lex Kleren
Deborah de Robertis lors de sa conférence de presse à Luxembourg le 23 septembre 2015.
Kultur 4 Min. 23.09.2015

Après l'annulation de son exposition: Deborah de Robertis contre-attaque

L'artiste Deborah de Robertis, qui s'était fait connaître pour sa performance "Mémoire de l'origine" au Musée d'Orsay à Paris, va porter plainte contre le Casino Forum d'art contemporain. Elle interpelle aussi le ministère de la Culture.

Par Marie-Laure Rolland

Une plainte sera prochainement déposée devant la justice contre le Casino Forum d'art contemporain. C'est ce qu'a affirmé mercredi 23 septembre 2015  l'artiste Deborah de Robertis lors d'une conférence de presse. Elle estime être victime de "censure" de la part de l'institution qui a annulé l'exposition programmée pour être inaugurée samedi 26 septembre. 

L'artiste luxembourgeoise, manifestement émue  - mélangeant les pages du discours qu'elle avait préparé et s'arrêtant pour reprendre son souffle - était entourée de trois militantes féministes. La mise en scène de la rencontre avec la presse avait été soignée puisque quatre gardes du corps avaient été recrutés "pour protéger symboliquement mon travail", a-t-elle dit. Quatre tableaux de son projet d'exposition étaient installés dans la salle. On y voyait notamment une photo où elle exposait son sexe face à l'objectif, assise sur le rebord d'une salle de conférence européenne.

La conférence de presse de Deborah de Robertis (deuxième à droite) avait été soigneusement mise en scène.
La conférence de presse de Deborah de Robertis (deuxième à droite) avait été soigneusement mise en scène.
Photo: Lex Kleren

L'annulation aurait été notifiée par mail du 8 juin 2015. La commande aurait été passée le 8 décembre 2014, assortie d'un budget de 70.000 euros et d'un paiement de 10.000 euros pour produire deux projets vidéo composés de 17 pièces. C'est après avoir vu les nouvelles productions que le Casino aurait décidé de rompre son contrat. "Poser l'acte d'annuler une exposition est une décision politique. L'annuler juste après avoir reçu les vidéos constituant un des corpus principal de l'exposition est un acte politique", a-t-elle dit. Pour enfoncer le clou, elle "demande donc au Casino et au Ministère de la culture de prendre officiellement et politiquement position sur l'annulation de mon exposition".

Une performance qui n'est pas passée inaperçue

"Miroir de l'origine" par Deborah de Robertis en mai 2014.
"Miroir de l'origine" par Deborah de Robertis en mai 2014.
Photo: Deborah de Robertis

La Luxembourgeoise Deborah de Robertis s'est fait connaître du grand public en juin 2014 en exposant son sexe sous le tableau de Gustave Courbet, "L'origine du monde", au Musée d'Orsay à Paris. Il s'agissait de revisiter le tableau  en donnant chair au modèle, cela afin d'interpeller les spectateurs sur le statut d'objet de la femme qui posait pour Courbet. Cette performance avait fait le tour des médias et des réseaux sociaux, suscitant un buzz assez considérable qui avait même été identifié comme l'un des dix plus grands scandales artistiques de 2014 par le site artnet.com. Interpellée par le service d'ordre, Deborah de Robertis avait été emmenée dans un commissariat avant d'être relâchée.

Lors de la conférence de presse à Luxembourg, l'artiste a expliqué que son travail consiste à incarner le point de vue du modèle féminin afin de remettre en cause le statut d'objet auquel il est cantonné. Plutôt que de sexe, elle parle de "trou" dont la fonction est d'être le miroir  des yeux de la personne qui regarde. C'est ce point de vue qui, d'après elle, n'aurait pas été accepté par le directeur du Casino qu'elle accuse de misogynie insidieuse dans la mesure où elle est "une femme dont le point de vue d'artiste est réduit à néant avant même le début de l'exposition".

"Problème de communication"

Interrogé par le Luxemburger Wort, le directeur du Casino, Kevin Muhlen, a indiqué qu'il ne s'agissait en aucun cas de censure. "La question n'était pas le contenu de l'exposition car nous suivons le travail de l'artiste depuis ses débuts. Nous étions également prêts à présenter de nouvelles oeuvres. Le problème est qu'il y a rapidement eu des conflits. Au début cela semblait surmontable mais progressivement le dialogue s'est envenimé. Plutôt que d'aller à la catastrophe, nous avons préféré arrêter le frein d'urgence en mai dernier". Il rappelle que le Casino avait déjà participé à la production de photos de l'artiste en 2013.

Le directeur observe que le fait de travailler à une exposition institutionnelle était nouveau pour Deborah de Robertis. "Elle n'a pas réussi à formuler une proposition claire". Les tensions seraient également apparues suite à son souhait de faire venir une co-commissaire aux côtés de Bettina Heldenstein, du Casino. "Nous avons eu le sentiment d'être progressivement mis à l'écart. Or ce type de projet doit être défendu par les deux parties de la même manière".



Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Rencontre avec Samuel Bollendorf: «Faire simple est compliqué»
Comment vivre comme photographe quand tout le monde peut poster ses photos sur Instagram et se prendre pour le nouveau Cartier-Bresson? Le Français d'origine luxembourgeoise Samuel Bollendorf s'est posé la question il y a près de dix ans et c'est ainsi qu'il est devenu l'un des pionniers du webdocumentaire.
Samuel Bollendorff expose "Le grand Incendie" au Centre national de l'audiovisuel .
Au Kurdistan turc: Beaucoup de violence et peu d'espoir
A Diyarbakir, le Parti démocratique du peuple (HDP) a remporté 78% des scrutins le 7 juin dernier. Depuis, une déflagration de violence étatique s'est emparée de la région kurde. Ses habitants font déjà le deuil d'une paix que le HDP veut encore sauver lors des élections de dimanche en Turquie.
Les habitants de Bismil assistent au discours de Ziya Pir. Le mois dernier, 8 jeunes de la ville kurde ont été tués par la police.
Editorial: Cloaque
La question agite les réseaux sociaux et a même fait l’objet d’une question parlementaire. Le ministère de la Culture peut-il subventionner une pièce de théâtre intitulée «Lëtzebuerg, du hannerhältegt Stéck Schäiss»?