Wählen Sie Ihre Nachrichten​

A la galerie Zidoun et Bossuyt : Jean-Michel Basquiat, le Prince de Brooklyn
Kultur 8 4 Min. 15.05.2016

A la galerie Zidoun et Bossuyt : Jean-Michel Basquiat, le Prince de Brooklyn

Expo Jean-Michel Basquiat,Zidoun & Bossuyt Gallery, le 04 Mai 2016. Photo: Chris Karaba

A la galerie Zidoun et Bossuyt : Jean-Michel Basquiat, le Prince de Brooklyn

Expo Jean-Michel Basquiat,Zidoun & Bossuyt Gallery, le 04 Mai 2016. Photo: Chris Karaba
Chris Karaba
Kultur 8 4 Min. 15.05.2016

A la galerie Zidoun et Bossuyt : Jean-Michel Basquiat, le Prince de Brooklyn

Thierry HICK
Thierry HICK
Audrey Bossuyt et Nordine Zidoun sont parvenus au bout d'un projet audacieux: présenter une vingtaine œuvres pour la plupart inédites de l'ange Noir, la fulgurance éphémère de l'art contemporain, Jean-Michel Basquiat.

par Nathalie Becker

Exceptionnelle à plus d'un titre, cette exposition a pu voir le jour notamment grâce aux prêts d’éminents collectionneurs comme le volubile et passionné Richard Rodriguez, ami du peintre et grand spécialiste de son art. Rappelons le pavé qu'a jeté dans la mare le collectionneur voilà une dizaine d'années en révélant la présence de trois faux Basquiat à la FIAC. Bref, la Galerie Zidoun et Bossuyt a su s'adresser aux meilleurs et le résultat est époustouflant, émouvant, ébouriffant.

Un espace ludique pour les jeunes

Dès l'entrée dans la galerie, nous pénétrons dans une scénographie muséale. Une immense photo de l'artiste nous accueille ainsi qu'une installation de skates célébrant son génie. D'aspect ludique, cet espace sera destiné à accueillir les plus jeunes. Dans les autres salles de la galerie, sous-sol compris, nous découvrons des œuvres du début des années 80 jusqu'aux collaborations avec Andy Warhol. Cet accrochage soigné et particulièrement informatif nous apporte énormément sur la connaissance de Basquiat. Nous y ressentons ses angoisses, ses réminiscences, sa révolte, sa force, son intelligence, les influences qu'il a fait siennes et celles qui l'aura jusqu'à nos jours dans l'art contemporain.

Mort à 27 ans et de ce fait membre du mortifère Club des 27, Jean-Michel Basquiat est cependant entré dans la légende avant son passage de vie à trépas. Il n'a que 20 ans lorsque les galeries new-yorkaises s'arrachent son travail, 25 quand le New-York Times lui accorde la Une. Prolifique, attachant, sombre dandy, le jeune artiste nous a laissé plus de 1.000 tableaux et 1.500 dessins dont les côtes s'envolent.

Cinq phases dans l'oeuvre de Basquiat

L'exposition nous permet de distinguer cinq phases dans l'oeuvre de Basquiat. Dès 1981, il passe du mur à la toile, phase représentée avec le bouleversant tableau «Irony of the Negro policeman». Cette peinture très expressionniste, au jeu de transparences et de recouvrements, est une critique virulente et acerbe de Basquiat sur les membres de sa communauté afro-américaine. Le corps, massif et noir tel un Golem en impose mais les mots de l'artiste ne masquent pas toute l'ironie qu'il ressent à voir un policier noir dirigé par les blancs.

Des années 82-83 qui marquent le retour des symboles et des signes et l’utilisation de supports bruts comme des portes ou des palettes, est représentative l'œuvre «Thermopolae». Là, l'influence de Rauschenberg et de ses combine-paintings est palpable. En cette peinture, Basquiat crée sa propre mythologie, son odyssée neo-primitiviste. C'est aussi le début de l'apparition de la fameuse couronne à trois pointes, car ses personnages sont des guerriers, des rois, des héros victorieux, rebelles et révoltés et parfois des martyrs.

Un hommage à Bacon

Dans la toile «Jump King» de 1984, c'est comme un hommage à Bacon et à son pape que nous appréhendons et également sa science de la composition. Le personnage, bras levé, un peu agressif en impose, dynamique comme s'il voulait s'échapper du champ pictural. Cette véhémence du geste, cette fougue, cette spontanéité a tendance à nous révéler également l'urgence dans laquelle travaillait le jeune artiste.

Puis vient la phase intense, filiale, passionnée de collaboration avec Andy Warhol. Cette rencontre fructueuse et cette solide amitié donneront naissance à des œuvres puissantes comme «Pe Dg, Two Heads» et «Collaboration n° 19» où les deux univers entrent en symbiose, où tantôt Basquiat prend la main, où tantôt Warhol domine. Les associations des mots, du geste, des idées font de ces œuvres des témoignages d'une force inouïe car grâce à Basquiat, Warhol est entré dans la peinture.

Enfin la phase ultime est celle des années 86-88 avec «Rubber» œuvre dans laquelle l'artiste introduit des collages et le Xerox et moult motifs. 1986 est l'année de son séjour en Afrique, sans doute le retour de motifs primitivismes et de masques africains en sont la conséquence.

Intérêt pour l'anatomie humaine

Au sous-sol de la galerie sont présentés de fabuleux dessins dans lesquels nous lisons le grand intérêt de Basquiat pour l'anatomie humaine. A l'age de 8 ans, l'artiste a été victime d'un accident de la route, grièvement blessé il subira une splénectomie. Ignorant où se trouvait la rate et sa mère ne sachant répondre à ses questions, va avoir l'intelligence de lui offrir «Henry Gray's Anatomy of the Human Body», ouvrage qu'il va dévorer durant son hospitalisation et qui va considérablement influencer son art. Cela est lisible dans «Anatomy I» tout comme sa passion pour Léonard de Vinci.

Cette exposition est une plongée étonnante dans l'univers de Basquiat. Le choix des œuvres incroyablement judicieux nous montre que chez l’artiste, il y avait tout: de l'anatomique, de la religion, du vaudou, du primitif, du Dubuffet, du Picasso, du de Kooning, du Rauschenberg, du Twombly, de l'amour, de la hargne, de l'ironie, de la rage, de l'humour, du Vinci, de la peinture pure, un grand cri silencieux, des mots, des graffs qui percutent, du génie tout simplement qui nous ébouriffe.

Jusqu'au 4 juin chez Zidoun&Bossuyt Gallery 6, rue Saint-Ulric, Luxembourg. Ouvert du mardi au samedi de 11 heures à 17 heures.

Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.