Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Intrusion à la centrale de Cattenom: jours amende requis contre des militants
International 6 3 Min. 30.10.2019 Aus unserem online-Archiv

Intrusion à la centrale de Cattenom: jours amende requis contre des militants

Intrusion à la centrale de Cattenom: jours amende requis contre des militants

Photo: Greenpeace
International 6 3 Min. 30.10.2019 Aus unserem online-Archiv

Intrusion à la centrale de Cattenom: jours amende requis contre des militants

Le procès de huit militants de Greenpeace, poursuivis pour s'être introduits en 2017 sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom, s'est ouvert mercredi après-midi devant la cour d'appel de Metz.

(AFP) - Des peines de jours amende ont été requises mercredi à l'encontre de huit militants de Greenpeace, jugés en appel à Metz pour s'être introduits dans le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) en 2017. La décision sera rendue le 15 janvier. 

«Prononcer une peine d'emprisonnement est contre-productif au vu des circonstances de la commission des faits, du contexte et de la personnalité» des prévenus, a estimé l'avocat général, Julien Le Gallo. Il a réclamé «300 jours amende à 3 euros» contre deux hommes, déjà condamnés pour s'être introduits dans un site nucléaire.   

L'avocat général a requis «150 jours amende à 3 euros» à l'encontre de six prévenus et de Yannick Rousselet, directeur de la campagne nucléaire de Greenpeace, poursuivi pour complicité. Ils avaient écopé de cinq mois de prison avec sursis. 

Une peine d'amende de 20.000 euros a été requise contre l'ONG, représentée par son directeur général, Jean-François Julliard. Les huit prévenus, cinq hommes et trois femmes, âgés de 29 ans à 50 ans, ont reconnu à la barre leur participation à cette action, «nécessaire» selon eux pour alerter sur «le danger du nucléaire». 

«Le but était d'illustrer les failles de sécurité»   

Vêtus d'une combinaison orange et munis d'une échelle, d'une disqueuse portative et de pinces, ils avaient franchi trois clôtures pour pénétrer dans le site de la centrale mosellane. Ils avaient tiré un feu d'artifice près du bâtiment abritant la piscine à combustibles, selon eux, avant d'être interpellés. La préfecture de Moselle et EDF avaient écarté la possibilité qu'ils aient pu accéder à la zone nucléaire. 

«Le but de cette action était d'illustrer les failles de sécurité que nous avons identifiées dans les centrales nucléaires» et plus spécifiquement la vulnérabilité des piscines à combustibles, et «de montrer que l'on peut relativement facilement aller au contact de ces bâtiments-là», a exposé M. Julliard. L'ONG revendique «14 intrusions de centrales», des actions «non-violentes» réalisées par «des lanceurs d'alerte», a-t-il souligné. «La manière dont on est entré dans la centrale n'a pas fait de dégâts et on a eu une reconnaissance institutionnelle» avec la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire en 2018, a rappelé une des prévenues. «Des failles» dans la sécurité des installations nucléaires avaient été identifiées par la commission d'enquête qui a préconisé 33 mesures pour les pallier. 


Lok , Bilanzpressekonferenz Atomzentrale Cattenom ,Thierry Rosso, Directeur du CNPE de Cattenom , EDF ,Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Greenpeace gegen Laufzeitverlängerung französischer Atomkraftwerke
Die Organisation spricht von „nicht behebbaren“ Mängeln an den älteren französischen Reaktoren.

La défense a plaidé la relaxe, avançant «l'état de nécessité». «Les actions, les alertes, les communications, tout est resté sans réponse. Il n'y a que l'intrusion qui a fait un peu bouger les lignes», a estimé Me Marie Dosé, faisant référence à la commission d'enquête. «Ce jour-là, ils ont accompli leur devoir pour l'intérêt général, pour chacun d'entre nous», a-t-elle dit. 

L'avocat général et la partie civile ont balayé cet argument, relevant qu'il n'y avait «pas de péril imminent». Le fournisseur d'électricité a réclamé près de 211.000 euros pour le préjudice matériel et économique ainsi que 500.000 euros pour le préjudice moral en raison de «l'atteinte à la crédibilité d'EDF», a annoncé l'avocat d'EDF, Thibault de Montbrial. «Tout est fait pour pointer la prétendue fragilité des sites nucléaires. Cette petite musique lancinante a pour vocation de dire qu'EDF n'est pas capable d'assurer la sécurité de ses installations», a-t-il justifié. 

A la fin de l'audience, les prévenus ont été applaudis par des militants venus les soutenir. Poursuivis pour «intrusion en réunion et avec dégradation dans l'enceinte d'une installation civile abritant des matières nucléaires», ils encourent cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.  


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

EuGH: Kein vorzeitiges Aus für belgisches AKW
Der Europäische Gerichtshof hat moniert, dass die Laufzeit der Kraftwerke in Doel bis 2025 verlängert wurde, ohne die Folgen für die Umwelt zu prüfen. Doch das führt nicht zum Stopp der Meiler.
ARCHIV - 26.02.2016, Belgien, Antwerpen: Dampf steigt aus den Kühltürmen des Atomkraftwerks Doel. Das höchste EU-Gericht urteilt am Montag (29.07.2019) darüber, ob Belgien bei der Laufzeitverlängerung der Atommeiler Doel 1 und Doel 2 gegen Pflichten zur Umweltprüfung verstoßen hat. (Zu dpa «EuGH urteilt über Laufzeitverlängerung belgischer Atommeiler») Foto: Oliver Berg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++