Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Die Reportage am Wochenende: 1,5 million de réfugiés: Liban, le plus grand camp de réfugiés du monde

Die Reportage am Wochenende: 1,5 million de réfugiés: Liban, le plus grand camp de réfugiés du monde

REUTERS
International 4 Min. 20.06.2015

Die Reportage am Wochenende: 1,5 million de réfugiés: Liban, le plus grand camp de réfugiés du monde

A 400.000 Palestiniens se sont ajoutés près d'un million et demi de Syriens, qui à leur tour vont être rejoints par des milliers d'Irakiens: le Liban, pays aux dimensions de la Suisse, est devenu le plus grand camp de réfugiés du monde...

PAR GASTON CARRÉ

A 400.000 Palestiniens se sont ajoutés près d'un million et demi de Syriens, qui à leur tour vont être rejoints par des milliers d'Irakiens: le Liban, pays aux dimensions de la Suisse, est devenu le plus grand camp de réfugiés du monde. Et alors que l'Europe la prospère se montre incapable d'absorber quelques milliers de migrants, le «pays des Cèdres» tolère ces foules immenses sur une terre meurtrie par mille et une nuits de conflits, de querelles, de tueries.

Délogé de l'actualité par la place qu'y prend sa voisine la Syrie, le Liban cependant reste à la fois un rouage et un réceptacle des crises au Proche-Orient. Ramenons sous nos projecteurs ce pays qui fut un incroyable embrouillamini de querelles entre groupes et groupuscules, confessions et communautés, factions et phalanges, et qui aujourd'hui est un immense camp où à la population ancienne des réfugiés palestiniens se sont ajoutées les multitudes jetées là par les avancées de l'Etat islamique (Daech) en Irak et en Syrie. Les camps de réfugiés au Liban ne sont pas relégués aux périphéries de certaines villes; ils sont disséminés à travers tout le pays, où des centaines de camps informels, improvisés à la hâte et dénués donc des infrastructures nécessaires, accueillent des milliers de familles dans des conditions que les ONG estiment «dramatiques».

Pour les réfugiés aussi le ramadan vient de débuter.
Pour les réfugiés aussi le ramadan vient de débuter.
REUTERS

Ainsi les réfugiés souffrent-ils, et le Liban souffre avec eux. Car avec une telle masse de réfugiés le pays est dans une impasse économique, qui de proche en proche est devenue politique. N’ayant plus (n'ayant jamais eu) les moyens de subvenir aux besoins des populations déplacées, ceux qui ont fui la guerre dans leur pays se retrouvent dans des situations de misère extrême. La situation des réfugiés syriens en particulier inquiète les ONG locales et internationales, qui en appellent à plus de conscience internationale. La solidarité des nations est devenue cruciale pour le Liban, qui faute de soutien pourrait s'effondrer sous le poids de ses réfugiés.

Les «Palestiniens de Syrie»

Selon un recensement du Haut commissariat aux réfugiés de 2014, on compte au Liban aujourd’hui 40 % des réfugiés syriens dans le monde. Ce recensement ne comptabilise cependant pas les réfugiés palestiniens, dont le sort reste également problématique: déplacés des Territoires palestiniens aux camps ouverts en Syrie, ils se voient aujourd’hui dans l’obligation de quitter la vie qu’ils s’étaient construite là-bas pour se réfugier au Liban, en tant que «Palestiniens de Syrie».

La présence des Syriens se complique du fait de l'attitude quelque peu ambivalente des Libanais face à ceux-ci. Les Libanais en effet n'ont pas oublié la «Révolution du Cèdre», quand au lendemain de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafiq Hariri (14 février 2005) ils s'opposèrent à l’occupation du pays par l’armée syrienne. Les réfugiés syriens aujourd'hui subissent une forme de représailles a posteriori, quand ils sont victimes de violences et d’agressions. 

Un camp de réfugiés syriens au nord de Beyrouth. Contrairement à ce que l'on peut observer en Turquie, avec ses villages de tentes bien alignées, l'habitat des réfugiés au Liban est de type «sauvage»: les réfugiés à leur arrivée installent eux-mêmes leurs campements.
Un camp de réfugiés syriens au nord de Beyrouth. Contrairement à ce que l'on peut observer en Turquie, avec ses villages de tentes bien alignées, l'habitat des réfugiés au Liban est de type «sauvage»: les réfugiés à leur arrivée installent eux-mêmes leurs campements.
REUTERS

Humeurs mauvaises

L’organisation Human Rights Watch indiquait au mois d'octobre de l'année dernière que plus de 45 municipalités avaient mis en place des couvre-feu à l'intention des «étrangers» sur leur territoire, suite aux affrontements et aux attaques de l'été, et dans certains cas soutenu la création de groupes d’autodéfense locaux. «Ils font des rondes en voitures; quand ils trouvent un Syrien qu’ils connaissent ça va. Mais s’ils ne savent pas ce qu’il fait, ce n’est pas bon. S’ils ne savent pas où il va, ils le battent», témoignait récemment un habitant dans le «Daily Star».

Le Liban malgré tout fait preuve d'un remarquable sens de l'hospitalité, si l'on considère la situation dans laquelle il se trouve sur les plans démographique et économique. Devant le Parlement européen le 2 décembre de l'année dernière, son Premier ministre Tammam Salam rappelait que le Liban ne compte qu’un peu plus de quatre millions d’habitants. «Nous partageons notre eau, notre électricité, nos écoles et nos hôpitaux avec eux. Mais le pays n’a pas été programmé pour cela, il était à peine programmé pour gérer ses propres besoins», nous a-t-il expliqué. 

Une partie seulement de l'aide promise par les Nations unies est parvenue aux réfugiés syriens au Liban.
Une partie seulement de l'aide promise par les Nations unies est parvenue aux réfugiés syriens au Liban.
REUTERS

Le Hezbollah lui-même, principale force politique au Liban, semble faire preuve de mansuétude face à des réfugiés syriens majoritairement sunnites, tout en restant le principal soutien du régime chiite-alaouite de Bachar el-Assad. Une manifestation de l'hospitalité arabe? Une hospitalité relative, qui sous la contrainte des événements doit accepter quelques restrictions: depuis le début de cette année les autorités libanaises imposent une demande de visa aux nouveaux arrivants, à rebours d'une tradition qui longtemps avait permis la libre circulation entre Syrie et Liban.

Le Liban aimerait accueillir des touristes aussi, mais ceux-ci se font rares. Si cependant vous avez prévu cet été de visiter la plaine de la Beeka, il sera possible d'y acquérir des t-shirts comme souvenirs. Des t-shirts du Hezbollah. 


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Formule 1: Renault de retour, Lopez s'éloigne du paddock
Après avoir eu toutes les options sur la table, le patron de Renault, Carlos Ghosn, a lui-même décidé du retour du constructeur en Formule 1 dès l'année prochaine. Content, Gerard Lopez trouvera une nouvelle fonction dans l'organigramme.
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...