Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Commentaire: Le flic, ce mal-aimé
Kommentar International 18.06.2020
Exklusiv für Abonnenten

Commentaire: Le flic, ce mal-aimé

Et voilà qu'en plus on les soupçonne de «racisme», les «flics» de France.

Commentaire: Le flic, ce mal-aimé

Et voilà qu'en plus on les soupçonne de «racisme», les «flics» de France.
Photo: AFP
Exklusiv für Abonnenten

Commentaire: Le flic, ce mal-aimé

Gaston CARRE
Gaston CARRE
Il ne fait pas bon être policier ces jours-ci en France. On l'insulte, on le provoque, on l'agresse, à quoi il doit réagir avec courtoisie. Et voilà que de surcroît on le soupçonne de racisme.

Un policier  est, en France, un homme dont le salaire médian se situe entre 1.900 (municipal) et 3.200 (national) euros (brut!). Un homme en uniforme, porteur d’une carapace de centurion, face à des concitoyens qui ces jours-ci se plaignent d'étouffer sous leurs masques. Il est chargé du maintien de l’ordre, dans un pays, la France, qui volontiers est frondeur, chamailleur et provocateur, et qui considère son «flic» comme l’épouvantail contre lequel il puisse se soulager de ses humeurs mauvaises.

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Macron, l’impeccable président - une analyse
Le chef de l’État a procédé, dimanche soir, à une nouvelle allocution aux Français. Avec habileté et emphase. Son intervention suffira-t-elle à apaiser une France déconfinée mais déchaînée ?
French President Emmanuel Macron is seen on a television screen in Paris on June 14, 2020 as he addresses the nation from the Elysee Palace during a televised speech, broadcast by French tv channel TF1. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
Editorial: Lettre à un jeune homme
La ronde des générations est conçue comme un passage de relais: voici le monde ancien, dit-on aux jeunes, socle sur lequel vous allez édifier un monde nouveau.
Lëtzebuerger Danzpräis 2015: Anne-Mareike Hess: parcours sans faute
La danseuse et chorégraphe Anne-Mareike Hess recevra ce mercredi soir à la Banannefabrik le Lëtzebuerger Danzpräis attribué tous les deux ans par le ministère de la Culture. Elle succède à Sylvia Camarda (2011) et à Giovanni Zazzera (2013). Nous avons pu la rencontrer pour en savoir plus sur son univers.
Anne-Mareike Hess