Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Commentaire: Jusqu'à la fin des temps
Commentaire International 13.04.2018 Aus unserem online-Archiv

Commentaire: Jusqu'à la fin des temps

Un manifestant palestinien entre Gaza et la frontière israélienne.

Commentaire: Jusqu'à la fin des temps

Un manifestant palestinien entre Gaza et la frontière israélienne.
AFP
Commentaire International 13.04.2018 Aus unserem online-Archiv

Commentaire: Jusqu'à la fin des temps

Gaston CARRE
Gaston CARRE
La Bande de Gaza une fois encore est à feu et à sang. Au coeur de la colère palestinienne: le retour, refusé par Israël, de 700.000 «frères» réfugiés.

Les Palestiniens veulent le retour de leurs «frères» réfugiés, sans quoi la Palestine ne serait pas la Palestine; Israël le refuse, ce retour des frères, dans la mesure où l'arrivée en terre sainte de 700.000 d'entre eux rendrait caduc le caractère juif dont se réclame l'Etat hébreu. 

Il y a là le noyau dur, insécable même d'un conflit qui pourrait durer jusqu'à la fin des temps, tant la problématique israélo-palestinienne en son entier relève de la quadrature du cercle.

En attendant le déluge on s'affronte, sans cesse, à travers un face-à-face où tous sont à plaindre car tous sont jeunes, très jeunes, à cet âge où les Palestiniens n'ont que la haine pour maître, et les soldats israéliens la peur que génèrent les règles d'engagement qu'on leur inflige.

Tragique manifestation ces jours-ci encore de cet affrontement, où des gamins caillassent des gamins, qui à leur tour visent, à balles réelles, des vis-à-vis qui à leur instar n'ont pas vingt-cinq ans.

Un temps durant les moins sceptiques d'entre nous ont pu croire que ce conflit prendrait fin par épuisement «naturel», du simple fait de la relève des générations, mais non: les Palestiniens gardent leur haine comme un legs, et les Israéliens tiennent pour un droit inaliénable, qui de fait est intolérable, la possibilité de tirer sur des enfants qui outre leur haine n'ont que leurs cailloux.