Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Bête et méchant
International 2 Min. 06.01.2016 Aus unserem online-Archiv
Charlie, un an après la tuerie

Bête et méchant

Un dieu assassin, encore armé et toujours en fuite: la couverture de Charlie Hebdo, un an après le drame.
Charlie, un an après la tuerie

Bête et méchant

Un dieu assassin, encore armé et toujours en fuite: la couverture de Charlie Hebdo, un an après le drame.
AFP
International 2 Min. 06.01.2016 Aus unserem online-Archiv
Charlie, un an après la tuerie

Bête et méchant

Un an après la tuerie au sein de sa rédaction, Charlie Hebdo se livre à une nouvelle provocation, dans l'obstination aveugle à défendre son fond de commerce éditorial. Un commentaire de Gaston Carré.

Par Gaston Carré

Le premier massacre de Paris, celui du 7 janvier 2015, a un an d'âge déjà, et Charlie Hebdo commémore le drame par une couverture à sa façon, la façon Charlie, «bête et méchante», qui en 1968 nous faisait rire, qui aujourd'hui hélas nous consterne.

Car le monde depuis lors a changé, ce que nul n'ignore, nul sauf Charlie, bête et méchant, outrancier comme à son habitude, cabré sur un fond de commerce idéologique que Charlie tient pour immuable, comme si aujourd'hui encore, en 2016, le monde était une salle de classe où des potaches hilares pouvaient jeter des boules puantes à leurs profs consentants. Les attentats ont un an donc, mais Charlie n'a rien appris, pas même que le temps de Charlie est révolu.

«L’assassin court toujours»

La Une de Charlie donc. Un dieu barbu et taché de sang, fusil d’assaut dans le dos, à l'enseigne «Un an après, l’assassin court toujours». Et, pour ceux qui au vu de cette couverture n'auraient pas compris encore que Charlie est l'autre visage aujourd'hui de l'intégrisme, cet édito dans lequel le directeur de la publication explique vouloir dénoncer «les fanatiques religieux abrutis par le Coran et les culs-bénits d'autres religions».

Ce qui nous consterne, face à cette Une de Charlie, c'est la double radicalité qui depuis un an nous étrangle. Ces radicalités cornes contre cornes, dogmatisme contre dogmatisme, cette façon que l'on a, de part et d'autre, chez les barbus comme chez ceux qui font profession de les combattre, de camper sur des positions tenues pour inaliénables, cette obstination sourde, cette haine qui émanant des califes à front de bouc a contaminé des laïcs au front bas, ces shériffs de la liberté d'expression dans leur confrontation aux ayatollahs de la charia.

Le choix de la bagarre

Le Proche-Orient est en feu, des banlieues d'Europe brûlent et leurs jeunes disjonctent, et alors que devant les flammes qui montent des hommes de toutes confessions cherchent le dialogue, l'apaisement, le retour à la raison après le triomphe des passions, Charlie a cru juste et bon d'ajouter le mépris au mépris, l'outrage au carnage, d'insulter l'islam en son coeur le plus sensible, son Prophète et les protocoles de sa représentation, réitérant ainsi ce qui à l'origine mit le feu aux poudres.

Des millions de musulmans dans le monde condamment la violence, mais nous adjurent de respecter ce qui leur est cher. Nous sommes nombreux à les entendre, pas Charlie. Charlie se fout du dialogue, Charlie veut la bagarre, qui mieux que la paix fait vendre: juché sur le piédestal de carton où il proclame son attachement à la liberté d'expression, Charlie est attaché surtout à la survivance d'une feuille qui eut son heure de gloire, nécessaire et salutaire, mais qui aujourd'hui n'est plus que la grimace résiduelle d'une idéologie immature, qui n'a pas compris que face aux drames du temps présent la culture du pet ne peut avoir valeur de programme éthique.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

"Nicht die Religion an sich produziert Gewalt, sondern die Vereinnahmung der Religion zu politischen Zwecken", meint Pierre Leyers in seinem Leitartikel, in dem er Bezug nimmt auf das Titelblatt der neuen "Charlie Hebdo"-Ausgabe.
Paris im Januar 2015
Der Anschlag auf die Redaktion von "Charlie Hebdo" versetzt Frankreich in einen Schockzustand. Zwei Tage später kommt es zu einer Geiselnahme in einem jüdischen Supermarkt in Paris. Ein Rückblick.
Der Überfall auf „Charlie Hebdo“ markiert den Auftakt zu einem Jahr des Terrors in Frankreich. Ein Jahr danach enthüllt Präsident Hollande an drei Anschlagsorten Gedenktafeln für die ersten Opfer. Dabei passiert eine Panne.
präsident Francois Hollande, die Pariser Bürgermeisterin Anne Hidalgo und Premierminister Manuel Valls beim Enthüllen einer der Gedenktafeln.
Das Attentat auf die Redaktion von "Charlie Hebdo" jährt sich am Donnerstag zum ersten Mal. Die Zeitung erscheint in einer Millionenauflage und nimmt auf der Titelseite Bezug auf den Anschlag.
This handout image obtained from French Satirical magazine Charlie Hebdo on January 4, 2015 shows the cover of the latest edition of the magazine bearing a headline which translates as "A year after, the murdurer is still running" in an edition to mark the first anniversary of the terror attack which targetted the magazines offices in Paris on January 7, 2015.  / AFP / CHARLIE HEBDO / - / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /CHARLIE HEBDO" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Zwei Islamisten stürmen am 7. Januar 2015 schwer bewaffnet die Redaktionsräume des französischen Satireblatts Charlie Hebdo. Zwölf Menschen sterben. An den Folgetagen werden eine Polizistin und vier Geiseln in einem Supermarkt getötet.