Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Vivons heureux, vivons moins riches
Wirtschaft 3 Min. 16.01.2020

Vivons heureux, vivons moins riches

A la semaine de 40 heures, les CDI préféreraient 36,3 à 38,7 heures hebdomadaires, payées le même prix

Vivons heureux, vivons moins riches

A la semaine de 40 heures, les CDI préféreraient 36,3 à 38,7 heures hebdomadaires, payées le même prix
Photo: Shutterstock
Wirtschaft 3 Min. 16.01.2020

Vivons heureux, vivons moins riches

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
L’économiste Francesco Sarracino (Statec) prône la prospérité relationnelle aux dépens de la croissance.

«Enfants, nous étions certes pauvres. Mais nous étions heureux... Et solidaires.» Un souvenir de jeunesse, que ma tante ne se lassait pas d’évoquer.

«Le degré de bonheur a effectivement diminué au cours des dernières décennies», estime Francesco Sarracino, économiste senior au Statec, l’office national de la statistique du Luxembourg. 


Reportage > Consommateurs, Foto Lex Kleren
Des consommateurs guère optimistes pour 2020
Pour le quatrième mois consécutif, l'index de confiance des consommateurs mesuré par la Banque centrale de Luxembourg est négatif. Les ménages hésitant du coup à faire des achats d'importance.

Il était l’invité hier de Caritas Luxembourg, pour une conférence sur le rôle de l’économie dans la création de prospérité sociale. 

Déficit de joie de vivre 

La raison principale selon lui de cette baisse de joie de vivre? La croissance économique: «Depuis les années 1970, les économistes répètent que celle-ci peut apporter des solutions aux défis sociaux et environnementaux de nos sociétés», rappelle-t-il. «Or les chiffres démontrent la tendance inverse.» 

Francesco Sarracino défend l’opulence sociale.
Francesco Sarracino défend l’opulence sociale.
Photo: Anouk Antony

A l’exemple du cas chinois: «Avant 1990, le pays était extrêmement pauvre. Puis l’économie a décollé à un taux de 10 % de croissance annuelle. Ceci a dramatiquement amélioré les conditions de vie de sa population», admet-il. «Et virtuellement, la pauvreté a aujourd’hui disparu. Seulement 1,7 % de Chinois vivent avec moins de 3,20 dollars par jour.» 


L'indice de satisfaction générale des Luxembourgeois se situe au-dessus de la moyenne européenne
Le Luxembourgeois nage dans le bonheur
Selon une étude d'Eurostat portant sur l'année 2018, le Luxembourgeois se situe à un coefficient de satisfaction générale de 7,6 supérieur à la moyenne de l'Union européenne, qui est de 7,3.

Le chercheur constate toutefois que l’indice de satisfaction de vivre y a diminué avec la hausse du PIB par tête: «le premier est passé de 56 % en 1990 à 40 % en 2000, pour remonter à 45 % en 2014. Alors que le second a grimpé de 40 % à 56 % sur la période», note-t-il. 

Pour l’économiste, nous vivons aujourd’hui une croissance défensive: «Pour compenser notre manque de temps, nos peurs et frustrations, nous consommons des produits et des services, qui tendent à renforcer notre individualisation, aux dépens de nos relations sociales. Et malheureusement pour financer tout cela, nous devons travailler plus», insiste-t-il.

Durant les dernières décennies, les chances d’interagir collectivement ont diminué.

Francesco Sarracino

Industrie de la solitude

Tout un pan de notre prospérité économique actuelle repose donc selon lui sur une industrie de la solitude et sur une extrême pauvreté relationnelle: «Nous vivons dans une société de compétition, qui crée peu de gagnants et beaucoup de perdants. 


Politik, Interview Yves Cruchten (Budget 2020), Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les inégalités grandissent «à une vitesse malsaine»
Ce n'est pas parce que le pays va bien que tous ses habitants vont bien. Le rapporteur du budget, Yves Cruchten, présentera ce mardi après-midi son rapport sur le projet de budget 2020 en mettant l'accent sur le PIB du bien-être.

Un système dans lequel la coopération entre les acteurs n’a pas de place. Car il n’existe pas d’opportunités d’instaurer une confiance sociale», détaille-t-il. «Durant les dernières décennies, les chances d’interagir collectivement ont diminué», poursuit-il. 

«Prenez les Etats-Unis: la confiance dans le Congrès américain a chuté de 20 à 7 % entre 1970 et 2010. Et sur la période, la confiance dans autrui est elle passée de 45 à 32 %», déplore-t-il. 

Pour Francesco Sarracino, si les individus n’ont pas confiance dans l’action collective, ils choisiront de mettre en place des initiatives individuelles, en accumulant des ressources pour eux–mêmes et leurs proches.

«C’est une conséquence de la croissance défensive, par laquelle une société se développe seule, et de manière isolée. Et où l’action collective ne trouve pas sa place», remarque-t-il. 

Pour le chercheur du Statecla décroissance ne résoudra cependant pas le problème; mais bien la réalisation des besoins que les gens recherchent le plus: «A savoir une bonne qualité de relations sociales, tant avec eux-mêmes, et autrui», martèle-t-il. 

Nous devons abandonner l’idée que la prospérité à tout prix est bonne.

Francesco Sarracino

Sur ce point, il reste toutefois optimiste: «J’ai des espoirs raisonnables de penser que le bonheur peut s’accroître, quand il s’accompagne d’une baisse de revenu», confie-t-il. 


46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.

Il cite en exemple les pays nordiques, qui ne performent pas outre mesure. «Cependant leur croissance semble plus compatible avec les besoins des individus, en termes de relations sociales et de bien-être, et plus généralement dans le domaine environnemental», indique-t-il. 

«Quand nous regardons la croissance, nous nous trompons d’indicateurs. Aussi, nous devons abandonner l’idée que la prospérité à tout prix est bonne. Et nous devons garder en mémoire que d’autres critères, comme la joie de vivre, importent bien plus!»    


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

«Que les gens puissent vivre dignement de leur travail»
En présentant, ce mardi, sa proposition de salaire minimum européen, Nicolas Schmit plaide pour une économie au service de tous. Le projet défendu par le nouveau commissaire européen à l’Emploi doit «progressivement faire converger les conditions sociales en Europe». Interview.
13.6. IPO / Min du Travail / ITV Nicolas Schmit , Loi Compte-Epargnes Temps Foto:Guy Jallay
Des consommateurs guère optimistes pour 2020
Pour le quatrième mois consécutif, l'index de confiance des consommateurs mesuré par la Banque centrale de Luxembourg est négatif. Les ménages hésitant du coup à faire des achats d'importance.
Reportage > Consommateurs, Foto Lex Kleren
Les inégalités grandissent «à une vitesse malsaine»
Ce n'est pas parce que le pays va bien que tous ses habitants vont bien. Le rapporteur du budget, Yves Cruchten, présentera ce mardi après-midi son rapport sur le projet de budget 2020 en mettant l'accent sur le PIB du bien-être.
Politik, Interview Yves Cruchten (Budget 2020), Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
46% des salariés travaillent trop
Selon une étude de la Chambre des salariés, la durée hebdomadaire de travail a tendance à être supérieure au temps indiqué sur les contrats. Cette constatation concerne aussi bien les employés à temps partiel que ceux à temps plein.
«Il manque un volet social à ce budget»
Les indicateurs du pays étant au vert, la Chambre des salariés regrette que l'Etat n'affecte pas plus de moyens en 2020 à la lutte contre la pauvreté et soit frileux sur les investissements.
Jamais le risque de pauvreté des salariés n'a été aussi pesant dans le pays. Le budget 2020 n'en tient pas suffisamment compte pour la Chambre des salariés.
Le Luxembourgeois nage dans le bonheur
Selon une étude d'Eurostat portant sur l'année 2018, le Luxembourgeois se situe à un coefficient de satisfaction générale de 7,6 supérieur à la moyenne de l'Union européenne, qui est de 7,3.
L'indice de satisfaction générale des Luxembourgeois se situe au-dessus de la moyenne européenne
Les entreprises doivent faire leurs devoirs à domicile
Où en sont les organisations professionnelles luxembourgeoises sur les questions des droits de l'homme? Pour Marc Bichler, qui coordonne le Plan d'action national relatif aux entreprises et aux droits humains, elles doivent identifier ces violations dans leurs activités.
File - Miners dig for diamonds in Marange, eastern Zimbabwe, Wednesday, Nov. 1, 2006.  Human Rights Watch said Friday June 26, 2009 that Zimbabwe's armed forces have taken over diamond fields in the east and killed more than 2,000 people, forcing children to search for the precious gems and beating villagers who get in the way.  (AP Photo/Tsvangirayi Mukwazhi-File)
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.