Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Un message d'optimisme
Wirtschaft 3 Min. 23.04.2016 Aus unserem online-Archiv
Etienne Schneider à LuxExpo

Un message d'optimisme

 Etienne Schneider: «En 2018, ce gouvernement laissera un pays en bien meilleure situation qu'il ne l'a trouvé en 2013».
Etienne Schneider à LuxExpo

Un message d'optimisme

Etienne Schneider: «En 2018, ce gouvernement laissera un pays en bien meilleure situation qu'il ne l'a trouvé en 2013».
Photo: Christophe Olinger
Wirtschaft 3 Min. 23.04.2016 Aus unserem online-Archiv
Etienne Schneider à LuxExpo

Un message d'optimisme

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Tout va bien ou presque... Lors de son discours à l'occasion de l'ouverture de la Foire de printemps, le ministre de l'Economie a tenu un discours résolument teinté d'optimisme.

(ndp) -  Etienne Schneider a d'abord fait état des «performances économiques» du pays qui reposent sur «une politique économique solide et cohérente».

Le ministre l'a assuré et les chiffres le prouvent: le PIB luxembourgeois a enregistré une croissance de 5% en 2015, 25.000 nouveaux emplois ont été créés depuis 2013, l'emploi salarié a progressé de près de 3% au cours des douze derniers mois et ce n'est pas tout!

A 6,5%, le taux de chômage n'a jamais été aussi bas au Luxembourg depuis janvier 2013. Et cette tendance devrait encore perdurer pendant les prochaines années pour atteindre un niveau de 6% d'ici 2019.

Autre point positif: le changement de paradigme entamé par la place financière luxembourgeoise «bien avant les LuxLeaks et Panama Papers» n'a pas eu l'impact tant redouté sur l'emploi du secteur.

Si les «niches de souveraineté» actuelles seront progressivement remplacées par des «niches de compétences», la transition ne se fera «pas du jour au lendemain», a rappelé Etienne Schneider.

Avant de citer d'autres développements prometteurs, comme le programme de soutien aux start up «Fit4start» ou le lancement du «Luxembourg Future Fund» qui vient de réaliser son premier investissement de 20 millions d'euros dans le domaine de la cybersécurité. «Le Grand-Duché se donne donc les moyens nécessaires pour devenir une start-up nation dynamique».

Les 99 mesures prises dans le cadre du 4e plan d'action national en faveur des PME luxembourgeoises «sont ambitieuses mais réalistes», dans le sens où elles ont été élaborées en étroite concertation avec les fédérations et les ministères concernés. La même carte a été jouée avec le «Pakt Pro Commerce» qui doit permettre de dynamiser le commerce de détail.

Des investissements à venir

Etienne Schneider a défendu les efforts du gouvernement en matière de diversification économique. Son ministère s'engage résolument dans le secteur automobile, les activités de pointe liées à l'espace, les éco- et biotechnologies, les matériaux et technologies de production innovants, la logistique et l'ICT.

«Tous ces secteurs connaissent un bon développement depuis maintenant quelques années et emploient d'ores et déjà plus de 30.000 personnes, dont la moitié dans l'ICT».

C'est dans ce secteur très prometteur que le gouvernement entend encore massivement investir au cours des prochaines années «parce que la digitalisation affecte tous les domaines d'activité», y compris les secteurs plus traditionnels comme l'artisanat et le commerce.

Le ministre a mis en avant bien d'autres projets: «Digital Lëtzebuerg», le «Luxembourg Automotive Campus» dédié à la recherche et à l'innovation dans le secteur automobile ou encore le centre de compétences national pour matériaux composites.

«Grâce à ces investissements et infrastructures, nous créons des emplois et consolidons la prospérité sociale», a déclaré le ministre, pour qui ces projets sont aussi la meilleure manière de promouvoir le Luxembourg comme site d'innovation et d'investissement à l'étranger. «Cela fait longtemps que le taux d'imposition sur les entreprises n'est plus le seul argument avancé lors de nos missions économiques à travers le monde».

Les investissements privés en R&D sont insuffisants

Au sujet de la réforme fiscale, Etienne Schneider a vanté le bon équilibre entre les intérêts des entreprises et le pouvoir d'achat des particuliers. «Nous rendons aux citoyens 1 % du PIB en termes de pouvoir d'achat. C'est l'économie tout entière qui en profite et tout particulièrement le commerce et l'artisanat».

Tandis que la charge fiscale des entreprises baisse, le gouvernement a également proposé, dans un deuxième temps, d'augmenter la bonification d'impôt pour investissement.

Une nécessité, car les investissements privés dans la R&D demeurent relativement faibles au Luxembourg. «Le taux actuel de 0,66 % du PIB n'est pas suffisant pour poursuivre sur la voie de la diversification avec le même succès», a ainsi prévenu Etienne Schneider.

Voilà pour le seul nuage noir au tableau. En matière de politique économique, «cela fait longtemps que nous n'avons jamais été aussi bien placés». Et d'un point de vue social, «nous sommes maintenant en mesure de mener une politique de rattrapage social», s'est félicité le ministre avant de conclure: «En 2018, ce gouvernement laissera un pays en bien meilleure situation qu'il ne l'a trouvé en 2013».


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

A quoi ressemblera le commerce de demain? C'est la question à laquelle tente de répondre Laurent Schonckert, l'administrateur délégué de Cactus.
Le marché de proximité a un bel avenir devant lui, estime Laurent Schonckert.
Le feuilleton procédurier qui ébranle depuis un certain temps le Front national en France montre jusqu’à quel degré la politique peut conduire les hommes à un comportement brutal et impitoyable.
Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»
6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick
Picture  Credit Brian Gavin Press 22