Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Tension entre ArcelorMittal et les syndicats
Wirtschaft 12.07.2016 Aus unserem online-Archiv
Avenir de la sidérurige

Tension entre ArcelorMittal et les syndicats

Avenir de la sidérurige

Tension entre ArcelorMittal et les syndicats

Guy Jallay
Wirtschaft 12.07.2016 Aus unserem online-Archiv
Avenir de la sidérurige

Tension entre ArcelorMittal et les syndicats

Linda CORTEY
Linda CORTEY
Les représentants syndicaux sont sortis fâchés de leur réunion avec la direction d’ArcelorMittal. La direction veut revenir sur les systèmes de préretraite et de reclassement.

(lc) - Les représentants syndicaux sont sortis fâchés de leur réunion avec la direction  d’ArcelorMittal. Ils devaient commencer les négociations en vue de renouveler l’accord Lux2016 sur l’avenir de la sidérurgie au Luxembourg. La direction veut revenir sur les systèmes de préretraite et de reclassement.

« Pour la direction et à la plus grande consternation des syndicats, nous n’aurions plus besoin d’un système de préretraite à partir de 2017, la CDR en tant que telle ne serait plus non plus indispensable et il faudrait réfléchir à la mise en place d’un régime simplifié de chômage conjoncturel », s’insurgent l’OGBL et le LCGB dans un communiqué de presse conjoint. « En même temps, la direction confirme mettre un frein à sa politique d’investissement, la rendant ainsi dérisoire pour l’avenir. »

« Il va sans dire que les syndicats s’opposent fermement à cette vision réductrice pour l’avenir des sites luxembourgeois et réclament le maintien d’un plan d’avenir Lux2020 adapté aux besoins actuels de la sidérurgie et de son périmètre. »

Que la direction arrive à une négociation avec une position à l’opposé de celle des syndicats n’est pas étonnant.  Mais le ton utilisé par l’intersyndicale dans son communiqué montre que la discussion a été plus tendue que d’habitude.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

536 Stellen will der Stahlkonzern abbauen, laut LCGB wird auch über das Aus von Dommeldingen nachgedacht - die Gewerkschaften fordern Investitionen und ein Ende des Outsourcings. Eine weitere Stahl-Tripartite ist vereinbart.
Das Verwaltungsgebäude des Konzerns in der Hauptstadt.
Nach "Lux2016" fordern die Gewerkschaften ein neues Abkommen, um die Zukunft der luxemburgischen Standorte abzusichern. Der Stahlkonzern sieht jedoch keinen Handlungsbedarf.
Die Luxemburger Stahlindustrie steht vor einer ungewissen Zukunft.