Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Téléphonie: et le moins cher est...
La consommation de "data" continue à augmenter au Luxembourg.

Téléphonie: et le moins cher est...

AFP
La consommation de "data" continue à augmenter au Luxembourg.
Wirtschaft 4 Min. 18.06.2018

Téléphonie: et le moins cher est...

Thierry LABRO
Thierry LABRO
L'Institut luxembourgeois de régulation (ILR) a publié lundi matin sa troisième étude des tarifs des services de télécommunications. En théorie de quoi savoir qui est le moins cher.

Fin du roaming ou pas, le chiffre d'affaires des opérateurs de télécommunications a encore augmenté l'an dernier, à 562,5 millions d'euros (+2,4%). Avec un revenu moyen par utilisateur en légère baisse à 25 euros par mois pour le mobile et à 80,1 euros par mois pour les services fixes, seule l'augmentation du nombre d'abonnés explique ce résultat. 

Aussi, comme il est très compliqué d'évaluer les offres des opérateurs les unes par rapport aux autres, l'Institut luxembourgeois de régulation (ILR) a-t-il décidé cette année de créer cinq profils pour les services mobiles. 

Le «P1» prévoit 60 minutes d'appel sans roaming, 50 SMS, pas d'internet mobile et 30 minutes d'appel à l'international. Les offres étudiées, hors coût de l'appareil, montrent un coût moyen de 15,65 euros par mois. 

Le «P5» pour accro du téléphone portable prévoit 600 minutes d'appel, 500 SMS, 5 GB d'internet et une heure d'appel internet pour un montant de 48,02 euros. 

Le profil moyen du consommateur luxembourgeois est le P3 (400 minutes d'appel, 500 SMS, 2,5 GB d'internet et une heure d'appel international) pour 28,97 euros en moyenne. 

Toujours plus pour le même prix 

Les dix offres retenues par l'ILR sur cette catégorie – deux par opérateur pour cinq opérateurs entre le 15 et le 19 janvier derniers – révèlent des offres qui vont de 19,95 euros (Join Flat 4G M) à 43,15 euros (LOL – Mobile M). Toutes les offres en data pour un usage intensif ont été relevées, de 5 à 20 GB. 

Lundi matin lors de la conférence de presse de présentation, le directeur de l'ILR Luc Tapella et son chef de service «Service Statistiques – Veille des marchés» Marc Kohll appellent à lire les résultats avec prudence: il existe une grande variété d'offres qui se distinguent par des services additionnels, des options ou des propriétés spécifiques; les services proposés évoluent très rapidement et souvent avec des promotions à la durée limitée dans le temps et les dimensions qualitatives ne sont pas prises en compte dans l'étude du régulateur. 

L'internet mobile continue sa croissance (+30,9%) annuelle sur des bases spectaculaires. 

La même grille existe pour les services fixes, chez soi, avec 12 profils, qui vont de l'accès à internet fixe et à une vitesse inférieur à 100 megabytes par seconde, pour 42,4 euros par mois, à l'accès à internet, la téléphonie fixe et la télévision, à une vitesse de 1.000 megabytes par seconde, pour 164,8 euros par mois. 

Bien identifier ses besoins 

Le profil moyen, triple play (internet, téléphonie et télévision) à une vitesse de 100 Mbps, coûte 79 euros en moyenne, de 67,1 euros pour l'offre «LOL Fiber S/100 + TF + TV» à 100,9 euros pour l'offre «Eschspeed Power/100 + TF + TV. 

De cette étude de cinq prestataires de services mobiles et neuf de services fixes, les responsables de l'ILR tirent quelques conseils pour les consommateurs. D'abord, de bien identifier ses besoins pour choisir l'offre qui est la mieux adaptée. 

La fin du roaming, expliquent-ils, s'est accompagnée d'une hausse des volumes d'internet mobile dans les forfaits sans que les coûts augmentent de manière significative mais il n'est pas forcément utile de payer pour 10 GB d'internet si sa consommation est inférieure à 2,5 GB, moyenne luxembourgeoise en nette hausse. 

La «fibre», pas toujours réelle 

Pour l'internet fixe, les offres sont nombreuses selon les infrastructures, du câble à la fibre optique ou le VDSL. Le directeur de l'ILR a appelé à l'examen des offres: «Jusqu'à 100 Mbps dans votre rue, cela peut être du cuivre ou de la fibre optique. 

A partir de 100, cela ne peut qu'être de la fibre. Mais le '100 Fibre' est une dénomination commerciale et quand on habite à quelques centaines de mètres du point de présence, la vitesse peut diminuer significativement. 

 Avec une couverture à fibre optique qui atteint presque 60%, le nombre d'accès à internet fixe à très haut débit (+30 Mbps) est passé à 139.200 abonnements (+27,5%) et celui à plus de 100 Mbps a même augmenté de 71,6% (66.100 abonnements). 

Pour que chacun puisse se faire sa propre idée, l'ILR a lancé en début d'année une application «checkmynet.lu» qui permet de mesurer la qualité du service. 

Dans cet univers très concurrentiel où les opérateurs doivent se réinventer en permanence, leurs investissements ont diminué de 7,3% l'an dernier à 104,1 millions d'euros contre 151,7 millions d'euros en 2013. 

«Cela suit des années d'investissements massifs. Et ce niveau semble plus 'normal'», a expliqué le directeur de l'ILR. D'autant que les opérateurs doivent se préparer à la prochaine révolution. 

«Le standard du 5G devrait être défini en fin d'année ou au début de l'année prochaine», dit encore M Tapella. «Il n'y a donc pas d'appareil ni d'antenne et la Commission européenne a un plan pour 2020 avec au moins un réseau dans une grande ville de chaque pays européen d'ici 2025.»