Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Société Générale: Les deux tiers de l'offshore depuis le Luxembourg
Wirtschaft 2 Min. 05.04.2016

Société Générale: Les deux tiers de l'offshore depuis le Luxembourg

Une agence de la Société générale au Luxembourg

Société Générale: Les deux tiers de l'offshore depuis le Luxembourg

Une agence de la Société générale au Luxembourg
Pierre Matgé
Wirtschaft 2 Min. 05.04.2016

Société Générale: Les deux tiers de l'offshore depuis le Luxembourg

Pierre SORLUT
Pierre SORLUT
Les "Panama Papers" révèlent que la banque française a participé à la création de 979 sociétés dans des "paradis fiscaux", une majorité depuis sa filiale luxembourgeoise.

La banque française Société Générale fait partie des cinq banques qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l'intermédiaire du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, a détaillé mardi le quotidien Le Monde, après analyse des données "Panama Papers".

"Au total, elle compte à son actif 979 sociétés, derrière la britannique HSBC (2.300 sociétés), les suisses UBS (1.100 sociétés) et Credit Suisse (1.105 sociétés)", selon le journal, qui précise que "deux-tiers de ces entités offshore ont été créées par SG Bank and Trust Luxembourg".

Les autres filiales de la banque concernées sont notamment basées en Suisse et aux Bahamas.

Ralentissement net depuis 2012

Le quotidien souligne que, si la création de sociétés offshore a nettement ralenti depuis 2012 et si des structures ont été fermées, "une centaine des entités ouvertes par la Société Générale chez Mossack restent actives".

Certaines autres ont en outre été cédées à d'autres gestionnaires et continuent leurs activités.

Avant ces révélations, Société Générale avait pris les devants lundi en affirmant dans un communiqué ne plus détenir depuis 2012, directement ou indirectement, aucune implantation en activité dans les Etats et territoires non-coopératifs.

"Les structures détenues par les clients"

"Les structures auxquelles il est fait référence dans les médias ne sont pas détenues par Société Générale mais par des clients. Si la loi française ne prévoit aucune restriction concernant les relations avec des clients établis dans ces juridictions, Société Générale est particulièrement vigilante et mène depuis plusieurs années une politique proactive afin de s'assurer que (ses) activités respectent les standards les plus élevés en matière de lutte contre la fraude et l'évasion fiscales", avait insisté le groupe bancaire.

Le Monde écrit que les données étudiées font apparaître "la plus grande opacité". En l'occurrence, les sociétés offshore créées faisaient appel à des prête-noms, c'est-à-dire des gérants fictifs, avec l'ambition de rendre impossible l'identification du vrai propriétaire et l'intention de contourner coûte que coûte les règles.

Plan de sortie

"En 2009, alors que les îles Vierges s'apprêtent à lever l'anonymat des sociétés offshore, SG Bank & Trust Luxembourg s'organise pour maintenir le secret. Elle commande deux fondations avec prête-noms à Mossack Fonseca (...) puis les enregistre comme actionnaires des 200 sociétés ouvertes pour ses clients aux Caraïbes", détaille le quotidien.

Plus largement, il relate, grâce aux données exploitées, que ce sont au total 365 banques dans le monde qui ont fait appel aux services du cabinet panaméen.

Ainsi, sur les 214.488 sociétés offshore immatriculées par Mossack Fonseca, 15.579 l'ont été par des établissements bancaires pour leurs clients.

Outre Société Générale, UBS, Crédit Suisse et HSBC, sont aussi citées l'allemande Deutsche Bank et la scandinave Nordea.

AFP


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

"Panama Papers": Claude Marx nicht direkt zitiert
Am 26. April schrieb die Zeitung "Le Soir" über Verbindungen des CSSF-Generaldirektors Claude Marx und Offshore-Strukturen. Marx stritt ab, in seiner Zeit bei der Bank HSBC eine Funktion in einer Offshore-Struktur gespielt zu haben. Die neuen Daten deuten auf eine zumindest passive Rolle hin.
Wenige Monate nach seinem Start als CSSF-Generaldirektor sieht sich Claude Marx mit Vorwürfen konfrontiert, er sei in Offshore-Geschäfte verstrickt
Offshore-Geschäfte: Panama (Dis)Connection
Ein Luxemburger Bankkonto mit einer Panama-Briefkastenfirma: Dieses Produkt des Finanzplatzes war lange Zeit ein Mittel, um Ruhe vor den Steuerbehörden zu haben. Das Ende des Bankgeheimnisses ließ es außer Mode kommen. Die "Panama Papers" offenbaren nun die Versäumnisse der Vergangenheit.
Unter Palmen: Luxemburger Kunden sind seit einigen Jahren in Panama seltener geworden.