Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Secteur bancaire: Aleba: "280 emplois supprimés depuis douze mois"
Wirtschaft 3 Min. 21.06.2017

Secteur bancaire: Aleba: "280 emplois supprimés depuis douze mois"

Secteur bancaire: Aleba: "280 emplois supprimés depuis douze mois"

(Photo: Guy Jallay)
Wirtschaft 3 Min. 21.06.2017

Secteur bancaire: Aleba: "280 emplois supprimés depuis douze mois"

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Le syndicat du secteur bancaire a fait le point: Rakuten Europe, JP Morgan, BSI, Garanti Bank et Unicredit... 280 salariés ont perdu leur emploi dans le secteur bancaire luxembourgeois depuis douze mois.

(ndp) - La nouvelle convention collective du secteur bancaire pour l'année 2017 sera signée ce jeudi, a annoncé le président de l'Aleba Roberto Scolati lors de l'assemblée générale qui s'est tenue mardi soir. Après plusieurs actions de manifestation organisées à Luxembourg pour protester contre la suppression de la prime de juin, les salariés du secteur ont finalement eu gain de cause.

"Cette convention collective permet le paiement de la prime de juin et nous avons également réussi à obtenir une prime de signature de 400 euros. Certes, cela ne correspond pas tout à fait à ce que nous souhaitions au départ, mais il faut parfois savoir mettre de l'eau dans son vin, et donc céder un peu afin de maintenir une certaine paix, et pouvoir continuer à travailler de manière constructive à l'élaboration d'une convention collective".

Une convention collective temporaire

Le secrétaire général de l'Aleba Laurent Mertz a rappelé qu'il s'agit d'une convention collective temporaire, portant sur une année. "C'est une proposition que nous avions faite à l'ABBL, le 10 mai, pour sortir de la situation tendue et difficile dans laquelle l'organisation patronale elle-même avait finalement sciemment mis tout le secteur, en recommandant, de manière absolument incompréhensible et déplacée, de ne pas payer la prime de juin". Il a jugé le nouvel accord "correct, honorable et surtout en ligne avec les attentes des salariés, pour l'année 2017".

Laurent Mertz a ensuite énuméré toutes les banques dans lesquelles des suppressions d'emplois ont eu lieu depuis la dernière assemblée générale: Rakuten Europe: 15 emplois sur 36 en juillet, JP Morgan: 105 emplois sur 474 en octobre, BSI: 15 emplois en février, Garanti Bank: 15 salariés en mars et enfin UniCredit: 130 salariés en avril. Cela représente plus de 280 salariés qui ont perdu leur emploi pour des raisons économiques. C'est plus que 1% de l'emploi du secteur bancaire, selon Aleba.

Quand la CSSF et l'Alfi "sabrent le champagne"

Autant dire que "c'est une addition qui ne nous plaît pas du tout, alors que de son côté la CSSF ou l'Alfi par exemple sabrent le champagne". Et le secrétaire général d'avancer quelques exemples. Ainsi, en février dernier, Denise Voss, la présidente de l'Association luxembourgeoise des fonds d'investissement (Alfi) aurait "fait le sourire en faisant le bilan de l'année 2016", qui se terminait sur un nouveau record historique à 3.741 milliards d'euros d'actifs sous gestion au sein des fonds luxembourgeois. Soit une croissance sur l'année de 6,7%, représentant 235 milliards d'euros d'investissements nets.

Du côté de la CSSF, "mi-avril on parlait carrément d'année exceptionnelle pour les banques de la Place, avec un résultat avant provisions de plus de 6.000 millions d'euros pour l'année 2016, soit une augmentation de 14,9% par rapport à 2015", a souligné Laurent Mertz.

Ces résultats sont bien évidemment à nuancer. "Il y a des phénomènes exceptionnels, et des conditions de marché en 2016 plus favorables, mais au bout du compte, la réalité est toujours la même: dans une course effrénée au profit, ce sont toujours les salariés qu'on sacrifie, pour rassasier de dividendes des actionnaires insatiables et pourtant déjà repus," a lancé le secrétaire général.

Laurent Mertz en a profité pour rappeler une fois encore que l'Aleba n'était pas favorable aux conventions d'entreprises, ou "Betriebsvereinbarungen", "souvent fallacieuses, qui visent uniquement à mettre sur le carreau les salariés à moindre coût et en évitant le plan social".



Lesen Sie mehr zu diesem Thema