Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Résultats 2019 en hausse de 4,7% pour BNP Paribas
Wirtschaft 3 Min. 05.02.2020

Résultats 2019 en hausse de 4,7% pour BNP Paribas

Jean-Laurent Bonnafe, le CEO de BNP Paribas dévoilant, ce mercredi, un bénéfice net de 8,4 milliards d'euros pour le groupe bancaire.

Résultats 2019 en hausse de 4,7% pour BNP Paribas

Jean-Laurent Bonnafe, le CEO de BNP Paribas dévoilant, ce mercredi, un bénéfice net de 8,4 milliards d'euros pour le groupe bancaire.
Photo: AFP
Wirtschaft 3 Min. 05.02.2020

Résultats 2019 en hausse de 4,7% pour BNP Paribas

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
Le groupe bancaire français justifie sa performance «par une dynamique commerciale forte, et par les effets de sa transformation».

BNP Paribas a dévoilé un résultat net 2019, hors éléments exceptionnels, de 8,4 milliards d’euros, lors de sa conférence annuelle, qui se tenait à son siège parisien, ce mercredi.

«BNP Paribas réalise une bonne performance en 2019, grâce à sa dynamique commerciale et aux effets de sa transformation. Le groupe confirme ainsi la force de son modèle diversifié et intégré», a indiqué Jean-Laurent Bonnafé, le CEO du groupe, lors de la présentation du bilan.     

Hausse dans les trois métiers

Un chiffre haussier de 4,7% sur un an, dû principalement à des revenus en progression, dans ses trois pôles opérationnels: marchés domestiques (Domestic Markets, DM), services financiers internationaux (International Financial Services, IFS), et services bancaires aux entreprises et institutionnels (Corporate and Institutional Banking, CIB).

Le premier segment a enregistré un revenu de 414 milliards d’euros sur ses activités de crédits (+ 4,1% en un an), et un gain de 408 milliards d’euros (+7,2%) sur ses dépôts, et ce malgré des taux bas persistants.

Dans son métier IFS, l'établissement financier revendique «une forte croissance», avec un résultat avant impôt de 5,23 milliards d’euros (+4,5% sur un an), porté par une hausse des encours de crédits (+8,1% sur la période), à 186 milliards d’euros. La performance a par ailleurs été soutenue par une augmentation des actifs sous gestion de 9,3%, à 1.123 milliards d’euros.

La branche CIB affiche elle un produit net bancaire de 5,571 milliards d’euros (+18%), marqué par «une croissance très soutenue de son activité, et par une forte progression de ses revenus», selon le rapport d'activités 2019 de la banque.


L'épargne traditionnelle n'a plus la cote
Face à la perte de pouvoir d'achat sur leurs placements classiques, les Luxembourgeois osent l'investissement financier.

1,24 milliard de frais  «exceptionnels»

Cette dernière estime par ailleurs à 1,24 milliard d’euros, ses frais de gestion «exceptionnels». Ceux-ci proviennent de coûts de restructuration, «liés notamment à l’intégration de RaiffeisenBank Polska, et à l’arrêt ou restructuration de certaines activités (notamment BNP Paribas Suisse)», indique le document bilantaire.

Parmi les autres dépenses, le texte invoque  des coûts dus au Plan 2020 de transformation (notamment digitale) de la banque. Il cite en outre des mesures additionnelles d’adaptation, principalement en termes de ressources humaines, telles que des plans de départ de personnel.

Dividende à 3,10 euros

En contrepartie, BNP Paribas revendique 87 millions d’euros de gains «exceptionnels», provenant entre autres de cessions d’activités (SBI Life, First Hawaiian Bank) et d'immeubles.

Au 31 décembre 2019, le groupe bancaire enregistre donc un bénéfice net par action de 6,21 euros, contre 5,73 l’année précédente. Il compte ainsi distribuer 50% du résultat, en numéraire, à ses actionnaires, sous forme de dividende de 3,10 euros par action, sous réserve de l’approbation de l’assemblée générale du 19 mai prochain.


Die Niedrigzinsen machen den Banken zu schaffen - manche geben das in Form von höheren Gebühren an Privatkunden weiter.
Bankgebühren: Das ändert sich am 1. Januar 2020
Trotz schwächelnder Gewinne setzen im Augenblick nur wenige Kreditinstitute in Luxemburg auf Gebührenerhöhungen.


Actionnaire du groupe BNP Paribas à hauteur de 1% (12,88 millions de parts), l'État luxembourgeois devrait donc percevoir un dividende de quelque 40 millions d'euros.

Celui-ci compte également une participation de 34% (9,5 millions de parts) dans BGL BNP Paribas. Le montant du dividende sera lui dévoilé en avril prochain.

Dans son métier de banque de détail et des entreprises, la filiale du groupe au Grand-Duché déclare une hausse annuelle de 8,6% de ses crédits (aux particuliers et aux entreprises), avec un encours de 10,6 milliards d’euros. 

BGL BNP Paribas a enregistré en 2019 un revenu de 10,9 milliards d’euros sur ses activités de crédit.
BGL BNP Paribas a enregistré en 2019 un revenu de 10,9 milliards d’euros sur ses activités de crédit.
Photo: Guy Jallay

Le groupe se réjouit également de l’augmentation de 11,5%, de ses dépôts (à vue, comptes d’épargne et à terme), qui atteignent 23,5 milliards d’euros au 4ème trimestre 2019. BGL BNP Paribas revendique par ailleurs 111,2 milliards d’actifs sous gestion.


Wi , 100 Jahre Banque Generale , BGL-BNP-Paribas , Siege Kirchberg Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
BGL BNP Paribas steigert Ergebnis
Luxemburger BNP-Paribas-Tochter verzeichnet im ersten Halbjahr in allen Geschäftsbereichen Wachstum.

Poursuite de croissance en 2020

Pour 2020 au niveau du groupe, l’établissement bancaire prévoit une poursuite de croissance dans ses trois pôles d’activités, basée sur une forte dynamique commerciale, ainsi que sur la diversification et l’intégration de son modèle d’affaires. 

Il envisage également une baisse en valeur absolue de ses frais de gestion. Il se donne enfin pour objectif, un taux de distribution du dividende de 50% en numéraire, sous réserve de l’approbation de l’assemblée générale.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Le Luxembourg emprunte à taux négatif
Le gouvernement a sept ans pour rembourser 1,7 milliard d’euros demandés auprès d'un consortium de banques. Pour la première fois, le taux demandé est négatif: -0,247%.
Pierre Gramegna, le «grand argentier» luxembourgeois, a réussi un joli coup. Une première même.
Wegen Konzernumbaus: Commerzbank in den roten Zahlen
Von einem Milliardengewinn für 2016 spricht bei der schrumpfenden Commerzbank schon lange keiner mehr. Nach einem Gewinneinbruch im ersten Halbjahr hat das Management für das dritte Quartal auf rote Zahlen eingestimmt.
9000 Stellen sollen in den kommenden Jahren gestrichen werden.
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.