Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Pourquoi les femmes investissent moins que les hommes
Wirtschaft 8 Min. 22.11.2019

Pourquoi les femmes investissent moins que les hommes

Selon Gaëlle Haag, l'investissement reste un milieu plutôt masculin. Les services ne sont souvent pas inclusifs et ne sont pas encore tout à fait destinés aux femmes.

Pourquoi les femmes investissent moins que les hommes

Selon Gaëlle Haag, l'investissement reste un milieu plutôt masculin. Les services ne sont souvent pas inclusifs et ne sont pas encore tout à fait destinés aux femmes.
Photo: Guy Jallay
Wirtschaft 8 Min. 22.11.2019

Pourquoi les femmes investissent moins que les hommes

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Le «gender gap» se manifeste aussi en matière d'investissement. Les femmes investissent moins et différemment. C'est un vrai problème de société, selon Gaëlle Haag, qui plaide pour un discours financier différent et plus adapté aux besoins des investisseuses.

Gaëlle Haag, pourquoi les femmes sont-elles moins nombreuses à investir que les hommes? 

On estime qu'il y a entre 10 et 15 % des femmes aujourd'hui qui investissent leur épargne, c'est-à-dire qui font travailler leur épargne plutôt que de la laisser sur un compte épargne qui rapporte à peine un taux d'intérêt. 10 à 15 %, c'est moitié moins que les hommes qui investissent sur les marchés. Il y a donc une vraie différence en terme de pratique. 

En quoi est-ce un problème aujourd'hui? 

Le fait que les femmes gagnent moins – l'écart salarial entre hommes et femmes s'élève à 20 % – et qu'en plus elles fassent moins travailler leur argent pour elles, les amène à une situation à la retraite où elles ont 40 % d'avoirs en moins le jour où elles prennent leur retraite que les hommes, alors qu'elles vivent cinq ans de plus. Elles doivent donc vivre tous les mois avec beaucoup moins d'argent pendant plus longtemps. 

Gaëlle Haag: "Les femmes manquent de confiance en elles."
Gaëlle Haag: "Les femmes manquent de confiance en elles."
Guy Jallay

On assiste à un phénomène de paupérisation qui s'opère à l'âge de la retraite de manière générale. En Europe, on observe que les pensionnés sont de moins en moins bien lotis, et ce phénomène est d'autant plus important pour les femmes qui se retrouvent veuves la plupart du temps et qui finalement se rendent compte qu'elles n'ont plus assez de moyens pour maintenir leur train de vie. Il s'agit donc vraiment d'un problème de société. 

Mais pourquoi les femmes sont-elles plus réticentes que les hommes? 

Il y a trois raisons principales. La première est le manque de confiance des femmes dans leurs compétences financières. Il faut vraiment parler d'un manque de confiance, parce qu'en réalité, à compétence égale, un homme va beaucoup plus vite se dire compétent pour investir sur les marchés financiers et prendre des risques avec son argent. 

Cela est assez paradoxal, parce que les femmes qui investissent sont, de par leur approche, beaucoup plus prudentes et attentives au long terme et elles ont un rendement qui est en moyenne de 1 % supérieur que les hommes pour un profil égal. Cela s'explique par le fait qu'elles font moins de transactions, ce qui signifie qu’elles économisent sur les frais de transaction. Cela donne une performance qui est meilleure. 

Quelles sont les autres raisons pour lesquelles les femmes sont plus frileuses à l'investissement? 

La deuxième raison est que les femmes raisonnent encore, plus que les hommes, en projets de vie, en objectifs à long terme. L'argent est un moyen pour arriver à une finalité qui est autre que le rendement, comme par exemple s'assurer de maintenir leur niveau de vie à la retraite, aider leurs enfants à démarrer dans la vie ou pouvoir prendre une pause de carrière. Elles catégorisent ainsi leur argent en objectifs et réfléchissent très peu en termes de rendement et de performance. 


Gaelle Haag - Startalers - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Quand les femmes prennent leurs finances en main
La start-up StarTalers décomplexe la gestion patrimoniale au féminin.

Or, aujourd'hui la plupart des produits financiers est très orientée produit et rendement/performance. On peut donc vraiment parler d'une opportunité manquée, car le discours actuel de l'industrie financière parle dans des termes qui ne raisonnent pas avec les femmes. Celles-ci ne se sentent donc pas concernées. 

A cela s'ajoute une industrie qui traditionnellement est faite par les hommes pour les hommes. Culturellement et historiquement la femme n'a le droit d'ouvrir un compte en banque que seulement depuis une petite soixantaine d'années. Aussi, sans le couple traditionnel, c'est l'homme qui gère l'investissement à long terme, tandis que la femme gère le budget quotidien du ménage. Dès lors les conseillers financiers et les banques de détail s'adressent à l'homme du couple en ignorant complètement les attentes des femmes.

Les femmes ont donc une autre façon de voir les choses... 

Absolument. La dernière raison qui explique la frilosité des femmes en matière d'investissement, c'est qu'elles vont se préoccuper, encore plus que les hommes, de où leur argent va aller et à quoi il va servir. Elles ont à coeur, pas simplement d'atteindre un rendement ou une performance financière, mais de s'assurer que cette performance financière ne soit pas faite au détriment de leurs valeurs. Il y a une proportion beaucoup plus importante de femmes qui sont des investisseuses durables ou des investisseuses d'impact, c'est-à-dire qui regardent à la fois la performance financière et la performance extra-financière. 


Frau Geld Tasche Hose Sparen Ausgeben (Foto: Shutterstock)
Wohlstand bei Männern und Frauen: Männer investieren, Frauen sparen
Das Luxemburger Institue of Socio-Economic Research hat eine Studie zu den Wohlstands-Unterschieden zwischen Männern und Frauen veröffentlicht.

Tout cela, au final, signifie que l'industrie traditionnelle ne leur parle pas et elles restent donc en dehors du marché, parce qu'il y a trop de jargon, l'approche est assez paternaliste et il y a un manque de sens qu'elles recherchent par ailleurs. 

Mais est-ce que les banques commencent à adapter leurs stratégies? 

Les banques s'adaptent lentement. Le problème est que même si l'offre tend à évoluer, 85  % des conseillers aujourd'hui sont des hommes et ont une moyenne d'âge de 50 ans. Donc il y a aussi un besoin de renouvellement, d'éducation et de formation de la force de vente pour que le message passe et pour que les femmes, quand elles vont voir leur banquier ou conseiller financier, se sentent réellement concernées. 

Il faut commencer par proposer aux femmes des produits qui sont en lien avec leurs valeurs.

Les banques doivent-elles mettre en place des produits qui s'adressent spécifiquement aux femmes? 

Il ne convient pas de mettre en place des produits spécifiques, mais il faut plutôt changer la manière dont on envisage l'investissement et le conseil en investissement, qui doit partir en fait des problématiques de vie et de «personnaliser» d'une certaine manière les solutions aux besoins du client. 

La deuxième chose qui est importante, c'est d'évoluer vers une finance qui soit plus durable et de considérer cela comme étant une philosophie de gestion plutôt qu'une classe d'actifs. 

L'approche complète doit être durable. Il y a certaines banques qui s'y mettent, il y en a d'autres qui l'ont fait depuis le début. Il y a aussi un travail énorme qui est fait au niveau de la place financière luxembourgeoise pour promouvoir la finance durable. Cela va dans le bon sens, mais il va encore falloir quelques années pour que cela se généralise. 

Il faut donc commencer par proposer aux femmes des produits qui sont en lien avec leurs valeurs. In fine les femmes sont des investisseuses comme les autres à partir du moment où elles comprennent le besoin pour elles de s'intéresser à l'investissement et de sécuriser leur patrimoine. 

Selon un nouveau rapport du cabinet Oliver Wyman, si les banques, assureurs et gestionnaires d'actifs prenaient mieux en compte les attentes de leurs clientes femmes, ils pourraient gagner plus de 700 milliards de dollars par an.

Le pouvoir économique des femmes augmente de manière plus rapide que celui des hommes. C'est une opportunité économique encore largement sous-estimée?

En effet, il y a une masse d'actifs qui est sous pouvoir décisionnaire des femmes qui grandit plus rapidement que celle des hommes. Indépendemment de tout l'aspect social, il s'agit d'une opportunité business qu'il serait complètement aberrant d'ignorer de la part des banques. Selon un nouveau rapport du cabinet Oliver Wyman, si les banques, assureurs et gestionnaires d'actifs prenaient mieux en compte les attentes de leurs clientes femmes, ils pourraient gagner plus de 700 milliards de dollars par an. C'est une opportunité exceptionnelle à côté de laquelle passe le secteur de la finance. C'est aussi, si on revient à l'investissement durable, une opportunité pour financer les changements nécessaires d'un point de vue climatique et sociétal que les Nations Unies cherchent aujourd'hui désespérement à promouvoir.


Am 8. März wird das weibliche Geschlecht weltweit gefeiert. Auch in Luxemburg setzen sich Aktivistinnen für die Frauenrechte ein.
Baustelle: Frauenrechte
Am 8. März ist internationaler Frauentag. An diesem Tag soll die Aufmerksamkeit auf die Rechte der Frauen gerichtet werden. Zu diesem Anlass stellen die Aktivistinnen der "JIF"- Plattform ihre Sensibilisierungskampagne vor.

Vous avez créé StarTalers pour répondre aux attentes des femmes. Que proposez-vous concrètement?

Nous développons une plate-forme digitale qui va aider les femmes à traduire leurs objectifs de vie en projets investissables. Il s'agit de les encourager à construire un portefeuille au travers d'instruments durables, de projets d'entreprise qui préservent les objectifs de développement durable. 

L'objectif est de permettre à chaque utilisatrice de réconcilier ses intérêts financiers avec ses objectifs en terme d'impact. En nous concentrant sur les cycles de vie et les parcours spécifiques des femmes d'aujourd'hui, StarTalers crée une nouvelle communauté d'investisseurs qui veulent réaliser leurs objectifs financiers tout en contribuant à un changement social et environnemental positif au travers de leurs investissements.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Jusqu’ici tout va bien
Les économies britannique et européenne ont fait preuve d’une surprenante résilience depuis le choc politique du résultat du référendum de juin 2016. Peut-être que le Brexit sera in fine doux, voire n’aura pas lieu du tout.
Baustelle: Frauenrechte
Am 8. März ist internationaler Frauentag. An diesem Tag soll die Aufmerksamkeit auf die Rechte der Frauen gerichtet werden. Zu diesem Anlass stellen die Aktivistinnen der "JIF"- Plattform ihre Sensibilisierungskampagne vor.
Am 8. März wird das weibliche Geschlecht weltweit gefeiert. Auch in Luxemburg setzen sich Aktivistinnen für die Frauenrechte ein.
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.