Wählen Sie Ihre Nachrichten​

"Nous vendons autant de Volkswagen qu'avant"
Wirtschaft 3 Min. 22.10.2015 Aus unserem online-Archiv
Au Luxembourg

"Nous vendons autant de Volkswagen qu'avant"

Malgré le scandale, les garagistes luxembourgeois ne veulent pas brader les prix.
Au Luxembourg

"Nous vendons autant de Volkswagen qu'avant"

Malgré le scandale, les garagistes luxembourgeois ne veulent pas brader les prix.
Photo: AFP
Wirtschaft 3 Min. 22.10.2015 Aus unserem online-Archiv
Au Luxembourg

"Nous vendons autant de Volkswagen qu'avant"

Un mois après l'éclatement du scandale VW, les garagistes luxembourgeois disent ne pas sentir chez les clients des effets négatifs de l'affaire qui secoue actuellement le constructeur allemand. Le "Luxemburger Wort" a recueilli plusieurs témoignages.

(ndp).-  "Pour nous, il n'y a rien d'alarmant. Certains clients se montrent parfois sceptiques, mais pas au point de bloquer leur achat. Pour l'instant, nous vendons autant de Volkswagen d'occasion qu'avant", indique Nuno Fernandes, patron d'Occasiounsmaart à Hosingen.

Comme tous les professionnels de l'industrie automobile, M. Fernandes a cherché à  savoir combien de ses voitures étaient concernées par la manipulation. "Il s'avère que seulement 10% de nos véhicules du groupe VW sont équipés du logiciel truqueur. Il va de soi que nous informons nos clients sur les voitures concernées, et cela ne leur pose absolument aucun problème. Ils savent très bien que, s'il faut remettre quelque chose en état, une solution leur sera proposée par le constructeur. De plus, les voitures en question ne présentent aucun risque pour la sécurité et peuvent donc circuler librement".

Nuno Fernandes: "Cette affaire concerne l'ensemble de l'industrie automobile".
Nuno Fernandes: "Cette affaire concerne l'ensemble de l'industrie automobile".

Armand Di Vora, patron d'Online Car à Mersch, abonde dans le même sens. "Il n'y a pas vraiment d'impact sur nous. Par contre, certains propriétaires de voitures VW se demandent si leur véhicule va perdre de la valeur. Je leur réponds qu'il est bien trop tôt pour dire quoi que ce soit de définitif sur ce sujet, car c'est une fraude massive, sans précédent dans l'histoire de l'automobile."

Les prix ne sont pas bradés

Malgré le scandale, les professionnels du secteur ne se montrent pas prêts à brader les prix pour la marque VW et les autres modèles du groupe allemand. "Il n'y a pas de changement au niveau des prix", indique Armand Di Vora. Du côté des potentiels acheteurs, on ne chercherait même pas à profiter de la situation. "Si c'était le cas, je leur proposerais un autre modèle", rétorque Nuno Fernandes. Beaucoup de personnes sont finalement persuadées que les autres constructeurs agissent de même. "Cette affaire concerne l'ensemble de l'industrie. Les systèmes mis en cause ont été fabriqués par l'équipementier Bosch. Si certains constructeurs les ont utilisés, d'autres les ont manipulés aussi!"

Du côté du garage "Guillaume Pereira", on ne lâche pas grand-chose non plus. "Pour moi, il n'y a pas de perte de valeur pour les voitures d'occasion. Je n'invoque donc pas cet argument lors de la négociation des prix ", indique Guillaume Pereira.

Un autre sentiment qui prédomine est qu'on nous ment de toute façon en ce qui concerne le niveau de consommation réel des véhicules. "La consommation a toujours été plus élevée que ce qui est affiché noir sur blanc. Et cela n'a jamais dérangé personne jusqu'à présent", rappelle Nuno Fernandes.

"Les propriétaires de Volkswagen connaissent parfaitement bien la performance et la consommation de leur véhicule. Si les réglages techniques effectués par VW devaient conduire à un changement à ce niveau-là, les propriétaires s'en apercevront. Et là, pas de doute, les discussions commenceront!", estime de son côté Armand Di Vora.

Les recours collectifs contre VW se multiplient

Alors que les Luxembourgeois se montrent sereins face au scandale Volkswagen, le groupe allemand est désormais sous le coup d'enquêtes judiciaires dans plusieurs pays dont l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne. Des plaintes ont aussi été déposées dans plusieurs pays, dont des "class actions" aux Etats-Unis.

Au Luxembourg, le dispositif de "recours collectif" n'existe toujours pas dans l'arsenal juridique des consommateurs. Mais un projet de loi est en cours d'élaboration au ministère de l'Économie.

Lire aussi:

34.218 Fahrzeuge in Luxemburg betroffen

Volkswagen: baisse des ventes au Luxembourg

Was auf VW-Besitzer zukommen könnte




Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Pourquoi l’Etat dépense-t-il des millions d’euros pour la formation des musiciens?
Le syndicat dévoile les détails des négociations menées entre partenaires sociaux autour de la nouvelle convention collective bancaire. L'Aleba dénonce une attitude "électoraliste."
Selon l'OGBL, le patronat voudrait introduire un système d'évolution de carrière lié à 100 % à la performance individuelle.
La place financière se dote d'un nouveau régime des fonds d'investissement alternatifs réservés (FIAR). Quels sont ses atouts et perspectives de développement? Entretien avec Alain Kinsch, managing partner EY Luxembourg.
Alain Kinsch, managing partner EY Luxembourg.
56.000 voitures sont concernées au Luxembourg par la tricherie VW. Quels sont vos droits en tant que propriétaire? Pouvez-vous demander des dédommagements? Entretien avec Guy Goedert, administrateur-chargé de direction de l'Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC).
Plusieurs plaintes visent déjà le constructeur allemand.
"Picasso im Land der Deppen"
Enrico Lunghi, der Generaldirektor des Mudam, scheint die Überlegungen von Me Gaston Vogel um ein Picasso-Gemälde nicht geschätzt zu haben. In einem offenen Brief antwortet er dem Rechtsanwalt.
Enrico Lunghi