Wählen Sie Ihre Nachrichten​

LSA, l'agence spatiale du Luxembourg
Le directeur des affaires spatiales au ministère de l'Economie est devenu le premier directeur de l'Agence spatiale du Luxembourg

LSA, l'agence spatiale du Luxembourg

Photo: Anouk Antony
Le directeur des affaires spatiales au ministère de l'Economie est devenu le premier directeur de l'Agence spatiale du Luxembourg
Wirtschaft 2 Min. 12.09.2018

LSA, l'agence spatiale du Luxembourg

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Le ministre de l'Economie a dévoilé l'Agence spatiale du Luxembourg mercredi matin au Mudam. Etienne Schneider a surtout lié les mains du prochain gouvernement qui devra donner une structure juridique claire à ce «one-stop-shop de l'espace» confié à Marc Serres.

Xavier Bettel et Etienne Schneider n'ont-ils pas réussi à s'entendre? Le Premier ministre et ministre des Communications et celui de l'Economie voulaient-ils l'un et l'autre profiter d'un buzz lié à la création de la Luxembourg Space Agency (LSA), régulièrement qualifiée de «Nasa luxembourgeoise»? 

La question reste entière. 

Car la LSA a peut-être été présentée officiellement, sans aucun logo du «nation branding», mais elle n'existe pas d'un point de vue juridique. 


Lancement réussi pour GovSat 1: "L'innovation et le dynamisme, c'est l'image de notre pays!"
Premier à réagir, le grand-duc héritier Guillaume a évoqué la "pérennité" de la capacité du Luxembourg à se réinventer selon deux axes: l'innovation et le dynamisme. Trente ans après le lancement, en présence de son père le grand-duc Henri, du premier satellite luxembourgeois, l'image a du sens.

Pour l'instant, la «direction des affaires spatiales» de la DG7 du ministère de l'Economie est simplement devenue LSA. Son directeur, Marc Serres, restera pour l'Histoire le premier directeur de l'agence et il aura une équipe d'une douzaine de collaborateurs, entièrement dédiés à toutes les problématiques de l'espace. 

Le ministre avait pourtant les coudées franches puisque des 200 millions d'euros mis à sa disposition – «en dix minutes» a-t-il encore rappelé mercredi– en 2013, seuls une quarantaine ont été dépensés, dont 13 millions d'euros pour Planetary Resources. 

 Trois nouvelles sociétés auront aussi rejoint les 20 premiers acteur de l'espace à avoir profité de l'initiative luxembourgeoise pour s'implanter ici.   


Outre la promotion, a expliqué le nouveau directeur de la LSA, l'agence devra fédérer une expertise utile aux entreprises du secteur, les aider à se positionner en termes d'innovation, veiller au développement des compétences et favoriser le développement des financements, plutôt privés. 

Le logo de la Luxembourg Space Agency
Le logo de la Luxembourg Space Agency
Photo: Anouk Antony

L'agence, qui a déjà signé 12 partenariats (avec la SES, l'Adem, l'Université ou le Technoport, par exemple), est divisée en deux départements, le «développement économique» confié à Patricia Conti qui s'occupait jusque-là du cluster de l'espace, et les «relations internationales et spaceresources» entre les mains de Mathias Link. 

Dernière annonce, hier, le ministre a signé un accord avec l'Université de Luxembourg au terme duquel sera créé à partir de septembre un «master en ingénieurie de l'espace». Les quatre semestres permettront d'aborder aussi bien la gestion de projets que les plans d'affaires, la réglementation ou les nouvelles technologies de l'espace (intelligence artificielle, robotique ou big data). Le dernier semestre sera un stage de cinq mois dans une entreprise de l'espace. De 20 à 30 candidats espérés pour la première promotion, ce master devrait former 50 ingénieurs-entrepreneurs par an.  



Lesen Sie mehr zu diesem Thema