Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Les trois soucis de l'ACA
Wirtschaft 1 3 Min. 23.11.2018

Les trois soucis de l'ACA

Le président de l'ACA, Christian Strasser, a surtout appelé à défendre la liberté de prestation de services. 90% des primes de l'assurance viennent de l'UE

Les trois soucis de l'ACA

Le président de l'ACA, Christian Strasser, a surtout appelé à défendre la liberté de prestation de services. 90% des primes de l'assurance viennent de l'UE
Serge Daleiden
Wirtschaft 1 3 Min. 23.11.2018

Les trois soucis de l'ACA

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Pour son premier discours à l'occasion de la séance académique de la Journée de l'assurance, le président de l'Association des compagnies d'assurance, Christian Strasser, a fixé trois priorités au gouvernement jeudi soir au centre de conférences.

«Ne sois pas trop long, ils sont venus pour boire un verre et manger un bout.» 

Le nouveau président de l'Association des compagnies d'assurance et de réassurance (ACA), Christian Strasser, a suivi le conseil de son prédécesseur à la lettre, jeudi soir, lors de la séance académique qui clôturait la sixième journée de l'assurance au nouveau centre de conférences. 

Devant 800 personnes, son discours au pas de charge a rappelé que les assureurs s'étaient mis directement au service de la population face aux inondations de 2016 puis de 2018, que le Brexit avait amené douze sociétés vers le Luxembourg, plutôt vers de l'assurance non-vie internationale qui modifiera donc le paysage. Et surtout, Christian Strasser a fixé trois caps au prochain gouvernement. 

Réformer le système de pension 

Les 7.000 professionnels au Luxembourg, de 70 assureurs et 200 réassureurs, ont dégagé 23 milliards d'euros de primes d'assurance-vie, quatre milliards en assurance non-vie et onze milliards en réassurance, dont 90 % à l'étranger. «De plus en plus de pays mettent des barrières à la libre prestation de services, une des quatre libertés du marché unique, pour protéger leurs acteurs», a dit le président de l'ACA. «C'est contraire aux fondements du marché unique!» 

La défense de cette liberté doit s'exercer à tous les niveaux possibles, ont dit dans la journée les professionnels réunis à cette sixième édition de la journée de l'assurance. Tous ont aussi salué le rôle du régulateur luxembourgeois, le Commissariat aux assurances dirigé par Claude Wirion. 

«Au Luxembourg, nous avons le meilleur système de pension du monde», a enchaîné M. Strasser. «Mais sa pérennité est remise en cause par l'Inspection générale de la sécurité sociale. La réserve tombera en dessous d'une fois et demie les besoins d'une année en 2035, elle sera épuisée en 2043 et représentera 46 % du PIB en 2060. Plus on attend pour agir, plus les actions requises seront lourdes!», a-t-il prévenu. 

Troisième point, l'assurance maladie. «Nous avons là aussi un dispositif excellent qui laisse peu de place aux assureurs privés. Pourtant, il subsiste des confusions entre les différents acteurs de l'assurance maladie. Cette confusion est préjudiciable et nécessite de clarifier les activités des mutuelles et de les distinguer de l'assurance maladie. Nous attendons de voir comment le projet de loi va évoluer.» 

L'assurance verte à développer 

«Le plus grand risque que je vois», a répondu le ministre des Finances passé après le futurologue star suédois Magnus Lindkvist, «est le changement climatique. Et alors que le développement de la finance verte se poursuit, peut-être que l'assurance verte est une piste à explorer». 

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

Difficile pour Pierre Gramegna d'aller au-delà d'un tour d'horizon où se mêlent danger du protectionnisme, digitalisation et cybersécurité, Brexit, centenaire de l'Armistice et avenir européen et situation saine des finances publiques: le ministre des Finances n'est pas encore ministre des Finances. 

 Pour le premier «Insurance Day» en 2013, a rappelé l'ancien diplomate sur scène, son premier discours officiel avait été pour cet événement des assureurs, deux jours après sa prestation de serment. Six ans plus tard, pour la sixième édition, les trois partis poursuivent leurs discussions autour d'un programme de coalition. 

«Il n'y a pas de fumée blanche» après plus d'un mois de négociations, a-t-il dit. 

Pour l'ACA, ont rappelé son administrateur délégué Marc Hengen et la directrice des Affaires européennes Sandrine Chabrerie, la fumée blanche est venue de la signature, le 16 mai, de la nouvelle convention collective avec l'Aleba, l'OGBL et le LCGB. «C'est un bon consensus», ont indiqué les deux dirigeants. M. Hengen a particulièrement souligné les avancées en termes de droit à la formation avec le plan individuel de formation. Attirer et retenir de nouveaux talents est un élément clé du développement du secteur de l'assurance au Luxembourg, «un des piliers de la place financière au côté des fonds d'investissement et des banques», a dit le ministre.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

ACA Insurance Day: Fit für den Kunden von morgen
Wie ist der Kunde beim Car-Sharing versichert? Wie der Fahrer eines autonomen Autos? Die Versicherungsbranche muss sich neuen Trends anpassen. Lösungen für einige dieser Herausforderungen gibt es aber bereits.
Séance académique de l’Association des compagnies d’assurances et de réassurances du Grand-Duché de Luxembourg luxembourg le 23.11.2017 ©Christophe Olinger
Rentenversicherung: Wenige Luxemburger sorgen privat vor
Trotz der früher oder später drohenden Rentenmauer bleiben Luxemburger eher gelassen. Sie gehen nicht nur deutlich früher in Rente als ihre europäischen Nachbarn. Auch die betriebliche wie private Vorsorge 
hält sich hierzulande in Grenzen.
Das gesetzliche Rentensystem genießt in Luxemburg einen großen Vertrauensvorschuss, obschon Kritiker warnen, dass die Reserven in zwei bis drei Jahrzehnten aufgebraucht sein könnten.