Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Les salaires grimperont moins vite en 2019
Wirtschaft 4 Min. 26.03.2019

Les salaires grimperont moins vite en 2019

L'étude de Korn Ferry sur les salaires a été menée auprès de 70 entreprises au Luxembourg et 580 en Belgique.

Les salaires grimperont moins vite en 2019

L'étude de Korn Ferry sur les salaires a été menée auprès de 70 entreprises au Luxembourg et 580 en Belgique.
Shutterstock
Wirtschaft 4 Min. 26.03.2019

Les salaires grimperont moins vite en 2019

Aude FORESTIER
Aude FORESTIER
De retour au Grand-Duché depuis mai 2018, le cabinet de consultance RH Korn Ferry prévoit une hausse des salaires de 3,2 % au Grand-Duché cette année.

Anastasia Petelina, Reward Market Analyst chez Korn Ferry évoque d’emblée le contexte économique et politique international actuel (la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, les nombreuses incertitudes liées à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et la période post-Merkel en Allemagne) ainsi que des éléments plus proches de nous, le Règlement général sur la protection des données et la réforme fiscale de 2017). «Tout cela touche les ressources humaines», souligne-t-elle. «On a eu l’ambition d’y répondre en prenant la perspective de rémunération en analysant les tendances salariales au Luxembourg».

Alors, que doit-on retenir de cette étude? Anastasia Petelina dit: «aujourd’hui, on sent beaucoup d’incertitudes qui sont liées aux fluctuations dans le monde économique. On voit que les principaux acteurs économiques semblent avoir de moins en moins confiance dans les marchés», malgré le fait que le pays se trouve en bonne santé économique, avec un PIB en progression de 2,6  % en 2018 d’après le Statec et une Commission européenne tablant sur une croissance de 2,5  % pour cette année. Tout ceci fait que le Luxembourg «continue à avoir une position assez unique dans le marché européen en général».

L'index, un coût «énorme»

Lorsqu’on regarde les budgets «octroyés à la performance de l’individu, ceux-ci sont restés aux environs d’un pour cent du salaire de base» pour toutes les catégories d’employés.  Les budgets consacrés au mérite sont «toujours très limités» à cause de l’indexation des salaires. Coût «énorme pour une organisation», système unique au monde, pas toujours compris par les dirigeants de firmes étrangères, l’index ne facilite pas la tâche quant à la négociation d’une part de mérite plus grande.

Et le salaire de base, comment a-t-il évolué ces dix dernières années ? Selon la Reward Market Analyst de Korn Ferry, au Luxembourg, «on voit une claire décélération de l’augmentation» de ce salaire (brut annuel) qui commence plus ou moins au niveau de la crise économique de 2008». En d’autres termes, quand on regarde l’évolution du salaire de base d’une année à l’autre, les augmentations sont beaucoup moins prononcées, de par une conscience des coûts structurelle.

Bien que l’économie luxembourgeoise se porte bien, «on ne voit pas cette croissance se refléter dans cette augmentation des salaires au-delà des augmentations liées à l’inflation (« l’index »)». En revanche, cette hausse «se reflète bien quand on prend en compte les bonus. On n’avait pas vu ça auparavant», pointe-t-elle.

Ne pas surpayer les talents

Aujourd’hui, «il y a plus de métiers éligibles à recevoir un bonus» et ces derniers sont «de plus en plus grands», par rapport à 2008. Korn Ferry a intégré l’index qui devrait tomber cet automne, dans ses prévisions salariales. «Le pot d’augmentation salariale prévue pour 2018-2019 total est de 3,2 % dans lesquels sont compris les 2,5 % d’index et un supplément au mérite. Ce dernier reste assez limité par rapport aux années précédentes, dû à une augmentation significative liée à l’index», détaille Anastasia Petelina.

Le cabinet de consultance RH recommande de ne pas «surpayer» les talents rares sous peine de voir se former un fossé entre les salariés. «Ça peut enfler la masse salariale», ajoute-t-elle. A noter encore qu’entre 2008 et 2018, le nombre de personnes éligibles à recevoir un bonus, travaillant dans des fonctions non commerciales, est passé de 47 à 57 %.



Lesen Sie mehr zu diesem Thema

«L’égalité salariale est dans le Code du travail»
Taina Bofferding est ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes mais aussi de l'Intérieur où elle est la première femme a en avoir pris la tête. Quelles sont ses idées pour que l'égalité des sexes devienne une réalité au Luxembourg?
Wort.fr- Itv Taina Bofferding, foto: Chris Karaba
Le salaire minimum augmente de 100 euros
La promesse du gouvernement se concrétisera certainement pour le 1er juillet, avec un effet rétroactif au 1er janvier: les salariés recevraient alors 600 euros, équivalents à six mois d'augmentation.