Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Les équipementiers auto forcés d'accélérer
Wirtschaft 3 Min. 06.11.2019

Les équipementiers auto forcés d'accélérer

Julian Proffitt, président de l'ILEA, compte sur les capacités d'innovation de l'industrie du pays pour passer la crise.

Les équipementiers auto forcés d'accélérer

Julian Proffitt, président de l'ILEA, compte sur les capacités d'innovation de l'industrie du pays pour passer la crise.
Photo: Guy Jallay
Wirtschaft 3 Min. 06.11.2019

Les équipementiers auto forcés d'accélérer

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Deux grandes sociétés du secteur, Delphi et Mahle, ont annoncé licenciements et fermetures de site dans les deux ans. Mais le représentant de la branche croit aux chances des autres usines luxembourgeoises pour maintenir cette activité compétitive.

Mahle, Delphi ont annoncé, coup sur coup, des coupes sévères parmi leurs effectifs. Quel sera le prochain site à chuter au Luxembourg?

Julian Profitt, président d'ILEA (Industrie luxembourgeoise des équipementiers de l'automobile): «D'abord, je pense aux salariés de ces deux entreprises. Ensuite, je veux adresser un message à ceux qui restent dans ce secteur qui emploie près de 9.000 salariés : ce n'est pas l'heure de trembler même si je comprends l'inquiétude. Les dirigeants de Mahle et Delphi ont pris des décisions dures pour préparer leur groupe aux défis de demain. Et pour les équipementiers, au Grand-Duché comme ailleurs, il est clair que nous sommes dans la zone trouble, celle de toute transition industrielle.»

Pourtant en tant que représentant des fournisseurs de pièces pour ce secteur en difficulté, vous vous voulez optimiste. Quel paradoxe!

«Notre secteur souffre et cela est dû à plusieurs circonstances. Une chute mondiale des ventes de voitures inconnue jusqu'alors mais aussi des facteurs sur lesquels nous n'avons pas de prise: le Brexit qui n'en finit pas et reporte d'importants investissements dans le secteur auto, les tensions commerciales entre Chine et USA qui réduisent ce marché, les conséquences du dieselgate, etc. Mais tout cela, selon moi, est temporaire. Le cap le plus incertain reste la mutation technologique qui nous attend.

Si nous, industriels luxembourgeois, percevons bien quelle sera la nature du changement et nous adaptons vite, des jours meilleurs seront là. Je ne cesse de le répéter à la vingtaine d'entreprises membres de l'Ilea : le tissu des fournisseurs automobiles luxembourgeois a tout pour passer l'orage.

Quels sont donc ces atouts?

«Nous savons être innovants et attirer de nouveaux talents. Aux dirigeants de faire venir celles et ceux qui sauront développer les pièces adaptées à la demande des constructeurs pour demain. Plutôt vers l'électrique, on le sent. La preuve avec le récent exemple du gouvernement allemand qui pousse son industrie et ses consommateurs dans cette voie. Vers l'hybride, aussi. Ce passage du carburant à l'énergie électrique est fondamental et hyper rapide. C'est cela qui cause des dégâts dans notre secteur. Pour agir vite, les décisions sont tranchantes.


24.11. Creos / Pres Borne Electrique Chargy / vlnr Alex Michels,Etienne Schneider,Francois Bausch Foto:Guy Jallay
L'électrique et l'hybride encore en sous-régime
Si le réseau de bornes de rechargement s'intensifie rapidement, le marché de l’électromobilité tarde à prendre son véritable envol, selon les données publiées mardi par les ministères de la Mobilité et de l'Énergie.

La difficulté pour les investisseurs reste l'incertitude sur la technologie qui triomphera et l'importance de la demande des clients. Mais j'ai confiance dans la résilience des industriels du secteur pour trouver la meilleure adaptation technologique et donc sociale ensuite.

Le Luxembourg se voulait être un catalyseur d'innovation en matière de mobilité, avec l'Automotive Campus de Bissen notamment. Qu'en est-il aujourd'hui?

«Un acteur majeur s'est installé sur ce site, IEE. Un premier pas qui doit être suivi par l'arrivée de start-up travaillant justement sur les déplacements de demain. Pour promouvoir le Grand-Duché comme un acteur fondamental de ce travail, le cluster automobile ne cesse pas ses efforts de promotion, cela va porter ses fruits. Là, nous sommes dans un moment critique, un brouillard, mais l'outil et la compétence sont là qui doivent nous éclairer.

Reste à trouver la voie à suivre pour une branche d'activité qui, nationalement, représente près d'1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires et pèse positivement dans la balance commerciale du pays. Les Centres Recherche & Développement, installés au pays, doivent disposer des moyens d'avancer et, alors, nous sortirons de cette crise.» 


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Delphi supprime 250 emplois à Bascharage
D'ici 2021, la firme entend se séparer de la moitié de ses effectifs au Luxembourg. Un nouveau coup dur pour l'industrie luxembourgeoise, et plus particulièrement le secteur des équipementiers automobiles.
L'unité «Fuel Injection System» et la division composantes seront délocalisées en dehors du Grand-Duché.
«L'Europe n'est pas encore prête au tout électrique»
La voiture électrique n'est plus un marché de niche. Mais pour séduire définitivement les automobilistes, le Vieux Continent doit encore relever plusieurs défis comme l'indique une étude du Centre sur la régulation en Europe.
L'ACL se positionne autour de l’électromobilité
Electrique, hybride plug-in, hybride, essence ou diesel... Vous êtes perdu? L’Automobile Club du Luxembourg répond à toutes vos questions avec un tout nouveau service inauguré ce lundi: le «Mobility Loft».
L'État vous aide à passer à l'électromobilité
Chaque nouveau propriétaire d'une voiture, d'un vélo ou d'un deux-roues électrique ou hybride peut désormais prétendre à toucher la nouvelle prime d'incitation. Le fichier de demande vient d'être mis en ligne. Bonne nouvelle pour le porte-monnaie et l'environnement.
Le Luxembourg ne suit pas l'«Airbus des batteries»
Si Chinois et Américains avancent à grands pas sur les batteries électriques, l'UE est à la peine. Aussi, depuis quelques mois, l'idée de créer un consortium pour développer et produire un modèle 100% européen est dans l'air. À l'exemple de ce qui avait donné naissance au projet Airbus.
D'ici 2040, les ventes mondiales de véhicules à batterie électrique pourrait atteindre les 54% de part de marché.
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.