Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Les banques centrales tentent de rassurer
Wirtschaft 4 Min. 14.05.2021

Les banques centrales tentent de rassurer

Les banques centrales tentent de rassurer

Photo: AFP
Wirtschaft 4 Min. 14.05.2021

Les banques centrales tentent de rassurer

Cette semaine, les bourses européennes ont terminé en ordre dispersé.

Par Loïc Chaulacel

Cette semaine, les bourses européennes ont terminé en ordre dispersé. Les craintes inflationnistes ont été soutenues par des publications supérieures aux attentes en Chine et sur le sol américain. Parallèlement, la saison des publications de résultats progressait et les banques centrales essayaient de se montrer rassurantes quant à leurs programmes de soutien. Dans ce contexte, l’indice de référence de la zone euro, l’EURO STOXX 50, a clôturé vendredi à 4.017,44 points, affichant une baisse hebdomadaire de 0,42%.

Le début de semaine était très calme sur les grandes places financières, dans l’attente de la publication des chiffres de l’inflation américaine. A noter que les bourses européennes avaient terminé la semaine dernière sur des niveaux record. En effet, vendredi dernier, alors que les emplois créés sur le sol américain ressortaient plus bas que les attentes, cette nouvelle à l’apparence négative a rassuré les marchés sur le fait que la banque centrale américaine allait maintenir sa politique de soutien.

Dans le même temps, le cours des matières premières continuait de progresser fortement, notamment le pétrole et les métaux. Cela s’explique par une anticipation d’une demande plus forte, alors que l’offre pourrait se montrer plus contenue.

Mardi, les bourses européennes ont néanmoins perdu leur élan de la semaine précédente. En effet, ce sont toujours les craintes d’inflation qui ont poussé les investisseurs à se retirer des marchés alors que les prix de la production en Chine ressortaient en progression record depuis ces trois dernières années.

L'inflation a accéléré à 4,2%

L’augmentation du prix des matières premières pousse de nombreux acteurs à penser que les banques centrales vont être contraintes de freiner leurs politiques accommodantes. Néanmoins, le membre du conseil de la Banque centrale européenne, François Villeroy de Galhau, a assuré que l’institution ne mettrait pas de frein à ses rachats avant le premier trimestre 2022.

En milieu de semaine, les chiffres de l’inflation américaine sont ressortis en forte accélération. L’inflation a accéléré à 4,2% sur un an au mois d’avril, soit son niveau le plus élevé depuis 2008. Le même jour, dans un ton similaire à celui utilisé la veille en Europe, le vice-président de la Réserve fédérale américaine annonçait que l’économie avait encore besoin du soutien de l’institution, et que l’inflation devrait s’apaiser plus tard dans l’année.

Après une forte baisse liée à ces incertitudes, les bourses européennes se sont redressées en fin de semaine, avec un regain de confiance grâce aux propos des banques centrales et à la reprise économique. Parallèlement, la saison des publications continuait de battre son plein et d’orienter certains secteurs.

Des performances disperses

À l’issue de la semaine, les bourses européennes terminent majoritairement dans le vert. La meilleure performance vient d’Espagne, où l’IBEX gagne 0,95% (à 9.145,60 points). Il est suivi par le FTSEMIB italien qui progresse de 0,63% (à 24.766,09 points). Le DAX allemand termine dans le positif avec une performance de +0,11% (à 15.416,64 points). A l’équilibre, le CAC40 français termine à -0,01% (à 6.385,14 points). La moins bonne performance s’affiche au Royaume-Uni, où le FTSE100 finit la semaine sur un recul de 1,21% (à 7.043,61 points).

D’un point de vue sectoriel, les performances ont été disperses. Les banques sont les grandes gagnantes et progressent de 2,35%. L’industrie de la santé montre sa résilience, et termine avec une performance de 0,27%. La grande majorité des autres secteurs accusent le coup, en particulier le secteur du tourisme et des loisirs, qui recule de 6,68%.

Le secteur bancaire a en effet profité des craintes sur l’inflation. L’hypothèse que les banques centrales restent accommodantes moins longtemps qu’anticipé est favorable pour l’industrie qui profiterait de meilleures marges grâce à des taux plus élevés. Société Générale progresse de 4,78%, sa camarade BNP Paribas évolue également à la hausse, avec +4,13%.

La technologie chute de 3,25% sur la semaine. Des taux plus élevés sont pénalisants pour le secteur, lequel nécessite de nombreux investissements. L’allemand SAP recule de 2,83%, Logitech chute de 9,34%.

Enfin, d’un point de vue plus spécifique, la saison des publications a apporté son lot de surprises. Le géant Bayer progresse de 5,41% à la suite de résultats meilleurs qu’anticipé. Le constructeur automobile Renault recule quant à lui de 2,18%, pénalisé par les mauvais résultats de Nissan.


Folgen Sie uns auf Facebook, Twitter und Instagram und abonnieren Sie unseren Newsletter.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Face à l'Iran aussi Donald Trump a joué avec le feu sans se brûler les doigts. Le président a-t-il ce que les arabes nomment la «baraka»?
An Iranian cleric walks past a poster honouring the victims of a Ukrainian passenger jet accidentally shot down in the capital last week, in front of the Amirkabir University in the capital Tehran, on January 13, 2020. - Iran's government denied a "cover-up" after it took days for the armed forces to admit a Ukrainian airliner was shot down by mistake shortly after it took off from Tehran last week, killing all 176 passengers and crew. The plane was brought down hours after Iran had launched missiles at US troops stationed at Iraqi bases, in retaliation for the killing of a top Iranian general. (Photo by ATTA KENARE / AFP)
Kurz vor Beginn des Autofestivals hat die Regierung Zuschüsse beschlossen, um den Verkauf von umweltfreundlichen Autos anzukurbeln. Für ein hundertprozentig elektrisch angetriebenes Fahrzeug gibt es 5.000 Euro.
Der Staat unterstützt den Kauf eines Elektrofahrzeugs mit 5.000 Euro.