Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Le Luxembourg rétrogradé
Wirtschaft 2 Min. 30.09.2015 Aus unserem online-Archiv
Global Competitiveness Report 2015

Le Luxembourg rétrogradé

Le Grand-Duché perd une place dans le classement compétitivité.
Global Competitiveness Report 2015

Le Luxembourg rétrogradé

Le Grand-Duché perd une place dans le classement compétitivité.
Gerry Huberty
Wirtschaft 2 Min. 30.09.2015 Aus unserem online-Archiv
Global Competitiveness Report 2015

Le Luxembourg rétrogradé

Le Grand-Duché n'occupe plus que la 20e place mondiale parmi 140 pays. La Chambre de commerce juge cette position "insatisfaisante" par rapport au niveau de performance que notre économie doit avoir.

(ndp).- Rétrogradé. Dans le fameux «Global Competitiveness Report 2015» publié ce mercredi par le World Economic Forum (WEF), le Grand-Duché perd une place par rapport à 2014, pour se retrouver au 20e rang mondial parmi 140 pays. La Chambre de commerce a aussitôt jugé cette place "insatisfaisante par rapport au niveau de performance que notre économie doit avoir pour maintenir durablement le haut niveau de qualité de vie et la générosité sociale à laquelle les habitants du pays se sont habitués".

La Suisse toujours championne

Le haut du classement reste inchangé par rapport à 2014: le palmarès est toujours mené par la Suisse, suivie de Singapour et des USA. Cinq pays européens figurent ensuite dans le top 10: l'Allemagne (4e), les Pays-Bas (5e), la Finlande (8e), la Suède (9e) et le Royaume-Uni (10e). Du côté des voisins du Luxembourg, l'Allemagne et la France ont chacune gagné une place (4e et 22e respectivement), la Belgique en a cédé une pour se retrouver à la 19e place, juste devant le Luxembourg.

Pour la Chambre de commerce, il n'y a pas de doute: "certaines nations avancent à une cadence plus élevée que celle du Grand-Duché en matière de réformes entreprises pour devenir durablement plus compétitives". 

Mobilité et infrastructure: Le Luxembourg peut mieux faire

Plusieurs indicateurs font reculer le Luxembourg dans le classement. Au niveau des conditions de base, le pilier "infrastructures" perd une place, tandis que "l'environnement macroéconomique"  recule de six places. "Des détériorations sont à déplorer notamment au niveau des indicateurs concernant la qualité du réseau de mobilité et la qualité de l'infrastructure dans son ensemble", note la Chambre de commerce. Avant d'ajouter que le Luxembourg "devra redoubler d'efforts en la matière les années à venir, notamment en mettant en oeuvre les projets infrastructurels prévus dans le plan sectoriel transports dans les meilleurs délais".

Par ailleurs, selon la Chambre de commerce, la compétitivité-coût des entreprises reste un frein à la compétitivité du pays.

Hub technologique

Parmi les bons points distribués, le Luxembourg  continue de mener le classement dans le pilier "Technological readiness". La Chambre de commerce y voit le signe que les "efforts entrepris afin de faire du Grand-Duché un véritable hub technologique, en devenant notamment le leader mondial en matière d’hébergement à très haute disponibilité, vont dans le bon sens". 

Autres bonnes nouvelles: le Luxembourg enregistre une amélioration (+ 2 places) au niveau de la qualité du système d'éducation. Il progresse également dans le domaine de la compétitivité en matière d'innovation (18e).

Manque de flexibilité

En revanche, le pays fait face à d'autres handicaps, notamment au niveau de l'efficacité du marché de l'emploi. Le rapport soulève notamment le manque de flexibilité concernant la fixation des salaires (94e place), ainsi que les lourdeurs administratives.



Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Neue Regierung, neues Jahr, neue Erwartungen. Das „Luxemburger Wort“ wollte von Exponenten der Luxemburger Wirtschaft wissen, was sie sich für das kommende Jahr wünschen und erhoffen. Gestaltungswille ist gefragt.
Finanzplatz Luxemburg. Boulevard Royal. Photo: Guy Wolff
Depuis que l’Agence Européenne de l’Environnement (EEA) a publié une petite statistique sur les pays qui sont ou non en concordance avec les limites (locales?) d’émission des oxydes d’azote, les mea culpa et accès de mauvaise conscience fleurissent dans les médias grand-ducaux...
A measuring hose for emissions inspections in diesel engines sticks in the exhaust tube of a Volkswagen (VW) Golf 2,0 TDI diesel car at a garage in Frankfurt an der Oder, eastern Germany, on October 1, 2015. Volkswagen has admitted that up to 11 million diesel cars worldwide are fitted with devices that can switch on pollution controls when they detect the car is undergoing testing.       AFP PHOTO / DPA / PATRICK PLEUL   +++   GERMANY OUT   +++
Pour Serge Allegrezza, directeur du Statec, "il faut se garder de tout misérabilisme". Si l'année 2015 s'est soldée par une progression du PIB proche de 5%, la croissance devrait ralentir cette année avec une hausse du PIB de 3,1%, avant de passer à 4,6% en 2017.
Le Luxembourg est dans une bonne situation conjoncturelle, affirme le Statec.
Interview du directeur du Statec
Au lendemain de la parution de l'étude sur l'impact de l'emploi frontalier dans les comptes nationaux, Serge Allegrezza indique que la sortie des capitaux du pays fait partie de son modèle d'affaires. Pour le directeur du Statec, il s'agit maintenant de les y faire rester.
Pour le directeur du Statec, le creusement du déficit généré par l'emploi de frontaliers n'induit aucun véritable problème.
Les directives sont indiquées à l'heure actuelle. Par le débat budgétaire le gouvernement a fait rapport des projets envisagés. Ils ont laissé un goût amer pour une grande partie de la population.