Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Le cours de bourse très bas: La SES malmenée par les analystes
FIn janvier, Space X emmènera le satellite gouvernemental, fruit de la joint-venture entre la SES et l'Etat. Un lancement clé.

Le cours de bourse très bas: La SES malmenée par les analystes

AFP
FIn janvier, Space X emmènera le satellite gouvernemental, fruit de la joint-venture entre la SES et l'Etat. Un lancement clé.
Wirtschaft 5 Min. 09.01.2018

Le cours de bourse très bas: La SES malmenée par les analystes

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Il y a 10 ans que le cours de l'action de la Société européenne des satellites (SES) n'avait pas été aussi bas. Les analystes, très sceptiques, soulignent des résultats en dessous des attentes et des risques élevés pour la société et pour le secteur. La SES, elle, engrange les contrats.

par Thierry Labro

C'était le printemps idéal. 

Le 10 avril 2015, pour le trentième anniversaire de sa création, la Société européenne des satellites (SES) atteint un cours de bourse record: un an après la prise des commandes par Karim Michel Sabbagh, les actions s'échangent à 34,70 euros ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Espace : Spire, nouvel acteur à arriver
Le ministre de l'Economie annoncera cet après-midi l'arrivée au Luxembourg de la société américaine Spire, spécialisée dans les très petits satellites et l'exploitation de leurs données.
Le directeur général et fondateur de Spire est un physicien né à Vienne
O3B mPower: Le coup de maître de la SES
La société européenne des satellites a mis un grand coup de pied dans la fourmilière du satellite, hier matin à Paris, en présentant «O3b mPOWER» avec Boeing Satellites Systems. Le coup de maître de Sabbagh le stratège?
Entre lancement repoussé et fusion avortée: Année "compliquée" pour Intelsat
Mercredi matin, le satellite 37A n'a pas été lancé par Arianespace. En juin, la fusion avec OneWeb et SoftBank a été interrompue faute d'accord avec une partie des détenteurs d'obligations. Mais Steve Spengler, le directeur général d'Intelsat, dont le quartier général emploie vingt personnes au Luxembourg, reste optimiste.