Wählen Sie Ihre Nachrichten​

La CSSF inflige 17,5 millions d'euros d'amendes
Wirtschaft 2 Min. 30.08.2018 Aus unserem online-Archiv

La CSSF inflige 17,5 millions d'euros d'amendes

La CSSF alerte sur les risques que devra prendre en compte la Place financière

La CSSF inflige 17,5 millions d'euros d'amendes

La CSSF alerte sur les risques que devra prendre en compte la Place financière
Guy Jallay
Wirtschaft 2 Min. 30.08.2018 Aus unserem online-Archiv

La CSSF inflige 17,5 millions d'euros d'amendes

2017 a été "une bonne année globalement", indique le directeur général de la Commission de surveillance du secteur financier, Claude Marx, dans son rapport annuel.

(T. L.) «2017 a été une bonne année globalement pour le centre financier luxembourgeois», relève le directeur général de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF), Claude Marx, en préambule du rapport annuel de 172 pages, envoyé hier après-midi par courrier électronique. 

 «Le nombre total de banques est resté stable. Certains établissements financiers internationaux présents au Grand-Duché se sont transformés en succursales, et ce phénomène devrait continuer, tout comme certains regroupements d’établissements ne disposant pas de la masse critique afin de faire face notamment au coût réglementaire. Ceci est contrebalancé par un certain nombre de banques et entreprises d’investissement qui se sont installées ou ont montré un intérêt pour s’établir ou élargir leurs activités au Luxembourg, notamment en réaction au Brexit», assure le directeur du régulateur financier. 

«Dans le domaine des fonds d’investissement, les avoirs sous administration ont atteint fin 2017 une somme record de 4.159 milliards d'euros, et au niveau des gestionnaires de fonds, nous avons constaté une croissance surtout pour les gestionnaires de fonds alternatifs. Le nombre de personnes employées dans le secteur financier sous la surveillance de la CSSF était en légère hausse et a dépassé 46.000 personnes fin 2017», écrit encore M. Marx. 

Le directeur de la CSSF alerte sur six risques que la place va devoir surveiller ou continuer à surveiller: la montée en puissance de partis populistes en Europe, le risque de défaillance de certaines banques en Europe, la croissance des dépenses face à des revenus qui augmentent moins rapidement, le risque réputationnel que des entités font courir à la Place, le risque sur l'emploi lié à la sous-traitance dans d'autres pays d'un côté et à la robotisation de l'autre et les dangers liés à la cybercriminalité. 

Dix ans après la crise des subprimes, grâce à la réglementation bancaire internationale, analyse-t-il «les banques sont aujourd’hui mieux capitalisées et disposent de fonds propres de meilleure qualité. Fin 2017 a été trouvé un accord concernant les réformes de Bâle III, initiées par le G20 en réponse à la crise financière. Les banques luxembourgeoises ne seront que peu affectées par cette réforme. Elles sont généralement bien capitalisées, mais il faut rester vigilant en particulier en ce qui concerne les risques du marché immobilier, avec une hausse des prix continue et des taux d’intérêt historiquement bas. Le gouvernement a déposé en 2017 un projet de loi prévoyant la possibilité de garantir des conditions de prêt saines pour ce qui est du crédit immobilier résidentiel, au cas où le Comité du risque systémique détecterait une hausse des vulnérabilités dans le bilan des ménages.» 

Pour faire face à ses missions, la CSSF a recruté 106 nouveaux agents sur 3.965 candidatures l'an dernier et compte plus de 800 agents, pour un chiffre d'affaires de 97 millions d'euros, dont 17,5 millions d'amendes, et un bénéfice de 5 millions d'euros.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Pas question aujourd'hui d'évoquer le débat sur la légalisation du cannabis en faveur de laquelle «The Economist» s'est prononcé la semaine passée.
Le moratoire sur la band bank autrichienne a obligé Dexia à provisionner 44% de son exposition, soit 197 millions d'euros, qui font plonger son résultat net récurrent à -292 millions d'euros. Hors éléments exceptionnels, le groupe a dégagé un bénéfice net de 4 millions d'euros.
(FILES) This file photo taken on October 5, 2011 shows the logo of Dexia bank in Tournai. The European Commission said on December 28, 2012 that it had approved the latest restructuring plan for Dexia, the Franco-Belgian bank, bailed out at the height of the financial crisis and struggling ever since.
AFP PHOTO/ PHILIPPE HUGUEN
Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»
6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick
Picture  Credit Brian Gavin Press 22
Adultes, et citoyens d'autres pays, ces individus n'ont jamais résidé ou travaillé par après aux Etats-Unis et ne détiennent pas  de passeport américain, leur seul lien avec ce pays étant le fait qu'il constitue leur lieu de naissance. Pourtant, aux yeux des autorités américaines ils ont bien la nationalité américaine, avec toutes les obligations qui en découlent...