Wählen Sie Ihre Nachrichten​

KBL s'empare d'Insinger de Beaufort
Wirtschaft 12.04.2016 Aus unserem online-Archiv
Acquisition

KBL s'empare d'Insinger de Beaufort

Après Insinger de Beaufort, KBL envisage d'autres acquisitions à l'étranger.
Acquisition

KBL s'empare d'Insinger de Beaufort

Après Insinger de Beaufort, KBL envisage d'autres acquisitions à l'étranger.
(Photo: Guy Jallay)
Wirtschaft 12.04.2016 Aus unserem online-Archiv
Acquisition

KBL s'empare d'Insinger de Beaufort

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
La banque anglo-néerlandaise Insinger de Beaufort, dont les racines remontent à la fin du XVIIIe siècle, va rejoindre le giron de KBL European Private Bankers.

(ndp) - KBL European Private Bankers repart à l'offensive. Le groupe européen en banque privée, basé à Luxembourg, réalise sa troisième acquisition en 18 mois. Après ses transactions en Belgique (UBS Belgique) et Royaume-Uni (Hampton Dean), il rachète Insinger de Beaufort, une banque privée anglo-néerlandaise, dont les racines remontent à la fin du XVIIIe siècle. "Nous venons de signer un accord préliminaire pour l'achat de la banque privée à BNP Paribas Wealth Management", explique Yves Stein, CEO de KBL, dans un entretien au "Wort".

Créé en 1779, Insinger de Beaufort est un des principaux acteurs en banque privée aux Pays-Bas. Basée à Amsterdam, la banque possède également des bureaux à Endhoven, La Haye et Londres. Majoritairement détenue par BNP Paribas, elle emploie plus de 230 personnes, dont une trentaine dans sa succursale de Londres.  Insinger de Beaufort propose au Royaume-Uni des services de gestion de fortune à un portefeuille de clients très fortunés et dont le montant des actifs sous gestion atteint près de 1,9 milliard d'euros.

Fusion avec Theodoor Gilissen

Le projet d'acquisition doit recevoir l'aval des autorités réglementaires. En cas de finalisation de celui-ci, KBL epb entend fusionner Insinger de Beaufort avec Theodoor Gilissen, la banque privée néerlandaise déjà membre du "réseau" KBL. Celle-ci propose  à des investisseurs privés et institutionnels des services dans le domaine de l'investissement (conseil en investissement et gestion d'actifs), de la planification financière et des crédits.

Les actifs sous gestion de l'entité fusionnée dépasseront les 20 milliards d'euros, faisant du nouvel ensemble "l'une des plus solides banques privées pure-play du pays, avec plus de quatre siècles d'expérience collective aux Pays-Bas", indique KBL.

"Vu que nous nous sentons très à l'aise sur le marché néerlandais, vu que notre banque locale y rencontre un succès qui ne cesse de s'accélérer auprès de ses clients, l'acquisition d'Insinger de Beaufort constitue une opportunité unique pour créer une banque qui sera un champion potentiel sur le marché de la banque privée néerlandaise", a commenté Yves Stein. 




Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Publiée à titre posthume, la collection «Mister Paradise and Other One-Act Plays» de Tennessee Williams fait la part belle à des personnages qui se frottent aux frustrations des contraintes sociales du réel et qui rêvent d’un ailleurs qu’ils savent utopique. Pour sa mise en scène, Anne Simon a sélectionné cinq fragments narratifs
Economie circulaire
L'économie circulaire s'impose progressivement dans la sphère politique et le monde de l'entreprise. 
Une prise de conscience érigée 
en priorité par le gouvernement luxembourgeois.
L'économie circulaire propose donc un nouveau modèle économique qui utilise et optimise les stocks et les flux de matières, d'énergie et de déchets en améliorant l'efficience des ressources naturelles.
La banque Raiffeisen a ralenti la cadence en 2014, dans un environnement marqué notamment par le niveau très bas des taux d'intérêt. La coopérative boucle l'exercice avec un résultat net en hausse de 0,9 %, notamment grâce aux crédits accordés à l'économie luxembourgeoise.
Guy Hoffmann: "Raiffeisen possède encore un fort potentiel pour gagner du terrain sur la concurrence". (Photo: Guy Jallay)