Wählen Sie Ihre Nachrichten​

KBL epb investit pour l'avenir
Wirtschaft 2 Min. 26.04.2019 Aus unserem online-Archiv

KBL epb investit pour l'avenir

 Peter Vandekerckhove, le Group CEO fait preuve d'optimisme pour l'année en cours.

KBL epb investit pour l'avenir

Peter Vandekerckhove, le Group CEO fait preuve d'optimisme pour l'année en cours.
Photo : Laurent Antonelli
Wirtschaft 2 Min. 26.04.2019 Aus unserem online-Archiv

KBL epb investit pour l'avenir

Aude FORESTIER
Aude FORESTIER
En 2018, le résultat net de la banque luxembourgeoise a fondu à cause des investissements et de la situation des marchés.

KBL epb a dévoilé ce vendredi ses résultats financiers pour l'année 2018. Fondé en 1949, opérant dans cinquante villes en Europe, le groupe a affiché un résultat net de 0,8 million d'euros, en très forte baisse par rapport à 2017 où il était à 35,2 millions d'euros.

Cette chute vertigineuse s'explique par deux facteurs. Le premier étant les investissements dans des domaines comme l'expérience client, le développement de produits, le marketing commercial, l'innovation numérique, la formation du personnel et le recrutement.  Près de 30 millions d'euros ont été investis l'an dernier rien que dans la technologie, nous a confirmé Peter Vandekerckhove, le Group CEO.

Joint par téléphone, il nous a assuré que 60 banquiers privés ont été recrutés en 2018. Une centaine de professionnels seront embauchés dans les années à venir pour le groupe.

Le second élément perturbateur étant la situation des marchés l'an dernier qui n'était pas favorable.  Les charges d'exploitation sont passées de -446,1 millions d'euros en 2017 à -433,6 millions d'euros en 2018. Elles ont baissé justement grâce aux investissements. Malgré tout cela, " nos résultats 2018 reflètent l'ampleur de ces investissements continus et nos ambitions de croissance", a indiqué Peter Vandekerckhove.

Des acquisitions dans le viseur

Les revenus du groupe s'élèvent désormais à 444,8 millions d'euros contre 487,9 millions d'euros.  Le montant des actifs sous gestion et en conservation du Groupe se sont établis à 72,6 milliards d'euros. En outre, à la fin de l'année dernière, le ratio de fonds propres Bâle III "common equity tier 1" était de 17,2 %, illustrant la forte solvabilité du groupe.

Chez KBL epb, l'année 2018 a été marquée par l'acquisition des activités de banque privée de la banque Lombard Odier aux Pays-Bas.


Après Insinger de Beaufort, KBL envisage d'autres acquisitions à l'étranger.
KBL s'empare d'Insinger de Beaufort
La banque anglo-néerlandaise Insinger de Beaufort, dont les racines remontent à la fin du XVIIIe siècle, va rejoindre le giron de KBL European Private Bankers.


D'autres établissements pourraient tomber dans l'escarcelle du groupe avant la fin de l'année 2019 . A ce sujet, le Group CEO a certifié: " nous regardons au Luxembourg, dans les six pays dans lesquels nous sommes présents" mais aussi dans d'autres marchés, sans préciser lesquels.

Et pour 2019? "Nous restons dans la même direction. Nous avons des marchés qui ont fortement récupéré. De plus en plus d'investissements sont faits en banque privée. Ça évolue dans le bon sens", a-t-il avisé.  Il se dit même optimiste pour l'année en cours. "Dans les années à venir, on va continuer avec ces ambitions", a-t-il ajouté. Nicholas Harvey, le Deputy CEO Group a précisé: "nous avons un actionnaire qui est orienté sur le long terme et qui accompagne cette stratégie multipays".












Lesen Sie mehr zu diesem Thema

La banque anglo-néerlandaise Insinger de Beaufort, dont les racines remontent à la fin du XVIIIe siècle, va rejoindre le giron de KBL European Private Bankers.
Après Insinger de Beaufort, KBL envisage d'autres acquisitions à l'étranger.
Avec un résultat net de 72 millions d'euros, en progression de 44%, KBL European Private Bankers (KBL epb) réalise un premier semestre très prometteur.
"Un changement de nom de KBL n'est pas à l'ordre du jour", a souligné Yves Stein, CEO du groupe. (Photo: Guy Jallay)