Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Invité du Statec: «La statistique est devenue garante du réel»
Wirtschaft 20.10.2017 Aus unserem online-Archiv

Invité du Statec: «La statistique est devenue garante du réel»

A l'occasion de la journée de la statistique, le Statec a invité le philosophe et mathématicien français Olivier Rey pour une conférence ce vendredi midi.

Invité du Statec: «La statistique est devenue garante du réel»

A l'occasion de la journée de la statistique, le Statec a invité le philosophe et mathématicien français Olivier Rey pour une conférence ce vendredi midi.
Caroline Martin
Wirtschaft 20.10.2017 Aus unserem online-Archiv

Invité du Statec: «La statistique est devenue garante du réel»

Linda CORTEY
Linda CORTEY
Pour le philosophe et mathématicien Olivier Rey les critiques envers les statistiques sont le reflet du mal-être des sociétés modernes.

(lc) - Pas un gouvernement, pas une grande entreprise ne prendra de décision sans elles. Les statistiques sont devenues l'argument ultime de la prise de décision. A tort? Pas forcément, selon Olivier Rey. Le mathématicien français, auteur de «Quand le monde s'est fait nombre», était l'invité du Statec ce vendredi au Cercle Cité dans le cadre de la journée européenne de la statistique. Il est longuement revenu sur les liens inhérents entre la statistique et la société moderne.

L'avènement de cette société moderne a libéré les individus des logiques communautaires. Mais dans ce monde nouveau où les liens traditionnels disparaissent, l'individu a eu du mal à se situer. La statistique est alors apparue comme porteuse de réponses, elle permet à une société dans son ensemble de répondre à l'injonction socratique «Connais-toi toi-même». De construire une sorte de «conscience de soi collective», explique Olivier Rey.

Avec le Traité de Maastricht, pour la première fois des Etats se sont liés par traité autour de grandeurs statistiques.

Ce tournant n'est pas récent, il remonte aux années 1830-1850, précise le mathématicien. C'est à ce moment que la statistique change d'usage. Autrefois arme secrète des gouvernants, elle devient un outil de renseignement du public et de justification des prises de décisions politiques. «Elle n'est plus seulement un outil de description, c'est le seul outil à même de rendre compte de certaines situations. La statistique est devenue garante du réel», constate M. Rey.

A telle point qu'elle constitue un axe de la construction européenne. «Avec le Traité de Maastricht, pour la première fois des Etats se sont liés par traité autour de grandeurs statistiques».

Omniprésentes, les statiques sont aussi mal-aimées. «Rien n'est plus commun que de médire de la statistique. Cette critique exprime avant tout la déception causée par la modernité», poursuit l'orateur. «Celle-ci a émancipé l'individu. Mais elle a aussi émancipé tous les individus. Les anciennes tutelles ont disparu et l'individu se découvre impuissant face à la loi du grand nombre. La statistique noie l'individu dans la masse».