Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Incomplet, mais irremplaçable
Wirtschaft 4 Min. 28.06.2019

Incomplet, mais irremplaçable

Le produit intérieur brut (PIB) est le principal indicateur économique utilisé pour mesurer la production de richesses d'un pays.

Incomplet, mais irremplaçable

Le produit intérieur brut (PIB) est le principal indicateur économique utilisé pour mesurer la production de richesses d'un pays.
Photo: Shutterstock
Wirtschaft 4 Min. 28.06.2019

Incomplet, mais irremplaçable

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Le Conseil économique et social (CES) ne recommande pas d'abandonner la mesure du PIB.

Les données macroéconomiques sont-elles fiables? Le PIB est-il un indicateur pertinent ou une construction vieillissante inadaptée à une économie évolutive dans ses formes et ses structures? Le Conseil économique et social (CES) s'est penché sur ces questions et a formulé des recommandations.

L'avis que l'institution consultative du gouvernement vient de publier souligne que "le PIB est avant tout un indicateur quantitatif qui, même s'il reflète la richesse d'un pays et la qualité de vie de ses habitants de manière imparfaite, est reconnu pour être le meilleur indicateur de l'activité économique." Si ses évolutions sont suivies avec attention pour mesurer la croissance, il n'en demeure pas moins "une construction statistique avec ses biais intellectuels et insuffisances."

L'avis du CES souligne aussi que le PIB n'est pas le bon instrument pour mesurer le développement social et durable d'une nation. "Au niveau international par exemple, un pays au PIB relativement faible peut mieux remplir les dix-sept objectifs de développement durable de l'ONU qu'un pays au PIB supérieur", souligne le président du CES Jean-Jacques Rommes.

"Le PIB ne peut à lui seul, rendre compte de tous les problèmes à connotation économique et sociale, il n'est pas construit pour pouvoir servir d'indicateur du bien-être ou de la qualité de vie".

Des incertitudes pendant quatre ans

Pour prendre en compte la qualité de vie plutôt que la quantité de richesses produites, le PIB classique doit être complété par d'autres indicateurs, tel que le PIBienêtre, qui mesure le progrès de la société dans une optique de long terme et dépasse les indicateurs traditionnels tels que le PIB par tête. Ce "nouveau" PIB ne concurrence pas autant le PIB traditionnel, qui est selon le CES, victime de son succès: on en parle à longueur de journée! Il revient sans cesse dans la bouche de tous les analystes et obsède les dirigeants politiques et les économistes nuit et jour. Il est très largement diffusé et encore davantage commenté.

Les nombreuses révisions du PIB montrent que les chiffres publiés sur cet indicateur phare doivent en fait être considérés comme provisoires pendant longtemps. Ce n'est qu'au bout d'une période de quatre ans que l'indicateur donne la mesure la plus précise.

«Le problème est que sa visibilité fait oublier autant ses limites conceptuelles que l'insécurité inhérente aux chiffres publiés», souligne Jean-Jacques Rommes. Ainsi, "les nombreuses révisions du PIB montrent que les chiffres publiés sur cet indicateur phare doivent en fait être considérés comme provisoires pendant longtemps. Ce n'est qu'au bout d'une période de quatre ans que l'indicateur donne la mesure la plus précise."

Des mises en garde s'imposent donc lors de la publication de l'indicateur. C'est la raison pour laquelle le CES plaide pour la mise en place d'un système d'échelle de confiance. "L'idée est de refléter par des couleurs – rouge, orange et vert – le degré de révision future possible du niveau de chaque publication du PIB par le Statec", dit le président du CES. Cela permettrait de mieux accentuer le côté provisoire de l'indicateur économique.

L'Irlande n'est pas un modèle à suivre

Autre défaut du PIB: la volatilité des chiffres. Le CES rappelle que du fait de la taille réduite du pays, certaines entreprises (une dizaine) peuvent de par leur taille influencer considérablement le PIB. D'où l'idée de suivre de plus près plusieurs grands groupes internationaux au Luxembourg afin de mieux cerner leurs activités sur le territoire. "Il serait intéressant de détailler davantage certains agrégats en vue de pouvoir séparer la partie du PIB reposant sur des activités économiques plutôt traditionnelles de la partie issue de la chaîne de valeur internationale des entreprises", peut-on lire dans la conclusion de l'avis.

Pour autant, en dépit de toutes ces imperfections, le CES ne recommande pas d'abandonner la mesure du PIB. "Si le PIB est contestable et souvent contesté, le remplacer par un autre indicateur ne semble pas pertinent", soulignent les auteurs de l'étude, pour lesquels il n'y a pas lieu de suivre le modèle irlandais.

L'Irlande avait décidé en 2017 de remplacer le traditionnel produit intérieur brut par un "revenu national brut ajusté". Selon le CES, le RNB n'apporte "aucun avantage par rapport au PIB", étant donné qu'il repose sur ce dernier et subit donc les mêmes changements au fil des révisions des chiffres.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Le «très dynamique» culte musulman au Luxembourg
Savez-vous que le Luxembourg dénombre 16 associations islamiques? Savez-vous combien il y a de mosquées? Et où elles se trouvent? Le culte musulman est «très dynamique» et poursuit son évolution depuis la signature de la convention avec l'Etat luxembourgeois. Islamologue et docteure en sciences politiques et sociales, Elsa Pirenne, s'est intéressée de près, durant quatre ans, aux pratiques et à l'évolution des communautés musulmanes qui vivent au Luxembourg. Elle répond à nos questions.
Online.fr- Centre culturel islamique de Mamer, Islamischen Zentrums, Musulman, Muslim, Prière, Gebet, Mosquée, Moschee, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.