Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Highside finaliste de la Startup World Cup 2020
Wirtschaft 4 Min. 06.02.2020

Highside finaliste de la Startup World Cup 2020

Aaron Turner, le CEO de Highside, tentera de remporter le prix d'un million de dollars à San Francisco en mai prochain.

Highside finaliste de la Startup World Cup 2020

Aaron Turner, le CEO de Highside, tentera de remporter le prix d'un million de dollars à San Francisco en mai prochain.
Photo: Luc Deflorenne
Wirtschaft 4 Min. 06.02.2020

Highside finaliste de la Startup World Cup 2020

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
La jeune pousse spécialisée dans la gestion sécurisée des données représentera le Luxembourg à San Francisco.

Pour Highside le rêve devient réalité: la PME d'origine américaine a remporté ce jeudi la coupe régionale de la Startup World Cup 2020. 

Elle représentera le Luxembourg à San Francisco, le 22 mai prochain, lors de la finale mondiale de la Startup World Cup. Son projet n'a cependant rien à voir avec l'univers de la moto. 

Avec sa plate-forme collaborative de messagerie encryptée et de gestion ultra-sécurisée des fichiers, des identités et des accès, Aaron Turner, son président et Chief security officer, tentera de remporter le prix en investissements d'un million de dollars. 

Fondée en 2015 aux Etats-Unis, la société possède une succursale au Grand-Duché, hébergée dans l'incubateur du Technoport


People look at panel of curved LG OLED televisions on opening day of the 2020 Consumer Electronics Show (CES) in Las Vegas, Nevada on January 7, 2020. (Photo by DAVID MCNEW / AFP)
21 start-up luxembourgeoises font leur trip à Vegas
Les jeunes pousses, qui participent jusqu'à vendredi au Consumer Electronic Show de la capitale du Nevada, comptent bien décrocher des financements et acquérir de nouveaux clients.

Cet ex-fondateur et CEO d’Hotshot Technologies, une start-up spécialisée dans les solutions de sécurité des données pour entreprises, a pris la tête d’Highside en novembre dernier, après la fusion des deux sociétés.  

Les six juges de l'édition 2020 de l'événement ont tour à tour entendu les dix start-upers en lice, avant de se retirer pour délibérer, puis annoncer vers 20 heures, le nom du gagnant. 

Critères rigoureux 

Le panel se composait de Rajaa Mekouar-Schneider (présidente de LPEA, Private Equity Investor), Robert Glaesener (entrepreneur et CEO de TalkWalker), Xavier Buck, cofondateur et président d’EurodNS, Jean-Louis Schiltz (avocat chez Schiltz & Schiltz, et ancien ministre des télécommunications), Kamel Amroune (CEO de Farvest Group), ainsi que Stefan Berend (head of startup acceleration chez Luxinnovation).

Les jurés avaient pour feuille de route de noter chaque finaliste sur base de huit grands critères, tels notamment l'idée, le concept, la capacité à résoudre des problèmes, ou encore à répondre aux besoins du marché. 

Des projets diversifiés 

Ils ont loué la haute qualité des projets présentés. Les dix jeunes entreprises en lice hier, avaient été retenues, le 22 janvier dernier, lors d’une présélection. 


De l'invention à la jeune pousse
Devenir entrepreneur en herbe, quand on est chercheur universitaire, c'est possible.

Outre Highslide, figuraient Adapti.me et ses outils de personnalisation de sites Web en temps réel; ANote Music, qui propose des parts de catalogues musicaux aux investisseurs avertis; F4A, qui lutte contre le gaspillage alimentaire dans la grande distribution; Goldblaum et sa plate-forme de recherche destinée aux analystes et gestionnaires de portefeuille; Hotailors et sa plate-forme d'organisation de voyages d'affaires; Mymedbot, dont l'app' d'alerte met en relation étudiants et personnel avec des infirmières et des psychologues; OQTechnology, et sa connexion internet sans fil par satellites, dédiée à l’Internet des objets; Ufodrive, et son service de location de voitures sans clés, ni documents administratifs; Zreality et sa plate-forme de présentation de produits en réalité virtuelle et augmentée. 

12.000 candidates pour le Graal 

Au Grand-Duché et dans la Grande Région, la sélection des jeunes pousses pour la finale régionale est organisée par la société de conseil EY Luxembourg, en collaboration avec la House of Startups, et sous l'impulsion de la Chambre de Commerce. 

 La compétition mondiale, qui réunit 12.000 start-up candidates d'une quarantaine de régions de tous les continents, compte chaque année plus de 65 événements régionaux (compétitions, et conférences), en amont de la grand-messe finale dans la Silicon Valley. 

Lors de cette soirée de ce jeudi, les participants et invités ont eu également l'opportunité d'assister à une allocution de Bill Reichert, entrepreneur, et investisseur américain, qui est revenu sur les facteurs-clés de réussite des start-up. 


Wirtschaft, House of Start-Ups, Philippe LINSTER, directeur HOST  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Oser pour créer»
A la tête de la House of Startups, Philippe Linster compte stimuler l'esprit start-up au Luxembourg.

Pour sa part, Aaron Turner, se dit déjà prêt pour la grand-messe de San Francisco: «Je serai l'ambassadeur du Luxembourg en Californie», a-t-il annoncé. Le premier jour, il devra déjà défendre son projet, durant quatre minutes, devant un panel de juges. 

Dans la foulée, il aura à se prêter, pendant deux minutes, au traditionnel exercice de questions-réponses. S'il passe ce premier tour, il «pitchera» alors le lendemain, sur la scène principale de l'événement. Un prix en investissement. 

La récompense d'un million de dollars sera décernée sous forme d'investissements: soit en échange de parts, soit sous forme d'un billet convertible, ceci dépendant de la taille de l'entreprise et du montant du financement que la start-up aura déjà levé. 

 Faute de Graal, certains finalistes pourront se consoler avec des prix supplémentaires, de plusieurs milliers de dollars, de la part de sponsors, comme des services juridiques gratuits ou des prologiciels. 

Pour les investisseurs, l'avantage est indéniable: la compétition leur offre en effet un accès aux 12.000 start-up, avec une opportunité d'investir dans les meilleures.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

«Oser pour créer»
A la tête de la House of Startups, Philippe Linster compte stimuler l'esprit start-up au Luxembourg.
Wirtschaft, House of Start-Ups, Philippe LINSTER, directeur HOST  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Start-up: ce qui manque au Luxembourg
Alors que le Consumer Electronic Show commence à Las Vegas pour 16 start-up luxembourgeoises, les dirigeants de Luxfactory invitent à la création d'un avantage fiscal et d'un fonds d'investissement de 150 millions d'euros.
Wirtschaft. Les Luxembourgeois à Las Vegas. ITV Jerome Grandidier. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.