Gratifications

L'Etat change de têtes chez SES

Le conseil d'administration de SES fait l'objet de convoitises au sein de l'administration publique.
Le conseil d'administration de SES fait l'objet de convoitises au sein de l'administration publique.
Chris Karaba

Par Pierre Sorlut

Réunis ce jeudi en assemblée générale, les actionnaires de l'opérateur luxembourgeois de satellites, SES (Société européenne de satellites) ont, entre autres choses, élu trois nouveaux administrateurs, dont deux représentants de l'Etat luxembourgeois,  directement titulaire de 11,577% (de 16,67% avec BCEE et SNCI)  du capital de SES.

La directrice "fiscalité" du ministère des Finances Pascale Toussing remplace Marc Colas (ancien administrateur général du ministère d'Etat) pour un mandat de trois ans, le secrétaire général du ministère d'Etat Jean-Paul Senninger prend lui le siège de Victor Rod (président de la BCEE) pour un mandat de deux ans.

Délicate question du cumul des mandats

Pascale Toussing additionne ainsi les fonctions puisque la première Conseillère de gouvernement est également présidente du Conseil économique et social, vice-présidente du Commissariat aux assurances, membre du Comité de pilotage du Fonds souverain du Luxembourg et siège au conseil d’administration de la BIL (Banque Internationale à Luxembourg).

Pacale Toussing, directrice fiscalité au ministère des Finances, a été élue au conseil d'administration de SES ce jeudi.
Pacale Toussing, directrice fiscalité au ministère des Finances, a été élue au conseil d'administration de SES ce jeudi.
Chris Karaba

Ce cumul n'est cependant pas un cas isolé parmi les représentants de l'Etat du fait du grand nombre d'institutions dans lesquelles la puissance publique doit se faire représenter... et puisque la tradition politique exclut – à l'exception notable de Jeannot Krecké (ancien ministre de l'Economie représentant l'Etat jusqu'en mai au moins au conseil d'ArcelorMittal) – de passer par un tiers qui n'est pas fonctionnaire.

Selon les informations du "Luxemburger Wort", lors des négociations européennes relatives à la réglementation des banques (CRD IV), le gouvernement avait d'ailleurs fait valoir une «exception luxembourgeoise» pour exclure les représentants de l'Etat des limitations de mandats applicables aux administrateurs d'établissements bancaires dits «systémiques» (en fait «entités d'importance significative») ... comme c'est le cas pour la BIL, BGL ou la BCEE.

Juteuses rémunérations

A noter que le conseil d'administration de l'opérateur de satellites figure parmi les plus prisés de la fonction publique luxembourgeoise pour l'importance de l'entreprise dans l'économie nationale, mais aussi pour ses juteuses rémunérations.

Chacun des administrateurs, y compris ceux de l'Etat, reçoit un forfait annuel de 40.000 euros, 48.000 pour le président et les vices-présidents, respectivement Romain Bausch, François Tesch et Jean-Paul Zens. Ils jouissent également de 1.600 euros pour chaque réunion à laquelle ils participent et peuvent bénéficier d'une enveloppe allant de 8.000 à 9.600 d'euros s'ils président un comité.

Chaise musicale à la BCEE?

Jean-Claude Finck a lui aussi été réélu pour un mandat d'administrateur, une fonction qu'il occupe depuis 2001, à titre de représentant de la BCEE (un autre actionnaire public). Âgé de plus de 60 ans depuis le mois de février et ayant fait valoir ses droits à la retraite pour quitter la direction de la BCEE, son maintien atteste de sa volonté de garder des mandats d'administrateur.

En revanche, Victor Rod se retire prématurément du conseil d'administration de SES et la question de sa succession à la présidence de la BCEE se pose d'ores et déjà... d'autant que le nom de Jean-Claude Finck circule depuis quelques semaines. Officiellement, le mandat de Victor Rod court jusqu'au 31 mars.

Au niveau de l'actionnariat privé et pour revenir sur l'assemblée générale du jour, Victor Casier (membre du comité exécutif de la société d'investissement belge Sofina) en remplacement de Jacques Espinasse.